Evénements du 5 avril 2024

  • Degrees of separation

    01.10.2023  >  07.04.2024

    • Théâtre
    Me, you, and everyone in between us

    Lire la suite

    The ‘six degrees of separation’ theory is a familiar one by now : it only takes a certain number of acquaintances to discover a chain of mutual connection with anybody in the world. The number six may be an arbitrary one, but it’s certain that today we’re more interconnected than ever. Human connection, however, is never a neutral experience. Encounters with other people affect us - some more than others - and sometimes change us. Degrees of Separation takes an acerbic and irreverent look at how we all affect and shape each other – whether we like it or not.
    Lieu
    Théâtre l’Improviste
    Rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Les Psychopotes - Envolées

    13.10.2023  >  19.04.2024

    • Spectacle
    Envolées Le nouveau spectacle improvisé des Psychopotes !

    Lire la suite

    Avez-vous déjà rêvé de voler par-dessus les océans ? De devenir dompteur de lion ? De revoir votre premier amour ? Nos rêves nous portent, ils nous transportent, ils nous surprennent. Ils sont tantôt loufoques, tantôt inspirants, parfois effrayants. Prenez-les sous le bras et venez nous les confier. Avec eux, nous nous évaderons dans les univers les plus poétiques et improbables. Envolées c’est 75 min complètement improvisées pour aller au bout de vos rêves…
    Lieu
    Le Petit Chapeau Rond Rouge
    Rue Père Eudore Devroye, 12
    1040 Etterbeek
    Tél : +32 498 51 35 63
    Réservation : +32 498 51 35 63
    info@lepetitchapeaurondrouge.be
    http://www.lepetitchapeaurondrouge.be
  • Cab confessions

    26.11.2023  >  14.04.2024

    • Théâtre
    Two strangers between a truth and a lie

    Lire la suite

    Inspired by Jim Jarmusch’s "Night on Earth", "Cab Confessions" is a fully improvised dramatic theatre performance discovering a taxi as a highly intimate place. A driver and a passenger meet coincidentally and most likely never see each other again. This creates an uncommon space of intimacy amongst strangers. Both can safely touch and reveal parts and corners of their lives which usually remain carefully protected – without the fear of consequences. As the conversation between the two emerges, crucial experiences are touched, come to the fore, take the full stage and fade away. That leaves them both with a physical and emotional journey either inspired, devastated, touched, sad or hopeful as they step back into their ordinary lives. The show investigates and explores those hidden places of our lives which will be played out in front of the audience, inside and outside the taxi.
    Lieu
    Théâtre l’Improviste
    Rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Le Misanthrope

    07.03.2024  >  06.04.2024

    • Théâtre
    Après L’Avare et L’École des femmes, Patrice Mincke plonge cette fois dans cet autre chef d’œuvre du grand Poquelin avec Itsik Elbaz dans le rôle-titre. L’action est transposée dans une entreprise d’aujourd’hui (genre Google, Amazon…) où l’hypocrisie, la flatterie règnent en maître, au grand désespoir d’Alceste !

    Lire la suite

    Le Misanthrope est une pièce qui m’accompagne depuis des années. Je l’ai vue pour la première fois en 1985 au Théâtre National de Belgique et, même si la langue de Molière est sans doute restée un peu hermétique pour moi (j’avais 11 ans), je me souviens d’avoir été touché par la détresse d’Alceste et par le mélange d’agacement et d’empathie qu’il suscitait. Le propos aussi m’avait bousculé : il faudrait donc mettre des limites à notre sincérité ? Mais alors, comment éviter d’être hypocrite ? Depuis lors, le Misanthrope s’est souvent rappelé à moi, dans mes relations avec mes amis ou mes collègues : je me reconnais tantôt en Alceste, tantôt en Philinte, parfois aussi en Célimène, et le fait de pouvoir conceptualiser mes actes (« mais je suis en train de faire l’Alceste ! ») m’a parfois permis, je crois, de prendre du recul et de mieux comprendre la situation dans laquelle je me trouvais. Si cette pièce m’a marqué plus qu’une autre, c’est qu’elle occupe à mon sens une place particulière dans l’œuvre de Molière : alors que la plupart de ses autres textes mettent en scène un personnage doté d’un défaut clair (l’avare, le malade imaginaire, le bourgeois, etc.) auquel s’opposent des personnages sensés (les enfants d’Harpagon, Toinette et Béralde, Nicole, etc.), celui-ci fait s’entrechoquer des personnages dont les comportements sont opposés et pourtant tous justifiés. Célimène, Alceste, Philinte, et même dans une moindre mesure Oronte et les marquis, tous ont un comportement défendable et peuvent autant susciter notre empathie que notre désapprobation. Notre point de vue sur l’un et l’autre bascule au fil de la pièce, et nous restons avec moins de réponses que de remises en question. Pour rendre plus épineuse la question de la sincérité, Molière situe son action dans un monde tendu, sous pression, hyper connecté, où chacun est informé des moindres faits et gestes de chacun, où les privilèges obtenus ne sont jamais véritablement acquis, où le critère de réussite n’est pas le mérite, ni le travail, mais bien la popularité et la capacité à « réseauter ». Dans ce monde, les conséquences de la flatterie et de la franchise deviennent concrètes : Célimène, par exemple, ne peut froisser Oronte ni les marquis sous peine de perdre son rang ou son influence, et Alceste, parce qu’il dit ce qu’il pense, est en passe de perdre des procès importants et d’être mis au ban de la société. Plus fondamentalement, Le Misanthrope nous montre ce que la société fait de nous, à quelles compromissions elle nous pousse. Quel enfant a dit un jour « moi, plus tard, je voudrais être un peu lâche, un peu flatteur, pour obtenir l’appui de gens influents afin de m’élever professionnellement, quitte à entretenir un système que je sais toxique et injuste » ? Et pourtant, nous finissons tous par faire des petits tours de passe-passe avec notre conscience et nous tentons de concilier nos valeurs avec notre envie de réussite. On renomme nos actes «mentir » devient « préserver l’autre », « flatter » devient « entretenir une bonne relation »), on se raccroche à l’idée que toute vérité n’est pas bonne à dire, et on suit la « realpolitik » dePhilinte. Mais en chacun de nous vit aussi un Alceste (parfois savamment bâillonné, il est vrai) qui n’est dupe de rien et pointe sans pitié ces petits accommodements peu reluisants. Voilà ce qui guide mon travail autour du Misanthrope : plutôt que de dépeindre un « atrabilaire amoureux » (le sous-titre de la pièce), je voudrais mettre l’accent sur le problème systémique, à savoir l’impossibilité, dans une société qui nous met en concurrence les uns avec les autres, de résoudre la délicate question de la sincérité. Ce n’est pas dans la nature intrinsèque de Célimène de séduire et manipuler, ni dans celle d’Alceste de se brouiller avec le monde entier, mais ils se débattent comme ils peuvent dans une société peu humaine. Patrice MINCKE
    Lieu
    Théâtre Royal du Parc
    Rue de la Loi, 3
    1000 Bruxelles
    Réservation : +32 2 505 30 30
    info@theatreduparc.be
    http://www.theatreduparc.be
  • Héroïne(s)

    14.03.2024  >  13.04.2024

    • Théâtre
    Ne rockez pas, vous n’avez encore rien vu.

    Lire la suite

    Dans un bureau de police, une salle d’interrogatoire. Delphine Ysaye y fait sa déposition. La sienne et celle de toutes les autres, auxquelles elle s’identifie : les bad girls. Les filles du rock. Les héroïnes. Drogue, sexe, violence… Ces artistes se sont toutes retrouvées un jour dans leur vie face à la police, victimes ou coupables. Sans cesse ballotées entre le délit de sale gueule et l’outrage aux bonnes mœurs. Est-ce la raison pour laquelle ces femmes ont, elles aussi, voulu prendre une guitare et se mettre à crier ? Comment le rock leur a-t-il permis de briser leurs chaines – celles de la morale, des conventions et de leur condition ? Dans ce spectacle résolument musical, Delphine Ysaye nous raconte combien la musique la plus populaire des six dernières décennies invite à la révolte, bouscule, corrompt, abime, résonne. Définitivement rock and girl.
    Lieu
    TTO - Théâtre de la Toison d'Or
    Galerie de la Toison d'Or, 396
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 510 05 10
    Réservation : +32 2 510 05 10
    info@ttotheatre.be
    http://www.ttotheatre.be
  • Pour un temps sois peu

    26.03.2024  >  06.04.2024

    • Théâtre
    Dans ce seule en scène au style unique, Laurène Marx raconte son histoire de femme trans. Elle nous fait part des questionnements que la société impose au parcours des personnes qui tentent de fuir la binarité.

    Lire la suite

    L’existence des personnes trans interroge de façon douloureuse le bien fondé des différentes assignations, qu’elles soient de genre, de sexe ou de classe.  Dans ce seule en scène au style unique, Laurène Marx raconte son histoire de femme trans. Elle nous fait part des questionnements que la société impose au parcours des personnes qui tentent de fuir la binarité. De son rapport au féminisme. Des micro-agressions. Des macro-agressions. De la difficulté d’aimer et de choisir ses amours dans un monde à la sexualité hétéronormée. À travers une langue trash, parfois violente et une adresse directe, la performeuse implique le public et le force à se demander en permanence si on parle à lui ou de lui. Parce que la minorité peut remettre en question les certitudes de la majorité.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Lis-moi tout [2e édition]

    03.04.2024  >  06.04.2024

    • Théâtre
    Festival dédié aux écritures de la relève

    Lire la suite

    DUREE - A confirmer GRATUIT - RESERVATION CONSEILLEE _______________________________________________________ Retour d’un temps fort au Rideau : le LIS-MOI TOUT s’annonce avec un programme encore plus foisonnant qu’en 21*22. Toujours en complicité, le Rideau et le Vilar feront émerger de la Liseuse, leur comité de lecture, des textes dramatiques qui n’ont jamais été joués en Belgique ou mis en ondes. De nouveaux invités rejoignent cette deuxième édition : le Jamais Lu, une des plus importantes manifestations consacrées à la littérature dramaturgique émergeante au Québec, la Mousson d’été qui organise des rencontres internationales et accompagne les écrivainEs-dramaturges à travers des résidences, des ateliers, des aides à la traduction et à la publication. Ajoutons aussi la participation de la Bibliothèque d’Ixelles avec qui se prépare un atelier d’écriture. Une fois encore à nos côtés dans la construction de ce joyeux festival, Le Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles (CED WB) et Le Centre des Arts scéniques (CAS). Au LIS-MOI TOUT, on vous promet une effervescence de nouveaux visages, nouvelles voix, nouveaux récits et paysages. Programme détaillé - À suivre _______________________________________________________ Photo visuel Arnaud Banier Coproduction Le Rideau, Le Vilar. En partenariat avec le Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles (CED-WB). Participation Centre des Arts scéniques (CAS).
    Lieu
    Le Rideau
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 01
    Réservation : +32 2 737 16 00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Maison chaos

    03.04.2024  >  13.04.2024

    • Spectacle
    Un spectacle tissé de poésie engagée qui raconte les chemins que l’on emprunte pour échapper à la violence. Celle qui pousse à se recroqueviller, à prendre la route, à écouter les rides de nos corps tourmentés.

    Lire la suite

    Autrice, poétesse, slameuse, afroféministe, activiste LGBTQIA+, exilée permanente, Joëlle Sambi est l’une des figures les plus engagées de la scène actuelle. Sa nouvelle création, Maison chaos, fait appel à des formes aussi diverses que le slam, le chant lyrique, la musique électronique, la vidéo et le son. C’est un spectacle tissé de poésie engagée qui raconte les chemins que l’on emprunte pour échapper à la violence. Celle qui pousse à se recroqueviller sur une mémoire douloureuse, ou à se réfugier ailleurs. À prendre la route pour fuir ses démons intérieurs. À écouter les rides de nos corps tourmentés. Joëlle Sambi est artiste associée au Théâtre National Wallonie-Bruxelles Coproduction Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • George de Molière

    04.04.2024  >  13.04.2024

    • Théâtre
    Une relecture contemporaine de l’un des textes les plus cruels de Molière, satire décapante d’un monde englouti sous ses convenances et ses stéréotypes.

    Lire la suite

    Entre danse, musique et humour ravageur, une inventivité sans borne, au service d’un pur moment de jubilation théâtrale. Paysan enrichi, George Dandin a épousé Angélique, fille de Monsieur et Madame de Sotenville, un couple d’aristocrates désargentés. En échange de sa fortune, il a pu obtenir ce qui lui faisait défaut : un mariage, un rang, et surtout un titre, « Monsieur de la Dandinière ». Pourtant, rien ne se passe comme il l’avait espéré. Refusant cette union qui lui fait honte, son épouse le délaisse, et ses beaux-parents n’ont de cesse de lui faire comprendre qu’iels ne pourront jamais appartenir au même monde. Un jour, voyant Angélique tomber sous le charme d’un gentilhomme de passage dans la région, George tente maladroitement de démasquer sa femme pour rompre leur mariage, ce cruel marché de dupes qui le rend si ridicule. Mais la situation finit par se retourner contre lui… Trublion incontournable de la scène belge francophone, la Clinic Orgasm Society nous a habitué·es depuis plus de vingt ans à son univers haut en couleur, d’une liberté déjantée. Une façon irrévérencieuse d’aborder la création de plateau, volontiers exubérante et toujours extraordinairement festive. Jamais repu de nouvelles aventures théâtrales, le duo formé par Ludovic Barth et Mathylde Demarez a cette fois-ci décidé, pour la toute première fois, de se confronter à un texte de répertoire, et non des moindres : George Dandin. L’une des pièces les plus sombres de Molière, portrait au vitriol d’une société ensablée dans des règles et des convenances sociales écrasantes. Une farce tragique, aussi drôle que cruelle, sur le destin d’un homme impuissant et désespéré, pris dans un naufrage sans fin entre deux mondes qui ne parviennent pas à se rencontrer. Couronné meilleur spectacle de l’année 2022 aux prix Maeterlinck de la Critique, le « Grand Divertissement Royal de la Clinic Orgasm Society » fait son retour au Varia, où nous nous réjouissons de le redécouvrir, en co-présentation avec les Halles de Schaerbeek. Musique live, costumes délirants, chorégraphies endiablées : ce George de Molière s’autorise toutes les outrances. Une relecture jouissive et iconoclaste, comme un pied de nez au classicisme, qui malmène les stéréotypes sexistes et les totems sociaux. L’histoire d’un monde qui tourne en rond sur lui-même, jusqu’à en devenir fou, et perdre pied dans une hallucination d’un humour ravageur. Clin d’œil malicieux à la pastorale musicale et dansée qui encadre l’intrigue originale, ce carnaval férocement loufoque nous offre un moment de pure jubilation théâtrale, servi par des interprètes d’une inventivité folle.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be