Evénements du 9 mars 2022

  • Larrons En Baskets Bleues

    08.03.2022  >  12.03.2022

    • Théâtre
    Edgar est coach d’Elvis. Avec lui, on apprend, dans sa chair et ses genoux, à incarner le King. Mais Edgar est triste, plus grand monde ne s’intéresse à lui, ou à Elvis. Dans son école d’Elvis, il ne lui reste que trois élèves. Solidaires et solitaires, iels travaillent sans relâche pour qu’une nuit, le King apparaisse entre deux mouvements de genoux.

    Lire la suite

    Larrons en baskets bleues n’est pourtant pas un spectacle sur Elvis, ni sur les sosies. C’est un spectacle sur la difficulté humaine à être soi. Une difficulté si grande que l’on a besoin d’être un·e autre pour s’en apercevoir. Pour ce spectacle, Héloïse Ravet utilise le théâtre muet et entreprend une recherche sur le mouvement d’imitation et de répétition. Elle s’intéresse aux corporéités sous-représentées, celles qui échappent à la norme du corps iconique. Elle met en scène les raté·es de la vie, les oublié·es. Celles et ceux qui essaient avec sincérité, mais n’y parviendront jamais. Celles et ceux qui ne font que tomber, dont le rythme corporel est devenu celui de la chute. La metteuse en scène révèle toute la poésie qui se cache derrière l’échec. Il y a du sublime à être faillible, à dérailler, à vouloir disparaitre, à s’incarner dans le vide. Larrons en baskets bleues est un hymne à la faiblesse.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Visites guidées

    08.03.2022  >  11.03.2022

    • Visites Guidées
    Pousser la porte, entrer dans la salle, se glisser en coulisses, visiter les loges, les ateliers. En profiter pour découvrir l'envers du décor et rencontrer celles et ceux qui font vivre cette grande maison. Le Théâtre National vous propose deux visites guidées au mois de mars : Parlons Matrimoine À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Théâtre National organise une visite guidée des coulisses de 90'. → 08.03.2022 – 16:00 > 17:30 → Entrée libre, sur réservation Lunch en coulisses Pour cette première édition du lunch en coulisses qui vous amènera à pousser quelques-unes des portes dérobées du Théâtre National : vous découvrirez notre Grande Salle, vous monterez sur la scène et surtout, vous découvrirez l’arrière du décor d’Une Cérémonie, la dernière création du pétillant Raoul Collectif. Des anecdotes, des infos techniques et quelques révélations peut-être. Petite mise en bouche du lunch bio et local dont vous pourrez profiter ensuite. → 11.03.2022 – 12:30 > 13:00 + lunch → Visite + lunch = 12€

    Lire la suite

    Pousser la porte, entrer dans la salle, se glisser en coulisses, visiter les loges, les ateliers. En profiter pour découvrir l'envers du décor et rencontrer celles et ceux qui font vivre cette grande maison. Le Théâtre National vous propose deux visites guidées au mois de mars : Parlons Matrimoine À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Théâtre National organise une visite guidée des coulisses de 90'. → 08.03.2022 – 16:00 > 17:30 → Entrée libre, sur réservation Lunch en coulisses Pour cette première édition du lunch en coulisses qui vous amènera à pousser quelques-unes des portes dérobées du Théâtre National : vous découvrirez notre Grande Salle, vous monterez sur la scène et surtout, vous découvrirez l’arrière du décor d’Une Cérémonie, la dernière création du pétillant Raoul Collectif. Des anecdotes, des infos techniques et quelques révélations peut-être. Petite mise en bouche du lunch bio et local dont vous pourrez profiter ensuite. → 11.03.2022 – 12:30 > 13:00 + lunch → Visite + lunch = 12€
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Exposition / Bâd-e Sabâ / Wind of Hope

    08.03.2022  >  02.04.2022

    • Exposition
    En 2019, Jean-François Ravagnan parcourt les routes iraniennes et découvre un pays à travers l’objectif de son appareil photo et un recueil de la poétesse A. Laila. Guidé par ses poèmes, il entrevoit l’Iran avec ses contradictions, ses douleurs et ses espoirs. Immobilisé par la pandémie de Covid-19, le photographe commence à développer ses prises de vue et les partage avec l’autrice. Une correspondance se construit entre eux dans un dialogue singulier où les mots et les images créent lentement le portrait d’une société iranienne sans la nommer.  En persan, Bâd-e Sabâ représente un vent de printemps doux et frais venant du nord qui apporte la prospérité et l’épanouissement avec lui. Il évoque un renouveau nécessaire et inspire ce projet hybride entre littérature poétique et photographie documentaire. → Les poèmes de l’exposition seront également accessibles en audio. Vous pourrez les écouter en vous munissant de vos écouteurs grâce à un QR code. Les poèmes sont traduits depuis l’anglais par la poétesse Milady Renoir. 

    Lire la suite

    En 2019, Jean-François Ravagnan parcourt les routes iraniennes et découvre un pays à travers l’objectif de son appareil photo et un recueil de la poétesse A. Laila. Guidé par ses poèmes, il entrevoit l’Iran avec ses contradictions, ses douleurs et ses espoirs. Immobilisé par la pandémie de Covid-19, le photographe commence à développer ses prises de vue et les partage avec l’autrice. Une correspondance se construit entre eux dans un dialogue singulier où les mots et les images créent lentement le portrait d’une société iranienne sans la nommer.  En persan, Bâd-e Sabâ représente un vent de printemps doux et frais venant du nord qui apporte la prospérité et l’épanouissement avec lui. Il évoque un renouveau nécessaire et inspire ce projet hybride entre littérature poétique et photographie documentaire. → Les poèmes de l’exposition seront également accessibles en audio. Vous pourrez les écouter en vous munissant de vos écouteurs grâce à un QR code. Les poèmes sont traduits depuis l’anglais par la poétesse Milady Renoir. 
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Celle que vous croyez

    08.03.2022  >  19.03.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    L’écriture de Camille Laurens me passionne depuis des années. Sa langue, son rapport ambigu au réel est inspirant. Celle que vous croyez a été un coup de poing, l’adapter au théâtre, avec Valérie Bauchau, une évidence. L’histoire de ces deux femmes prises au piège de leur désir, leur plongée dans la folie, nous a bouleversées. Une femme passé 50 ans, devient-elle invisible ? Une matière à mettre en « je.u », tel un kaléidoscope, invitant le public/pisteur à recomposer son propre puzzle. - Jessica Gazon D’un côté, il y a Claire, 48 ans, qui se crée le faux profil Facebook d’une femme de 24 ans et entame une relation virtuelle avec Chris, 36 ans. En parallèle, Camille, l’autrice elle-même, assure à son éditeur que le récit de Claire n’est en fin de compte que le sien, la réalité́ dépassant de loin la fiction… Ce qu’en dit la presse : On y plonge, dans le sillage d’une magistrale Valérie Bauchau, jusqu’aux abysses de l’invisibilité et du mensonge que se résout à élaborer cette quinquagénaire pour en sortir, pour reconquérir son droit au désir. Une vertigineuse réussite. *** LA LIBRE Belgique Jouissive supercherie. Voilà un grand spectacle sur l’amour, le narcissisme, la violence sociale. ***** L’ÉCHO C’est certainement de Valérie Bauchau - EXTRAordinaire ! - et aussi de Gaëtan d’Agostino, Quentin Marteau et Benjamin Ramon que naît la beauté captivante, lancinante et lucide de Celle que vous croyez. TOUTE LA CULTURE Vertigineux thriller romanesque. *** RTBF.BE Le Rideau au Théâtre Marni (Rue de Vergnies 25 - 1050 Bruxelles) Durée 2h30 ++ Bord de scène. Je 10.03 après la représentation. Avec l’équipe du spectacle. Lecture : Je 17.03 // 17h. Cet absent-là de Camille Laurens. Mise en lecture Delphine Salkin. Lectrice Natacha Régnier. Durée 1h. Scénographie Vincent Bresmal et Matthieu Delcourt - Création lumière et regard dramaturgique Guillaume Toussaint Fromentin - Création costumes Élise Abraham - Création sonore Guillaume Istace - Régie générale, lumière et vidéo Aurélie Perret - Régie son Hubert Monroy - Habillage Nina Juncker - Construction des décors Vincent Rutten - Diffusion La Charge du Rhinocéros. Production Rideau de Bruxelles, Compagnie Gazon-Nève, Centre culturel de Dinant, Centre culturel de Verviers, La coop asbl. Soutiens Shelterprod, Taxshelter.be, ING, Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge – Merci tout particulier aux Entreprises générales Dherte S.A. Aide Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre – CAPT. Éditions Gallimard, 2016
    Lieu
    Rideau de Bruxelles@Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 00
    Réservation : +32 2 737 16 01
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Dear Winnie,

    08.03.2022  >  09.03.2022

    • Théâtre
    Un spectacle musical sur le pouvoir infectieux de personnes exceptionelles, dans le sillage de Winnie Mandela

    Lire la suite

    Son fils Junior Mthombeni, metteur en scène et visage du KVS, caresse depuis longtemps l’idée de produire un spectacle sur Winnie Mandela. À présent que l’incompréhension ne cesse de croître et que la zone grise entre les causes justes et les doctrines ignominieuses paraît s’estomper et même disparaître, il estime que le temps est mûr pour porter le personnage de Winnie Mandela à la scène comme source d’inspiration. Le spectacle ne se rapporte pas seulement à cette femme exceptionnelle qui, malgré les humiliations, le harcèlement et l’exil, a toujours résisté avec la même ferveur au régime d’Apartheid, mais traite aussi de ce que nous pouvons apprendre aujourd’hui de la pugnacité qui la caractérisait. Non pas à partir d’un regard (de) blanc, mais à travers un prisme coloré cette fois. Aux côtés de huit actrices, chanteuses, danseuses et performeuses de la diaspora africaine, les visages du KVS Junior Mthombeni, Fikry El Azzouzi et Cesar Janssens, qui forment ensemble la compagnie tricéphale Jr.c.E.sA.r, partent en quête de réponses aux questions : quand se révolte-t-on ? Quand se sacrifie-t-on pour une cause qui nous dépasse ? Ensemble, elles mettent sans dessus dessous le canon blanc, masculin, euro-centré. Elles dénoncent le manque de représentativité et critiquent l’histoire officielle. Winnie n’est pas une sainte. Elle est une femme qui a vécu dans un monde d’hommes blancs suprémacistes. Malgré tous ses déboires, mais aussi toutes ses fautes, elle n’a jamais abandonné. Et c’est précisément pour cela qu’elle reste un exemple pour beaucoup de gens, Noirs et Blancs. Jusqu’aujourd’hui, elle insuffle force et courage pour lutter pour plus d’égalité. Ce spectacle ne se veut pas une leçon d’histoire, mais un partage sur la force de résister. Après les spectacles couronnés de succès Rumble in da jungle et Malcolm X, Winnie Mandela est une source d’inspiration évidente pour la compagnie Jr.cE.sA.r et pour le KVS. Avec Dear Winnie, nous souhaitons planter le germe de l’inspiration et de l’espoir dans l’esprit du public. Plongez-vous dans ce récit inspirant raconté de manière virevoltante et tout en musique.
    Lieu
    KVS on tour
    KVS on tour
    1000 Bruxelles
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Le Songe d’une nuit d’été

    08.03.2022  >  02.04.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Lutins, lucioles, feux-follets, elfes, faunes et farfadets s'effraient de mes grands carnassiers Une muse un peu dodue me dit d'un air entendu "Vous auriez pu vous raser" (Higelin/Champagne) Pour la première fois de son histoire -entamée quand même en 1951-, le Théâtre de Poche vous propose un classique. Du Shakespeare. Nous imaginons aisément votre étonnement. Un classique, mais enfin pourquoi ? Pour nous détourner de nos habitudes et de notre histoire –et donc plonger aventureusement dans l’inconnu. Parce que Le Songe va rassembler une quinzaine de marionnettes géantes autour de 8 comédien.nes et qu’il est réalisé par la compagnie Point Zéro qui réussit tellement bien ce mélange des genres. Que Jean-Michel d’Hoop (L’Herbe de l’Oubli) en signe la mise en scène. À découvrir donc les idylles empêchées de quatre amoureux à la cour d’Athènes. À suivre ces jeunes passionnés dans leur fuite vers un monde féérique peuplé d’esprits farceurs. À pénétrer dans le dédale de la forêt, la nuit, là où toutes les hallucinations sont permises, comme les fantaisies les plus cocasses. À se perdre comme des amoureux qui mélangent sans vergogne le masculin et le féminin…. À frissonner de peur, d’excitation et de bonheur dans ce songe où résonnent hurlements, rires, larmes, séduction, poésie, humour potache, manipulations, panique et crises de nerfs. À nous les philtres, les fées, les métamorphoses, les illusions et la course folle du désir jusqu’à̀ la confusion la plus totale !
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Une cérémonie

    08.03.2022  >  12.03.2022

    • Théâtre
    N’y a-t-il pas une providence spéciale à la chute d’un moineau ? Si notre heure est venue, elle n’est pas à venir. Si elle n’est pas à venir, c’est pour maintenant. Que ce soit à présent ou pour plus tard, se tenir prêts. Voilà tout. (Hamlet, William Shakespeare) Shakespeare n’aurait probablement vu aucun ombrage à l’emprunt de ses vers en pleine Cérémonie. Le Raoul Collectif s’en empare comme un mât de cocagne autour duquel se dresse vaille que vaille le besoin irrépressible de se réunir. Trinquer oui, mais à quoi ? À l’attente de quelque chose ? À l’espoir d’une chute, d’un bouleversement ? Ou serait-ce la perspective d’un chaos imminent qui convoque un rituel dont on pensait avoir perdu la trace, et qui apparait alors comme un dernier recours ? Une production du Raoul Collectif, c’est toujours un OVNI, pour les protagonistes eux-mêmes qui côtoient joyeusement les précipices pour mieux se retrouver. Sur un vaste plateau s’annonce la fête. Déjà la musique s’avance, les chaises volent, l’alcool grise les cœurs une fois dans le gosier. Et derrière l’apparente insouciance qui se dégage du tableau, c’est le drame d’une société qui se répand, elle qui ne peut même plus enterrer ses morts. Sous les notes de Duke Ellington et Charlie Parker vigoureusement interprétées en live, bientôt la révolte gronde et les Raoul de convoquer Antigone et même Don Quichotte. La tragédie grecque et Cervantès viennent prêter main forte à ce possible appel à la désobéissance, à cette interrogation sur la violence comme légitime défense, à ces menaces qui rôdent et qu’il faut tenir en respect. Et si le Raoul pose le dilemme sans le trancher, comment oublier ce volatile géant qui surplombe la scène. De ses battements d’ailes, il rappelle constamment que le péril est proche.

    Lire la suite

    N’y a-t-il pas une providence spéciale à la chute d’un moineau ? Si notre heure est venue, elle n’est pas à venir. Si elle n’est pas à venir, c’est pour maintenant. Que ce soit à présent ou pour plus tard, se tenir prêts. Voilà tout. (Hamlet, William Shakespeare) Shakespeare n’aurait probablement vu aucun ombrage à l’emprunt de ses vers en pleine Cérémonie. Le Raoul Collectif s’en empare comme un mât de cocagne autour duquel se dresse vaille que vaille le besoin irrépressible de se réunir. Trinquer oui, mais à quoi ? À l’attente de quelque chose ? À l’espoir d’une chute, d’un bouleversement ? Ou serait-ce la perspective d’un chaos imminent qui convoque un rituel dont on pensait avoir perdu la trace, et qui apparait alors comme un dernier recours ? Une production du Raoul Collectif, c’est toujours un OVNI, pour les protagonistes eux-mêmes qui côtoient joyeusement les précipices pour mieux se retrouver. Sur un vaste plateau s’annonce la fête. Déjà la musique s’avance, les chaises volent, l’alcool grise les cœurs une fois dans le gosier. Et derrière l’apparente insouciance qui se dégage du tableau, c’est le drame d’une société qui se répand, elle qui ne peut même plus enterrer ses morts. Sous les notes de Duke Ellington et Charlie Parker vigoureusement interprétées en live, bientôt la révolte gronde et les Raoul de convoquer Antigone et même Don Quichotte. La tragédie grecque et Cervantès viennent prêter main forte à ce possible appel à la désobéissance, à cette interrogation sur la violence comme légitime défense, à ces menaces qui rôdent et qu’il faut tenir en respect. Et si le Raoul pose le dilemme sans le trancher, comment oublier ce volatile géant qui surplombe la scène. De ses battements d’ailes, il rappelle constamment que le péril est proche.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Nr. 10

    09.03.2022  >  11.05.2022

    • Cinéma
    40 ans après avoir été trouvé enfant errant dans une forêt allemande, un homme voit brutalement le passé se dresser devant lui à la seule audition d’un mot.

    Lire la suite

    40 ans après avoir été trouvé enfant errant dans une forêt allemande, un homme voit brutalement le passé se dresser devant lui à la seule audition d’un mot. Nr 10 est bel et bien le 10ème long-métrage d’un cinéaste hors du commun, Alex Van Warmerdam. Paradoxe : il est souvent crédité d’une « patte » reconnaissable d’emblée, alors pourtant que ses films réussissent à ne jamais se ressembler. Accordons leur l’étiquette de « comédies noires », mais c’est beaucoup trop sommaire pour définir ce nouvel opus déjanté, ingénieux et surprenant. Flagey, Cinematek   € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 10
    Réservation : +32 2 641 10 10
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Meet the author : Hanya Yanagihara

    09.03.2022

    • Divers

    Lire la suite

    L'autrice américaine Hanya Yanagihara est notre invitée pour un entretien exclusif à propos de son nouveau livre "To Paradise" (pas encore traduit en français), un roman ambitieux sur trois versions très différentes de l'Amérique. Depuis que nous avons eu le plaisir de l'accueillir en 2016 pour une interview sur Une vie comme les autres (éds. Buchet Chastel), beaucoup de choses ont changé pour Hanya Yanagihara. Non seulement, son roman est passé du statut de best-seller à celui de vendeur d'ebook avec des millions d'exemplaires vendus, mais l'histoire déchirante de Jude St. Francis a depuis été adaptée avec succès au théâtre par Ivo Van Hove avec Ramsey Nasr dans le rôle principal. Le Guardian a quant à lui choisi le livre comme l'un des 100 meilleurs romans du vingt-et-unième siècle. Avec son nouveau livre, To Paradise, Yanagihara emprunte une voie différente, encore plus ambitieuse. Au paradis En 1893, New York fait partie des États libres, où les gens peuvent apparemment aimer qui bon leur semble. David résiste aux fiançailles organisées par sa riche famille avec une candidate idéale, lui préférant une professeur de musique charismatique mais pauvre. En 1993, dans un Manhattan ravagé par l'épidémie de sida, le jeune Hawaïen David vit avec son partenaire plus âgé et plus riche, à qui il cache son enfance difficile et le sort de son père. Et en 2093, Charlie essaie de se débrouiller dans le New York totalitaire sans la protection de son grand-père, un scientifique de renom. La lutte Ensemble, ces trois parties de l'histoire forment un récit épique de la famille, de la perte et de la recherche de l'amour. Cette lutte avec les traits de notre humanité y relie non seulement les personnages, mais aussi différentes versions de l’Amérique : la peur, l'amour, la honte et la peur de la mort, la dépendance, la solitude et surtout le douloureux désir de protéger ceux que l'on aime. A propos de "To Paradise", l’auteur Michael Cunningham a dit : - « To Paradise est un roman sublime et visionnaire. Si riche, si stratifié, si actuel. Spectaculaire », tandis qu’Edmund White a salué un roman « aussi bon que Guerre et Paix. »
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 10
    Réservation : +32 2 641 10 10
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Sauzereau - Roosens

    09.03.2022

    • Concert
    Si vous aimez Eyvind Kang, Bert Jansch, Bill Frisell... ou pas !

    Lire la suite

    Ce duo cherche à découvrir et explorer ce qu’il est préférable de faire à deux plutôt qu’à trois. Uniquement de la musique originale, simple, trompeusement intimiste, écrite pour cette instrumentation et pour ces deux musiciens, à la recherche de l’erreur, du courant d’air et de la surprenante beauté de ce que l’on a peut être toujours vu mais jamais regardé.
    Lieu
    Jazz Station
    Chaussée de Louvain, 195
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 733 13 78
    Réservation : +32 2 733 13 78
    info@jazzstation.be
    http://www.jazzstation.be/