Evénements du 13 mai 2022

  • Nous, les Grosses

    04.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Le cheminement intérieur et la mise en scène des névroses de Blanche, femme de quarante-six ans souffrant de boulimie. Ce puissant tourbillon d’émotions s’enveloppe autour de cette héroïne catégorisée « grosse » et de ses fantasmes suspendus entre rêve et réalité. En mêlant le comique et le tragique, avec la boulimie en toile de fond et les fantômes qui hantent Blanche, Guillaume Druez nous invite à toucher de manière plus large et universelle la peur de l’inconnu, les incompréhensions et les dérives de notre société, comme les comportements compulsifs. Écriture et mise en scène : Guillaume Druez / Avec : Stéphane Bissot / Création Lumières : Renaud Ceulemans / Assistanat à la mise en scène : Enrico D'Ambrosio / Scénographie : Zoé Ceulemans Une création de la compagnie de Fernande, en coproduction avec le Théâtre de la Vie et La charge du Rhinocéros. Production déleguée et diffusion : La charge du Rhinocéros. Texte publié aux Editions Les Oiseaux de nuit. Avec le soutien du Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles (CED-WB), La Bellone et le BAMP. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service Général de la Création Artistique - Direction du Théâtre.
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 219 11 86
    Réservation : +32 2 219 60 06
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • 14e édition du Festival Millenium

    05.05.2022  >  13.05.2022

    • Festival
    Le Festival Millenium, un rendez-vous cinéma de dimension internationale à ne pas manquer, l'occasion aussi de découvrir des films exceptionnels, de rencontrer leurs réalisateurs ainsi que d'autres professionnels du cinéma, le tout dans une ambiance conviviale.

    Lire la suite

    Le Festival Millenium a pour vocation d’être le lieu de diffusion d’un cinéma documentaire de qualité et indépendant qui parle de notre époque et amène le spectateur à réfléchir sur son rapport au monde. Depuis plus de 14 ans, l’évolution du festival témoigne de la volonté de mettre sur pied un événement international de haut niveau à Bruxelles, capitale culturelle au coeur de l’Europe. Le festival Millenium met en avant des films dont les thèmes sont liés aux grands enjeux et objectifs du XXIe siècle, adoptés en l'an 2000 par les Nations Unies et qui reflètent les rêves et les ambitions de l’humanité pour un monde plus juste et équitable. Le cinéma belge, par la qualité et la personnalité de ses œuvres, a pris naturellement une place dans la programmation. Une attention toute particulière est accordée aux jeunes réalisateur.rice.s des master classes, des tables rondes ainsi qu’une compétition dédiée aux jeunes talents. Cela afin de renforcer la diffusion et la promotion de documentaires belges, avec la volonté de créer des synergies et des opportunités professionnelles pour les cinéastes. Depuis sa création en 2009 par Lubomir Gueorguiev et Zlatina Rousseva, le Festival International du Film Documentaire Millenium présente chaque année au printemps plus de 80 films issus des quatre coins du monde.
    Lieu
    Festival Millenium
    Rue de la Vanne, 2
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 245 60 95
    communication@festivalmillenium.org
    http://www.festivalmillenium.org/
  • La Tentation d’Édouard d’après Élisa Brune

    05.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre
    Lors d'une exposition, Édouard, tombe amoureux fou d'une photo. Son auteure est une femme, Geneviève. Il ne l'a jamais vue, mais cette photo d'un homme nu éveille en lui, l'envie de la connaître. Voyage érotique... Très belle et très touchante interprétation de Delphine Charlier.

    Lire la suite

    Lors d'une exposition, Édouard, tombe amoureux fou d'une photo. Son auteure est une femme, Geneviève. Il ne l'a jamais vue, mais cette photo d'un homme nu éveille en lui, l'envie de la connaître. Il décide de lui écrire, et à travers ses lettres, d'entrer dans l' intimité de la photographe. Par cette correspondance érotique, parfois crue, il va tenter de la séduire... Geneviève hésite à lui répondre, mais la plume d’Édouard, piquante, sensuelle,enflammée, éveille ses sens. Elle accepte cette invitation au voyage érotique, virtuel, mais refuse obstinément de rencontrer Édouard malgré son insistance... Très belle et très touchante interprétation de Delphine Charlier.
    Lieu
    Le Jardin de ma Soeur
    A l'angle du quai au Bois à Brûler et de la rue du Grand Hospice
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 217 65 82
    Réservation : +32 2 217 65 82
    info@lejardindemasoeur.be
    http://www.lejardindemasoeur.be
  • SKRIK

    05.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre
    De toutes les violences, celles à l’égard des enfants sont souvent les plus silencieuses. A fortiori quand elles surviennent au cœur de la famille. La douleur qu’elles engendrent se terre sous la honte, les non-dits ou la monstrueuse complicité d’adultes qui comptent sur le temps pour effacer les crimes commis.  Parmi les violences les plus graves, le viol et particulièrement le viol incestueux, s’inscrit comme une blessure profonde et envahissante. Parfois, le traumatisme est tel que le cerveau refoule ces souvenirs insoutenables et n’autorise leur prise de conscience que bien plus tard dans la vie.  L’amnésie traumatique et la souffrance qu’elle recèle ont interpellé Elisabeth Woronoff, au point que la jeune femme leur consacre sa première création scénique. Comédienne, plasticienne, musicienne, photographe, Elisabeth Woronoff est une artiste polyvalente. Ce foisonnement de modes d’expression nourrit son travail et le nuance. SKRIK (Le Cri en référence à l’œuvre du peintre Edvard Munch) reflète la richesse de cet univers. Sous une forme multidisciplinaire déployée par six interprètes, il propose au spectateur une expérience troublante : celle d’entrer dans le cerveau d’une femme, survivante de viol, qui recouvre la mémoire et reconstruit son identité.  Entre fiction et documentaire, SKRIK transpose sur scène la fulgurance des souvenirs qui surgissent, fragmentés. Le spectacle rappelle la complexité d’une matière trop peu connue du grand public. Il la met en lumière pour inviter à la réflexion.   14.05.2022 - 14:00 > 16:00 Conversation / L'inceste, enjeu majeur de santé publique

    Lire la suite

    De toutes les violences, celles à l’égard des enfants sont souvent les plus silencieuses. A fortiori quand elles surviennent au cœur de la famille. La douleur qu’elles engendrent se terre sous la honte, les non-dits ou la monstrueuse complicité d’adultes qui comptent sur le temps pour effacer les crimes commis.  Parmi les violences les plus graves, le viol et particulièrement le viol incestueux, s’inscrit comme une blessure profonde et envahissante. Parfois, le traumatisme est tel que le cerveau refoule ces souvenirs insoutenables et n’autorise leur prise de conscience que bien plus tard dans la vie.  L’amnésie traumatique et la souffrance qu’elle recèle ont interpellé Elisabeth Woronoff, au point que la jeune femme leur consacre sa première création scénique. Comédienne, plasticienne, musicienne, photographe, Elisabeth Woronoff est une artiste polyvalente. Ce foisonnement de modes d’expression nourrit son travail et le nuance. SKRIK (Le Cri en référence à l’œuvre du peintre Edvard Munch) reflète la richesse de cet univers. Sous une forme multidisciplinaire déployée par six interprètes, il propose au spectateur une expérience troublante : celle d’entrer dans le cerveau d’une femme, survivante de viol, qui recouvre la mémoire et reconstruit son identité.  Entre fiction et documentaire, SKRIK transpose sur scène la fulgurance des souvenirs qui surgissent, fragmentés. Le spectacle rappelle la complexité d’une matière trop peu connue du grand public. Il la met en lumière pour inviter à la réflexion.   14.05.2022 - 14:00 > 16:00 Conversation / L'inceste, enjeu majeur de santé publique
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Kunstenfestivaldesarts

    07.05.2022  >  28.05.2022

    • Festival
    Durant trois semaines, Kunstenfestivaldesarts invite des artistes du monde entier et de Belgique à redéfinir les limites du théâtre, de la danse et de la performance dans plus de 30 lieux à Bruxelles et dans ses environs.

    Lire la suite

  • Music Rooms - Nevin Aladağ

    07.05.2022  >  15.05.2022

    • Concert

    Lire la suite

    Nevin Aladağ se sert souvent de la musique pour réfléchir à la manière dont les identités sont fabriquées et dont la culture est une pratique d’assemblage et de transformation. Née en Turquie et vivant en Allemagne, elle explore les relations entre identités, traditions et géographies. Dans sa série Music Rooms, divers objets domestiques – chaises, tables ou même porte-manteaux – sont transformés en instruments de musique. Inspirés par les salons de musique, nés en Europe aux XVIe et XVIIe siècles pour accueillir des événements musicaux récréatifs dans des hôtels particuliers et des palais, ces nouveaux instruments acquièrent une gamme de sonorités d’un héritage hétérogène allant au-delà des traditions occidentales et orientales. Pour cette exposition conçue pour le festival, Aladağ dispose une série de sculptures réalisées à partir de meubles et autres objets chinés à Istanbul aux côtés d’œuvres audiovisuelles. À l’intérieur de la Maison des Arts, les chaises et tables basses d’Aladağ se camouflent : leur statut est ambigu, oscillant entre leur vie antérieure de meubles et leur potentialité à devenir des instruments de musique. Quatre concerts sont également organisés dans l’exposition avec l’ensemble Ictus et différent·es musicien·nes pour ouvrir des potentiels dialogues sonores de ce salon modifié.
    Lieu
    Maison des Arts
    Avenue Jeanne, 58 60
    1050 Ixelles
    http://www.theatrenational.be
  • The Weeping Woods and the Okapi Resistance - Daniela Ortiz

    07.05.2022  >  26.05.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Des chevaux transportant un roi, un chien mordant une jambe, des serpents : les monuments de Bruxelles, et plus particulièrement ceux de l’époque coloniale, sont souvent accompagnés d’animaux. Certains, comme le crocodile apprivoisé du Monument aux Pionniers Belges au Congo, y sont emprisonnés à titre d’allégorie. Mais que se passerait-il si, en silence, ils se mettaient à ourdir une alliance entre eux, rejoints par les peuples opprimés par ceux qui sont célébrés par ces statues ? Née à Cusco au Pérou en 1985, Daniela Ortiz explore les concepts de nationalité, de racialisation, de classe sociale et de genre par le biais de différentes pratiques artistiques. Il y a deux ans, elle a développé le projet Papa, with P for Patriarchy qui, en utilisant l’esthétique d’un livre pour enfants, interroge la représentation des genres au cours de la petite enfance. Avec ce nouveau projet, Ortiz poursuit sa recherche sur l’enfance. Dans l’espace public, elle crée un théâtre de marionnettes, dont les protagonistes sont sept animaux provenant de différents monuments de Bruxelles. En leur donnant la parole, Ortiz transporte les spectateur·ices – adultes et enfants – au cœur d’un conte de fées contemporain dans lequel les figures de bronze et de pierre, que nous pouvons croiser sur nos chemins, nous parlent enfin de leur révolution prochaine.
    Lieu
    Monument aux pionniers belges au Congo
    Parc du Cinquantenaire
    1000 Bruxelles
    http://www.theatrenational.be
  • Concours Reine Elisabeth 2022 : violoncelle

    09.05.2022  >  14.05.2022

    • Concert
    Chaque candidat jouera une sonate de Boccherini avec accompagnement de violoncelle, le 1er mouvement de la Sonate pour violoncelle seul d'Ysaÿe et une oeuvre moderne avec accompagnement de piano.

    Lire la suite

    Chaque candidat jouera une sonate de Boccherini avec accompagnement de violoncelle, le 1er mouvement de la Sonate pour violoncelle seul d'Ysaÿe et une oeuvre moderne avec accompagnement de piano. Flagey, Queen Elisabeth Competition € 15 > € 9
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 10
    Réservation : +32 2 641 10 10
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • La Dernière nuit du monde

    10.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre
    Tout dort encore, et bientôt plus jamais. Imaginer un monde sans nuit. Un monde où l’homme, épaulé par la science, mettrait fin à ses besoins physiologiques de sommeil. Une pilule lui permettrait de dormir 45 minutes sans effet de fatigue. Dans « l’ère de la nuit fragmentée » – celle où chacun choisit le moment où il souhaite dormir – les étoiles ne bercent plus aucun rêve, aucun silence. La vie active, furieuse, sans relâche, court dans les veines d’une humanité jouissive et toute puissante. Fantasme pour certains, cauchemar pour d’autres, La Dernière nuit du monde aborde un thème à peine tabou. Une planète H24 sous le fallacieux prétexte que le jour déborde et qu’il est donc grand temps pour l’homme d’habiter le temps autrement.  Dans cette création aux accents d’anticipation, Laurent Gaudé et Fabrice Murgia retrouvent un terrain propice à la collaboration. L’opéra Daral Shaga les avait réunis en 2014 aux côtés de la Cie Feria Musica. Les deux hommes s’étaient proposés de retravailler un jour ensemble. L’essai de Jonathan Crary 24/7, Le Capitalisme à l’assaut du sommeil leur a donné cette occasion.  Il n’y a pas de lumière qui n’ait besoin d’ombre.  Pour évoquer ce terrible destin d’un monde sans repos, Laurent Gaudé imagine un jeune couple : Gabor (Fabrice Murgia) et Lou (Nancy Nkusi). Lui, se jette corps et âme dans la réalisation de cette pilule funeste. Elle, tente de le raisonner, de le sensibiliser. En vain. La dernière nuit survient, pour l’humanité mais aussi pour le couple. Lou disparaît. Débute une enquête que troublent finalement le manque de sommeil et les intérêts d’un capitalisme effréné.

    Lire la suite

    Tout dort encore, et bientôt plus jamais. Imaginer un monde sans nuit. Un monde où l’homme, épaulé par la science, mettrait fin à ses besoins physiologiques de sommeil. Une pilule lui permettrait de dormir 45 minutes sans effet de fatigue. Dans « l’ère de la nuit fragmentée » – celle où chacun choisit le moment où il souhaite dormir – les étoiles ne bercent plus aucun rêve, aucun silence. La vie active, furieuse, sans relâche, court dans les veines d’une humanité jouissive et toute puissante. Fantasme pour certains, cauchemar pour d’autres, La Dernière nuit du monde aborde un thème à peine tabou. Une planète H24 sous le fallacieux prétexte que le jour déborde et qu’il est donc grand temps pour l’homme d’habiter le temps autrement.  Dans cette création aux accents d’anticipation, Laurent Gaudé et Fabrice Murgia retrouvent un terrain propice à la collaboration. L’opéra Daral Shaga les avait réunis en 2014 aux côtés de la Cie Feria Musica. Les deux hommes s’étaient proposés de retravailler un jour ensemble. L’essai de Jonathan Crary 24/7, Le Capitalisme à l’assaut du sommeil leur a donné cette occasion.  Il n’y a pas de lumière qui n’ait besoin d’ombre.  Pour évoquer ce terrible destin d’un monde sans repos, Laurent Gaudé imagine un jeune couple : Gabor (Fabrice Murgia) et Lou (Nancy Nkusi). Lui, se jette corps et âme dans la réalisation de cette pilule funeste. Elle, tente de le raisonner, de le sensibiliser. En vain. La dernière nuit survient, pour l’humanité mais aussi pour le couple. Lou disparaît. Débute une enquête que troublent finalement le manque de sommeil et les intérêts d’un capitalisme effréné.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Reporters de guerre - Sébastien Foucault

    10.05.2022  >  15.05.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Au début des années 1990, Françoise Wallemacq – correspondante de la RTBF – fait partie des centaines de journalistes à s’être rendu·es en Bosnie pour couvrir la guerre et le siège de Sarajevo. Vingt ans plus tard, la réécoute de sa voix d’alors, inspire à Sébastien Foucault cette pièce captivante sur la responsabilité des récits. Sébastien Foucault est comédien ; on l’a vu notamment dans les pièces Civil Wars et La Reprise de Milo Rau lors d’éditions précédentes du Kunstenfestivaldesarts. Il s’appuie sur ces questions liées à la relation auteur·ices-récits pour poser une réflexion sur sa propre pratique du théâtre documentaire et sur les limites de la mise en scène d’un récit. Oscillant en permanence entre journalisme et théâtre, la pièce met en scène l’ex-journaliste de guerre bosniaque Vedrana Božinovi, qui a couvert le siège de Sarajevo et qui est depuis devenue comédienne, Nikša Kušelj, comédien et chanteur qui a fui le siège de Dubrovnik, et Michel Villée, ancien attaché de presse de MSF Belgique, aujourd’hui marionnettiste. S’appuyant sur la maîtrise de plusieurs techniques de représentation, les artistes exploitent les ressources du théâtre pour transformer d’anciens reportages radio en objets artistiques. Reporters de guerre est une performance théâtrale poignante, qui traite du récit, de ses limites mais aussi de sa lutte contre l’indifférence et l’oubli.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be