Evénements du 19 mai 2024

  • Europe Connexion

    14.05.2024  >  25.05.2024

    • Théâtre
    Tu as traîné des années dans les bureaux de Bruxelles. Tu connais les concepts, tu connais le langage, tu connais les usages. Deux mots pulsent dans ta tête : uniformatisation et simplification.

    Lire la suite

    Dans Europe connexion, Alexandra Badea dépeint le trajet d’un lobbyiste qui met tout en œuvre pour modifier les textes de lois votés au Parlement Européen afin de servir les intérêts de l’agro- business. Le lobbyiste parle, il s’empare des mots avec élégance les lisse au besoin sous d’autres plus fréquentables. Qui pourrait douter de lui ? Pourtant derrière chacun de ses succès, réside un désastre pour l’humanité… Le G.I.E.C. crie. Le monde est sourd. Notre système économique engloutit le vivant dans une boulimie démesurée. Nous sommes devenus nos propres prédateurs. Les monstres mythologiques étaient censés inspirer au public « terreur et pitié », les nôtres, devenus prescripteurs des normes et règles de nos vies, y substituent « fiabilité et admiration », aidés du pouvoir de la rhétorique qui transfigure le réel, et dont Alexandra Badea nous invite à disséquer les mécanismes impitoyables, dans une écriture au scalpel aussi politique que poétique qui glace par le réalisme de ses propos, ne nous laissant à son issue qu’une rage salvatrice. La reprise d’un succès en phase avec l’actualité qui, sans didactisme, nous nous encourage à combattre l’inertie du temps.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Les jours de mon abandon - Gaia Saitta|Kunstenfestivaldesarts

    15.05.2024  >  19.05.2024

    • Théâtre

    Lire la suite

    Italie, fin des années 1990. Olga, 40 ans, est mère de deux enfants et une épouse dévouée, comme le veut la société qui l’entoure. Un jour, son mari la quitte pour une femme plus jeune qu’elle. Tout se désintègre : la réalité, son monde, son corps. Elle semble devenir vulgaire, violente, imprévisible voire grotesque. Pendant des nuits infinies d’insomnie, Olga erre dans sa maison en retenant sa respiration, c’est son acte de résistance. Dans ces moments-là, la folie apparente devient lucidité extrême, moteur de libération et de déconstruction d’une norme sociale. Une fois le maquillage retiré et les apparences dissipées, une autre Olga prend sa place : une femme puissante, Médée des temps modernes. Dans cette adaptation du livre éponyme d’Elena Ferrante, l’actrice et metteuse en scène Gaia Saitta incarne cette femme, accompagnée de ses enfants et de son chien. Alors qu’Olga évolue dans les vestiges d’une maison, nous pénétrons dans son espace physique et mental. Le public – assis sur la scène, autour de la table de sa cuisine ou dans le gradin – est à la fois le regard oppressant d’une société et le témoin de sa transformation. Après tout, ne sommes-nous pas tous·tes enfermé·es dans un rôle, qui pourrait être abandonné et réécrit à tout moment ? Saitta nous livre une pièce sur le pouvoir émancipateur de la colère et de la déraison.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Les Jours de mon abandon

    15.05.2024  >  19.05.2024

    • Théâtre
    Dans l’Italie de la fin des années 1990, Olga, 40 ans et deux enfants, est une mère et une épouse dévouée. Un beau jour, son mari la quitte. Tout est à reconstruire, à commencer par les mots.

    Lire la suite

    Dans l’Italie de la fin des années 1990, Olga, 40 ans et deux enfants, est une mère et une épouse dévouée. Elle tente de mener une vie en parfaite adéquation avec ce que la société lui impose. Un beau jour, son mari la quitte pour une jeune fille, comme dans le plus pathétique des feuilletons. Et tout son univers s’écroule. En proie à un sentiment de danger permanent, Olga sombre alors dans un état de rage, elle devient vulgaire, violente, grotesque. Une fois le maquillage retiré et les apparences dissipées, c’est une femme inattendue qui prend place. Scandaleuse et puissante. Presque mythique, elle apparaît dans toute sa tragédie : une Médée contemporaine, qui n’a plus besoin de tuer pour exister. Dans cette adaptation du livre d’Elena Ferrante, l’actrice et metteuse en scène Gaia Saitta incarne cette femme, accompagnée de ses enfants et de son chien. Délaissant un corps opprimé pour un corps résistant, elle s’abandonne, enfin libérée.  Tout est à reconstruire, à commencer par les mots. Le public, dispersé sur le plateau et en dehors, est à la fois partie et témoin de cette transformation. Gaia Saitta est artiste associée au Théâtre National Wallonie-Bruxelles Première Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles Coréaliasation Kunstenfestivaldesarts, Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Les arbres nus ne bruissent pas / Kale bomen ruisen niet

    15.05.2024  >  31.05.2024

    • Théâtre
    Nancy et Gaby attendent de la visite. En de courts dialogues très animés, elles tournent autour du pot avec panache. Petit à petit, on découvre ce qui s’est joué dans leur passé. C’est loin d’être beau.

    Lire la suite

    Deux femmes sont assises devant une caravane. L’une est déjà réveillée, l’autre vient de se lever. Café? Thé? Une conversation commence, alors que la journée se déploie dans une ambiance légèrement fébrile. Nancy et Gaby reçoivent de la visite aujourd’hui entre 10h et 17h. Que porteront-elles pour faire bonne impression? En de courts dialogues très animés, les deux femmes se répètent en boucle et tournent avec panache autour du pot. Combien de temps vont-elles tenir? Petit à petit, on découvre ce qui s’est joué dans leur passé. Et c’est loin d’être beau. Spectacle bilingue avec surtitres en néerlandais et en français. Tweetalige voorstelling met boventiteling in het Nederlands en het Frans. Avec l’aide de: Sabam, GC De Kroon, GC De Markten Production BXL WILD, Coproduction Tristero. Avec le soutien de ​SABAM for Culture,​ ​la Communauté Flamande, le VGC, Culturecultuur1060, GC De Markten, GC Nekkersdal, GC De Kriekelaar, GC De Kroon. La traduction a été réalisé avec le soutien de la ​Maison Antoine Vitez. ___________ TARIFS Tarifs libres 8€ / 12€ / 16€ / 20€ Tarif de soutien à partir de 25€ Places individuelles : CHOOSE CE QUE TU BETAALT (tarif libre) C'est vous qui choisissez le prix que vous souhaitez mettre, en fonction de vos moyens et de vos valeurs. À l'exception des Lundi-Théâtre qui restent à 6€ pour tout le monde, nous vous indiquons un prix conseillé qui permet une rémunération juste pour les artistes et une gestion optimale pour le fonctionnement du théâtre, mais à vous de décider ! Payez ce que vous pouvez, ce que vous voulez, ce qui vous fait plaisir, ce qui vous paraît juste, indispensable, équitable et acceptable ! Vous êtes en mesure de payer un peu plus pour le billet? Vous permettez de la sorte que d'autres paient un peu moins. Merci de contribuer à un accès à la culture pour tou.te.s! PREVENTE : en réservant et payant vos places à l'avance, vous évitez le supplément de 2€ pour les achats le soir-même. Vous êtes étudiant.es en Arts du spectacle ou bénéficiaire des tickets Article 27? Ces tarifs restent valables! ___________ HORAIRES mercredi 15/05 - 19h00 jeudi 16/05 - 20h30 vendredi 17/05 - 20h30 mercredi 22/05 - 19h00 jeudi 23/05 - 14h00 jeudi 23/05 - 20h30 vendredi 24/05 - 20h30 mercredi 29/05- 19h00 jeudi 30/05 - 20h30 vendredi 31/05 - 20h30
    Lieu
    Les Riches-Claires
    Rue des Riches Claires, 24
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 548 25 80
    Réservation : +32 2 548 25 80
    accueil@lesrichesclaires.be
    http://www.lesrichesclaires.be
  • Treshold - Kwame Boafo|Kunstenfestivaldesarts

    16.05.2024  >  23.05.2024

    • Spectacle

    Lire la suite

    Une chorégraphie peut-elle entrelacer différentes échelles de mouvement, comme celles du corps humain et celles des flux de marchandises d’un monde globalisé ? Kwame Boafo vit à Accra, au Ghana, où il travaille à l’ouverture d’un institut de mouvement et philosophie. Accra est aussi la ville portuaire par laquelle les vieilles voitures européennes – souvent réparées à Bruxelles – arrivent sur le marché ouest-africain. Avec Threshold, Boafo crée un magnifique solo aux images et aux mouvements raffinés évoquant des pièces de voitures, déployant un dialogue poétique entre la chorégraphie et l’histoire commerciale. Pour ce projet, Boafo collabore avec l’artiste Percy Nii Nortey, qui recycle des matériaux provenant d’ateliers mécaniques au Ghana pour mettre en lumière les histoires que racontent ces voitures en fin de vie. Nortey a créé un rideau à partir des tissus ghanéens utilisés pour nettoyer les véhicules venus de Bruxelles. Présenté dans l’atrium monumental des Arts et Métiers – une école technique implantée le long du canal, la zone d’où partent les voitures – Threshold apparaît comme une composition viscérale qui explore par la danse les espaces qui se cachent entre notre présence, la dégradation de l’environnement et le consumérisme. Une performance qui rend soudainement visible les mouvements humains et non-humains de notre économie mondialisée.
    Lieu
    Arts et Métiers - Institut Marguerite Massart
    Rue de l'Abattoir, 50
    1000 Bruxelles
    http://www.lesrichesclaires.be
  • Récits de ville : Molenbeek

    17.05.2024  >  26.05.2024

    • Théâtre
    Théâtre-Forum/conférence – échanges – réflexion – sociologie de la ville – inégalités sociales – gentrification

    Lire la suite

    Cet atelier analyse la vie sociale en ville. Ici on se concentre sur la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Les sociologues de la ville vont étudier la manière dont les habitants vivent ensemble, travaillent, et interagissent dans les milieux urbains, et comment cela affecte la société en général. Ils regardent comment les villes sont organisées, comment les gens se regroupent dans des quartiers, et comment ça influe sur leur vie quotidienne.
    Lieu
    Ras El Hanout
    Rue du ruisseau 17-19, 17-19
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 488 01 14 11
    info@ras-el-hanout.be
    https://ras-el-hanout.be/
  • Vagabundus - Idio Chichava|Kunstenfestivaldesarts

    17.05.2024  >  19.05.2024

    • Spectacle

    Lire la suite

    Treize performeur·euses dansent avec frénésie et chantent à tue-tête, comme en extase. Iels se déplacent comme un seul corps dans des scènes qui rappellent tantôt la vie dans la rue, tantôt une procession. Par moments, l’un·e ou l’autre s’échappe pour ensuite, tendrement, réintégrer le groupe. Le chorégraphe Idio Chichava s’inspire des mouvements migratoires et des rituels de danse du peuple Makondé, vivant principalement au Mozambique et dans les pays voisins. Selon lui, seuls les corps qui dansent et chantent simultanément s’expriment pleinement et peuvent exister en synergie avec les autres. Vagabundus dépeint la vie comme un rassemblement et un regroupement constants et la migration comme un voyage qui pourrait être émotionnel, spirituel et collectif. Chansons mozambicaines traditionnelles et contemporaines sont chantées et superposées à du gospel et des motifs baroques. Avec une scénographie épurée, entièrement portée par l’impact explosif de la danse et des voix, Chichava explore l’expressivité du corps et célèbre la vie en nous renvoyant vers notre véritable identité. Un spectacle éblouissant qui souligne la capacité de la communauté à renforcer notre identité, une performance collective bouleversante qui déploie le chant et la danse comme moyen de résistance et comme rituel de survie.
    Lieu
    Le 140
    Avenue Eugène Plasky, 140
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 2 733 50 19
    Réservation : +32 2 733 97 08
    tickets@le140.be
    http://www.le140.be
  • The Window of Spaceship ‘In-Between’ - Toshiki Okada / chelfitsch|Kunstenfestivaldesarts

    18.05.2024  >  20.05.2024

    • Théâtre

    Lire la suite

    Le vaisseau spatial « In-Between » (« Entre-Deux ») traverse l’univers avec un équipage, composé de quatre humains et un androïde, chargé d’exporter la langue japonaise vers d’autres galaxies. Toshiki Okada crée un petit bijou théâtral dans lequel la science-fiction côtoie la poésie ordinaire d’un groupe confiné dans un espace. Les quatre acteur·ices choisi·es par Okada partagent un point commun : le japonais n’est pas leur langue maternelle. En les désignant comme gardien·nes de la culture japonaise, Okada nous rappelle que le langage appartient avant tout à celles et ceux qui le parlent. On pourrait voir en ce vaisseau spatial une métaphore critique du passé colonial japonais en Asie du Sud-Est, de l’expansion du japonais ou encore des politiques linguistiques. Les êtres humains interagissent sous nos yeux avec l’androïde et un extraterrestre apparu à bord lors d’un passage dans un tunnel spatio-temporel. Iels mènent ensemble un dialogue délicat sur les origines et la nostalgie de la Terre. Par une fenêtre, nous les observons, ou peut-être est-ce elleux qui nous observent – nous, resté·es sur Terre. Au-delà du nom d’un vaisseau, « In-Between » devient un hymne aux entre-deux et aux identités qui dépassent les identités définies. Toshiki Okada revient au festival avec une performance d’une rare beauté, suspendue en apesanteur.
    Lieu
    KVS BOL
    Rue de Laeken, 146
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 210 11 12
    Réservation : +32 2 210 11 12
    tickets@kvs.be
    http://www.kvs.be
  • Hands Made + Nothing But Fingers - Begüm Erciyas & Moe Satt|Kunstenfestivaldesarts

    18.05.2024  >  21.05.2024

    • Spectacle

    Lire la suite

    Deux performances, proposées ensemble dans un même programme, invitent à repenser la relation à nos mains et à réfléchir à leur rôle dans le présent, le passé et le futur. Dans Hands Made de Begüm Erciyas, les mains du public occupent une place centrale : guidé·es par une bande sonore, les spectateur·ices observent une de leur main et celle de leurs voisin·es, ce qui leur permet d’explorer des sentiments d’intimité et d’aliénation. Isolées du reste du corps, nos mains deviennent le centre d’une réflexion sur le travail manuel et le toucher. À quoi s’affairent-elles ? Qui ou quoi toucheront-elles à l’avenir ? En attirant notre attention sur notre toucher, de nouveaux rapports de proximité s’installent et la perception de ce qui nous entoure en sort modifiée. Nothing But Fingers est une performance du plasticien Moe Satt, qui a développé une recherche sur les gestes de mains utilisés dans la communication de chasse en Afrique du Sud et dans la danse traditionnelle de Birmanie et d’Asie du Sud-Est, où les gestes humains peuvent adopter des formes animales. Avec la danseuse Liah Frank, il explore le potentiel expressif des mains et leur faculté à diriger l’énergie à travers le corps. Une chorégraphie délicate, dans laquelle les mains commandent le reste du corps jusqu’à l’abandon total.
    Lieu
    GC De Kriekelaar
    Rue Gallait
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 2 245 75 22
    dekriekelaar@vgc.be
    http://www.dekriekelaar.be
  • Weathering - Faye Driscoll|Kunstenfestivaldesarts

    18.05.2024  >  21.05.2024

    • Spectacle

    Lire la suite

    Comment ressentons-nous l’impact d’événements qui, malgré le fait qu’ils nous dépassent, parviennent à nous traverser, nous animer et activer nos corps ? Sur un plateau rotatif qui ressemble à un radeau, dix performeur·euses, en constante évolution, composent des images qui ressemblent à des tableaux vivants issus d’un univers queer. Leurs voix génèrent une partition qui va crescendo et résonne à mesure qu’iels s’agrippent mutuellement, se balancent et se repoussent sur une surface trop petite pour les contenir, menaçant de déborder. Par moments, des images issues de l’iconographie classique semblent se dessiner. Tendresse, violence, sensualité et force brute cohabitent. Assis autour de la scène comme s’il assistait à un match de boxe, le public peut ressentir la sueur et l’ardeur de scènes étourdissantes. La célèbre chorégraphe états-unienne Faye Driscoll revient au festival avec une sculpture multisensorielle faite de chair et de souffle, de corps, de sons, d’odeurs, de fluides et d’objets. Elle pousse ses performeur·euses jusqu’à leurs limites dans un spectacle fascinant et aventureux, présenté dans l’impressionnant Hall Horta, qui était à l’origine conçu comme une salle d’exposition pour sculptures. Weathering est une ode à l’inépuisable puissance physique des corps queer et à leurs évolutions.
    Lieu
    Palais des Beaux-Arts - Bozar
    Rue Ravenstein, 23
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 507 82 00
    Réservation : +32 2 507 82 00
    info@bozar.be
    http://www.bozar.be