Evénements du 21 août 2022

  • Sick Architecture

    06.05.2022  >  28.08.2022

    • Exposition

    Lire la suite

    Il existe des rapports étroits entre architecture et maladie. Le discours architectural se fraie toujours un chemin à travers les théories du corps et de l’esprit, faisant de l’architecte une sorte de médecin et du client un patient. Depuis des milliers d’années, l’architecture est décrite à la fois comme une forme de prévention et comme un remède. Avec « Sick Architecture » le CIVA et curatrice invitée Beatriz Colomina mettent en lumière une thématique plus actuelle que jamais. La santé serait le but premier de l’architecte, comme Vitruve le soulignait déjà au premier siècle avant Jésus-Christ. Pourtant, l’architecture est souvent aussi perçue comme cause de maladie – depuis l’usage de matériaux toxiques dans la construction jusqu’au syndrome du bâtiment malsain. L’architecture elle-même est tombée malade. A chaque époque et à chaque affliction correspond une architecture spécifique. L’époque des maladies bactériennes, de la tuberculose en particulier, a donné naissance à l’architecture moderne dans les premières décennies du XXe siècle, à des bâtiments blancs détachés du « sol humide où couve la maladie », comme le disait Le Corbusier. Durant l’après-guerre, l’attention s’est déplacée vers les problèmes psychologiques. L’architecte a souvent été vu comme une sorte de psy, et la maison pas seulement comme un dispositif médical de prévention de la maladie, mais aussi comme un espace procurant un confort psychologique ou, comme le disait Richard Neutra, de « santé nerveuse ». Le XXIe siècle est l’âge des troubles neurologiques, avec la dépression, le trouble déficitaire de l’attention, les troubles bipolaires, le syndrome du burn-out, les allergies et l’hypersensibilité environnementale comme facteurs définissant l’expérience contemporaine de l’architecture et de l’environnement bâti. En attendant, les pandémies sont de retour. L’épidémie de COVID-19 est en train de refaçonner complètement l’architecture et l’urbanisme. Le virus a mis en évidence les injustices structurelles en matière de race, de classe et de genre, provoquant un appel à la transformation sociale et peut-être à une révolution architecturale. L’exposition élargit le cadre historique et conceptuel des discussions, avec des éléments d’analyse qui couvrent un spectre allant de l’architecture historique de la quarantaine à Ellis Island et à l’ancien lazaret de Venise jusqu’à l’architecture moderne d’Aino et Alvar Aalto et d’Henri Lacoste, en passant par les expérimentations d’Hans Hollein et de la Coop Himmelb(l)au dans les années 1960. Enfin, « Sick Architecture » s’attardera sur les réalisations de figures contemporaines de l’architecture (51N4E, Arno Brandlhuber / B+, Elizabeth Diller, De Vylder Vinck Taillieu, Andrés Jaque) et les propositions et œuvres d’artistes tels que Sammy Baloji, Mohammed Bourouissa, Vivian Caccuri, Goldin+Senneby et Ahmet Öğüt. L’exposition s’accompagne d’une série de publications en ligne sur e-flux Architecture, dont la première partie est parue en 2020 et dont la seconde partie paraîtra au moment de l’ouverture de l’exposition en mai. Y contribuent, les auteurs suivants : Edna Bonhomme, David Gissen, Brooke Holmes, Fabiola Lopez-Duran, Elizabeth Povinelli, Meredith TenHoor et Mark Wigley, ainsi que de nombreux doctorants de la Princeton University qui participent depuis 2019 aux séminaires de Beatriz Colomina consacrés aux liens entre architecture et maladie. Le 6 mai, les « Sick Architecture Talks » auront lieu de 10 à 21 heures au CIVA, avec des exposés de plus de 20 architectes, artistes, écrivains et scientifiques. L’évènement, animé par le rédacteur en chef adjoint d’e-flux Architecture, Nick Axel, sera également diffusé en direct sur e-flux Live. Avec la contribution de : 51N4E, Aino & Alvar Aalto, An Tairan, Andrea Bagnato, Sammy Baloji, Franco Basaglia, Eugène Beaudouin / Marcel Lods, Victoria Bergbauer, Anna Bokov, Mohamed Bourouissa, Angela Brown / Jorge González, Ibiayi Briggs, Gaston Brunfaut, Holly Bushman, Victoria Bugge Øye, Burokade Architects, Vivian Caccuri, Susana Calò / Godofredo Pereira, Center for Independent Living, Coop Himmelb(l)au, Simon De Nys-Ketels, Marie de Testa, De Vylder Vinck Taillieu / BAVO, Elizabeth Diller, dRMM, André Farde / Jean Saidman, Clemens Finkelstein, Dante Furioso, Ignacio G. Galán, Goldin+Senneby, Paul Hankar, Josef Hoffmann, Hans Hollein, Victor Horta, Lydia Inber, Stanislas Jasinski, Andrés Jaque, Charles Jencks, Angelika Joseph, Rebecca Kellawan, Maggie Keswick Jencks, Henri Lacoste, Le Corbusier, Fabiola Lopez Duran / Ana-Maria Tavares, Iván López Munuera, Miralles Tagliabue EMBT, Jacques Moeschal, László Moholy-Nagy, Jean Mouigneau, Richard Neutra, Ahmet Öğüt, Kara Plaxa, Michel Polak, Philippe Rahm, Guillermo Sánchez Arsuaga, Alexandra Sastrawati, Giuseppina Scavuzzo, Shivani Shedde, René Schoentjes, Maxwell Smith-Holmes, Nicole Sonolet, Iason Stathatos, Meredith TenHoor, Mies van der Rohe, Jeremy Lee Wolin, VOET, Chenchen Yan, Zhongguo Jianzhu
    Lieu
    CIVA
    Rue de l'Ermitage
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 642 24 50
    info@civa.brussels
    http://www.civa.brussels
  • Sick Architecture

    06.05.2022  >  28.08.2022

    • Exposition
    Il existe des rapports étroits entre architecture et maladie. Le discours architectural se fraie toujours un chemin à travers les théories du corps et de l’esprit, faisant de l’architecte une sorte de médecin et du client un patient. Avec « Sick Architecture » le CIVA et curatrice invitée Beatriz Colomina mettent en lumière une thématique plus actuelle que jamais.

    Lire la suite

    La santé serait le but premier de l’architecte, comme Vitruve le soulignait déjà au premier siècle avant Jésus-Christ. Pourtant, l’architecture est souvent aussi perçue comme cause de maladie – depuis l’usage de matériaux toxiques dans la construction jusqu’au syndrome du bâtiment malsain. L’architecture elle-même est tombée malade. A chaque époque et à chaque affliction correspond une architecture spécifique. L’époque des maladies bactériennes, de la tuberculose en particulier, a donné naissance à l’architecture moderne dans les premières décennies du XXe siècle, à des bâtiments blancs détachés du « sol humide où couve la maladie », comme le disait Le Corbusier. Durant l’après-guerre, l’attention s’est déplacée vers les problèmes psychologiques. L’architecte a souvent été vu comme une sorte de psy, et la maison pas seulement comme un dispositif médical de prévention de la maladie, mais aussi comme un espace procurant un confort psychologique ou, comme le disait Richard Neutra, de « santé nerveuse ». Le XXIe siècle est l’âge des troubles neurologiques, avec la dépression, le trouble déficitaire de l’attention, les troubles bipolaires, le syndrome du burn-out, les allergies et l’hypersensibilité environnementale comme facteurs définissant l’expérience contemporaine de l’architecture et de l’environnement bâti. En attendant, les pandémies sont de retour. L’épidémie de COVID-19 est en train de refaçonner complètement l’architecture et l’urbanisme. Le virus a mis en évidence les injustices structurelles en matière de race, de classe et de genre, provoquant un appel à la transformation sociale et peut-être à une révolution architecturale. L’exposition élargit le cadre historique et conceptuel des discussions, avec des éléments d’analyse qui couvrent un spectre allant de l’architecture historique de la quarantaine à Ellis Island et à l’ancien lazaret de Venise jusqu’à l’architecture moderne d’Aino et Alvar Aalto et d’Henri Lacoste, en passant par les expérimentations d’Hans Hollein et de la Coop Himmelb(l)au dans les années 1960. Enfin, « Sick Architecture » s’attardera sur les réalisations de figures contemporaines de l’architecture (51N4E, Elizabeth Diller, architecten jan de vylder inge vinck, Andrés Jaque) et les propositions et œuvres d’artistes tels que Sammy Baloji, Mohammed Bourouissa, Vivian Caccuri, Goldin+Senneby et Ahmet Öğüt. L’exposition s’accompagne d’une série de publications en ligne sur e-flux Architecture, dont la première partie est parue en 2020 et dont la seconde partie paraîtra au moment de l’ouverture de l’exposition en mai. Y contribuent, les auteurs suivants : Gideon Boie, Edna Bonhomme, David Gissen, Brooke Holmes, Fabiola Lopez-Duran, Elizabeth Povinelli, Meredith TenHoor et Mark Wigley, ainsi que de nombreux doctorants de la Princeton University qui participent depuis 2019 aux séminaires de Beatriz Colomina consacrés aux liens entre architecture et maladie. Le 6 mai, les « Sick Architecture Talks » auront lieu de 14 à 21 heures au CIVA, avec des exposés de plus de 20 architectes, artistes, écrivains et scientifiques. L’évènement, animé par le rédacteur en chef adjoint d’e-flux Architecture, Nick Axel, sera également diffusé en direct sur e-flux Live. Contributions à l'exposition : 51N4E, Aino & Alvar Aalto, An Tairan, Andrea Bagnato, Sammy Baloji, Franco Basaglia, Eugène Beaudouin / Marcel Lods, Victoria Bergbauer, Anna Bokov, Mohamed Bourouissa, Angela Brown / Jorge González, Ibiayi Briggs, Gaston Brunfaut, Holly Bushman, Victoria Bugge Øye, Burokade Architects, Vivian Caccuri, Susana Calò / Godofredo Pereira, Center for Independent Living, Coop Himmelb(l)au, Simon De Nys-Ketels, Marie de Testa, architecten jan de vylder inge vinck / Gideon Boie / Filip Dujardin, Elizabeth Diller, dRMM, Clemens Finkelstein, Dante Furioso, Ignacio G. Galán, Goldin+Senneby, Paul Hankar, Josef Hoffmann, Hans Hollein, Victor Horta, Lydia Inber, Stanislas Jasinski, Andrés Jaque, Charles Jencks, Angelika Joseph, Rebecca Kellawan, Maggie Keswick Jencks, Henri Lacoste, Le Corbusier, Fabiola Lopez Duran / Ana-Maria Tavares, Iván López Munuera, Miralles Tagliabue EMBT, Jacques Moeschal, László Moholy-Nagy, Jean Mouigneau, Richard Neutra, Ahmet Öğüt, Kara Plaxa, Michel Polak, Philippe Rahm, Jean Saidman, Guillermo Sánchez Arsuaga, Alexandra Sastrawati, Giuseppina Scavuzzo, Shivani Shedde, René Schoentjes, Maxwell Smith-Holmes, Nicole Sonolet, Iason Stathatos, Meredith TenHoor, Mies van der Rohe, Jeremy Lee Wolin, VOET, Chenchen Yan, Zhongguo Jianzhu
    Lieu
    CIVA
    Rue de l'Ermitage
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 642 24 50
    info@civa.brussels
    http://www.civa.brussels
  • Le quartier Flagey

    15.05.2022  >  28.08.2022

    • Visites Guidées
    Au croisement de la vallée du Maelbeek et de la chaussée d’Ixelles, la place Flagey occupe l’emplacement d’un ancien étang asséché.

    Lire la suite

    Au croisement de la vallée du Maelbeek et de la chaussée d’Ixelles, la place Flagey occupe l’emplacement d’un ancien étang asséché. Si le Maelbeek, ce cours d’eau aujourd’hui enterré, fait encore reparler de lui lors de fortes pluies, les noms des rues, quant à eux, nous rappellent la présence de nombreuses brasseries dans ce qui fut le coeur de l’ancien village d’Ixelles. La place, telle que nous la connaissons, a été aménagée dans les années 1930, autour du «Paquebot», édifice emblématique dessiné par Joseph Diongre pour l’Institut national de radiodiffusion. Elle fait le lien entre des univers urbains aussi différents qu’intéressants. Cette promenade part à la découverte d’un quartier pas comme les autres.
    Lieu
    Place Fernand Cocq, au pied des escaliers de la maison communale
    Place Fernand Cocq, au pied des escaliers de la maison communale
    1050 Ixelles
    http://www.civa.brussels
  • Comment sauver le patrimoine industriel

    21.05.2022  >  03.09.2022

    • Visites Guidées
    L’industrie a longtemps été la principale activité économique de Bruxelles avant de décliner, à partir des années 1970, et de laisser place aux bureaux.

    Lire la suite

    L’industrie a longtemps été la principale activité économique de Bruxelles avant de décliner, à partir des années 1970, et de laisser place aux bureaux. Cette évolution est particulièrement tangible dans le quartier maritime qui n’en garde pas moins une identité fortement marquée par l’histoire industrielle, dont les traces se retrouvent tant dans les bâtiments historiques que dans l’organisation de l’espace public. Malgré cette tertiarisation qui a fortement impacté l’évolution d’un site comme celui de Tour et Taxis, les projets urbains plus récents se tournent vers les habitants et les visiteurs, avec les initiatives tels que le projet culturel Kanal ou la restauration de l’ancien dépôt Byrrh. Comment cette identité industrielle est-elle de nouveau mise à profit dans les projets urbains ? Comment l’urbanité se reconstruit-elle à travers les projets de reconversion, et comment éviter les dérives du marketing territorial ? Les activités industrielles trouvent-elles de nouveau une place dans ces processus de transformation et de production de la ville ?
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Square Sainctelette
    1000 Bruxelles
    info@kanal.brussels
    http://www.kanal.brussels
  • En route !

    05.06.2022  >  04.09.2022

    • Théâtre
    Une route, une voiture et quelques heures à y passer. Une bulle d’intimité de quelques mètres cubes. Dans ce road trip improvisé, c’est vous qui choisissez le départ, la destination et la raison du trajet. Les personnages se baladent dans leur relation : ce qu’ils n’ont jamais osé se dire, ce qui leur reste en travers de la gorge, ce qu’ils ont toujours rêvé d’assouvir. Attachez vos ceintures !

    Lire la suite

    L'été étant la saison des départs en tout genre, l'Improviste vous propose de voyager les dimanches à 18h30 (et le samedi 25 juin à 19h) avec "En route !". Un road trip à destination de leur relation Une route, une voiture et quelques heures à y passer. Une situation si simple et pourtant si particulière. Dans quels autres contextes avons-nous l’occasion de nous enfermer dans une bulle d’intimité de quelques mètres cubes, le regard à l’horizon et les pensées en voyage ? C’est dans ce cadre si banal et pourtant si fort que les 2 personnages vont évoluer. Dans ce road trip théâtral improvisé entre humour et émotion, c’est vous qui choisissez le départ, la destination et la raison du trajet. Entre une pompe à essence, un jeu de route et un pique-nique aux sandwichs en triangle, les personnages se baladent dans leur relation. Ce qu’ils n’ont jamais osé se dire. Ce qui leur reste en travers de la gorge depuis toutes ces années. Ce qu’ils ont toujours rêvé d’assouvir. Attachez vos ceintures ! Avec en alternance : Dominique Pattuelli, Marie-Pierre Thomas, Patrick Spadrille et Gilles Delvaulx
    Lieu
    L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Le square Frère-Orban

    23.06.2022  >  25.08.2022

    • Visites Guidées
    En parcourant cette oasis de calme et de tranquillité, partez à la rencontre de personnages clé dans la Belgique du milieu du 19e siècle ...

    Lire la suite

    À la confluence des pouvoirs politiques et financiers, le square Frère-Orban illustre à lui seul le développement de nouveaux « faubourgs » hors les murs de la vieille ville de Bruxelles au 19e siècle. D’abord initiative privée, enclave de verdure pour l’aristocratie et la haute bourgeoisie environnante, ce que l’on peut qualifier de cœur du quartier Léopold se verra rapidement intégré dans un plan de développement plus vaste par les autorités publiques de la ville, lui donnant ainsi une autre dimension urbanistique. En parcourant cette oasis de calme et de tranquillité, partez à la rencontre de personnages clé dans la Belgique du milieu du 19e siècle … et du plus gros érable sycomore de Bruxelles ! © visit.brussels - Sophie Voituron.
    Lieu
    A l’angle de la rue Guimard et de la rue de l’Industrie
    A l’angle de la rue Guimard et de la rue de l’Industrie
    1040 Etterbeek
    http://www.improviste.be/