Evénements du 9 mars 2022

  • Frankenstein

    04.03.2022  >  12.03.2022

    • Théâtre
    La Compagnie Karyatides revisite par l’objet les monuments de la littérature. Elle défend un théâtre populaire qui croit à la poésie de nos références communes, à l’humour qui grince et à l’huile de coude. Le célèbre roman de Mary Shelley, Frankenstein, ne pouvait qu’attirer son attention. Frankenstein n’est pas un monstre. Non. Enfin, pas tout à fait ?

    Lire la suite

    Victor Frankenstein est un scientifique passionné, un acharné, un illuminé qui fonce tête baissée dans son obsession : découvrir le mystère de la vie, afin de pouvoir ensuite la « donner » ex utero et de ressusciter sa défunte mère. Quête par essence sulfureuse, en rupture avec les lois naturelles, qui ne peut s’entreprendre qu’avec risque et péril. Frankenstein, déterminé, empli d’abnégation, ira jusqu’au bout : il parviendra à raviver un cadavre, forçant l’admiration de certain·e·s, éveillant l’horreur des autres. Il en payera ensuite le prix. Frankenstein reste un petit garçon révolté contre la mort. Mais il a fait une grosse bêtise : il a façonné une créature, lui a donné vie, puis l’a abandonnée. Il n’a pas su lui offrir ce que lui-même refusait de perdre sans le retrouver un jour : l’amour filial. Sa créature victime d’elle-même, rejetée par tous, en premier lieu par son créateur, n’est que souffrance, tristesse, incompréhension. Accablée de toutes parts, l’innommable créature en viendra à commettre l’irréparable, à passer de victime à bourreau. La tragédie n’a plus qu’à se dérouler, la tempête se déchainer, les rancœurs se confronter. La Compagnie Karyatides propose une adaptation de cet extraordinaire mythe, à l’intersection du théâtre d’objet et de l’opéra. Sur scène, deux comédien·ne·s sont accompagné·e·s par une chanteuse lyrique et un pianiste : ils racontent, jouent et manipulent les protagonistes de l’histoire, dans une ambiance tragique et romantique, non dénuée de quelques touches d’humour.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Mémoire

    04.03.2022  >  20.03.2022

    • Théâtre
    Un mot rigolo de votre enfance, l’expression favorite de votre grand-père… et c’est parti ! Une improvisatrice, accompagnée d’un musicien, transforme vos souvenirs en histoires drôles, émouvantes, absurdes et singulières, les déclinant en monologues, en chansons, en danses et en scènes. Amenez votre mémoire, elle en fera des histoires !

    Lire la suite

    Un spectacle émouvant qui crée du lien Un seul en scène qui part de vos souvenirs. Un mot rigolo de votre enfance, l’expression favorite de votre grand-père, la recette du dessert traditionnel familial, le lieu de votre premier baiser, le nom de votre animal de compagnie et c’est parti ! Une improvisatrice accompagnée d’un musicien, un batteur, transforme vos souvenirs en histoires drôles, émouvantes, absurdes et singulières. Au milieu de vielles photos de famille, la comédienne s’inspire d’éléments de votre passé pour créer des instants uniques. Elle interprète les différents personnages et raconte vos tranches de vie qu’elle décline en monologues, en chansons, en danses et en scènes. Votre vie vous surprendra ! Amenez votre mémoire, elle en fera des histoires...
    Lieu
    L'improviste
    rue de Fierlant, 120
    1190 Forest
    http://www.improviste.be/
  • Villa Dolorosa

    08.03.2022  >  13.03.2022

    • Théâtre
    Une réécriture des Trois sœurs de Tchekhov où, coincés dans leur vide existentiel, Irina, Macha, Olga et André fêtent les années qui se succèdent sans joie ni perspective.

    Lire la suite

    Ce sera la soirée du siècle : musique décadente, danse endiablée, gens charmants, alcool coulant à flots, cadeaux exceptionnels… C’est du moins, anniversaire après anniversaire, le plan inchangé d’Irina, éternelle étudiante dont le lit est le royaume. Malheureusement, chaque récidive annonce son propre échec toujours plus somptueux et ce, avant même que la fête ne débute. Pour les enfants Freudenbach (ruisseau de joie) perdus entre perte de sens et absence de perspectives, coincés dans cette ère prônant un matérialisme exacerbé, la culture héritée de parents férus de littérature russe n’est d’aucun secours. Ainsi, si Irina cherche en vain le sujet d’étude qui illuminera son existence, Macha s’enferme dans un mariage sans saveur ni amour, Olga enseigne sans passion devant d’innombrables regards bovins et Andrei laisse peu à peu ses ambitions d’écrivain sur le carreau, trop accaparé par la nécessité de gagner l’argent pour nourrir sa famille. Dans cette réécriture acide des Trois sœurs de Tchekhov, qui avait ouvert avec un énorme succès notre saison 2019-2020, Rebekka Kricheldorf replace dans notre société contemporaine dénuée d’idéaux le vide existentiel meublant une villa dont la vétusté reflète l’état de résignation de ses habitants, désillusionnés par un monde en transition. Villa dolorosa, c’est une sauterie mélancolique où l’ironie est servie à l’entrée, au plat et au dessert et à laquelle nous nous réjouissons de vous inviter à nouveau.
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • L’Envers du Décor de Florian Zeller

    08.03.2022  >  13.03.2022

    • Théâtre
    Toujours garder ses amis proches et ses ennemis encore plus proches !

    Lire la suite

    « Si nous ne pensons pas toujours ce que nous disons, disons-nous toujours ce que nous pensons ? Daniel invite à dîner, contre l'avis de son épouse, son meilleur ami et sa nouvelle conquête. L'apparition de la jeune et sublime créature agit comme un catalyseur et provoque une tempête dans la tête des maîtres de maison, bousculant leurs certitudes, réveillant frustration, jalousie et aigreur. » Un Zeller de premier choix qui parle à tous ! Avec finesse et justesse, l’auteur explore ici le cœur des cinquantenaires confrontés à la réalité du temps qui passe et l’envie de vivre encore des choses loin de la routine journalière. Toute la mécanique du boulevard est là, mais en général dans ses pièces, l’intérêt se porte moins sur ce qui est dit que sur ce qui ne l’est pas. Ici, c’est tout le contraire. L’originalité de « L’Envers du décor » réside dans le fait que le public est le témoin et le réceptacle des pensées des personnages qui s'expriment en aparté. Les acteurs jonglent en permanence avec la technique du double langage et une vérité comique, cruelle et merveilleusement pathétique, apparaît.
    Lieu
    Centre Culturel d'Auderghem
    Boulevard du Souverain, 183
    1160 Auderghem
    Tél : +32 2 660 03 03
    accueil@ccauderghem.be
    http://www.ccauderghem.be
  • L’Empreinte du Vertige

    08.03.2022  >  12.03.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Elisa, au volant de sa voiture, percute de plein fouet une panthère. Le choc, tel un effet boomerang, fait jaillir son passé, alors qu’un ami imaginaire : L’autre, apparaît sur la banquette arrière. N’arrivant plus à rentrer chez elle, elle commence à filer tout droit, non pas pour fuir mais pour comprendre et s’approprier un corps qui lui est étranger. Telle la panthère laissée gisante sur le bord de la route, Elisa revient à la vie. A coups de flash-back et batterie, elle nous embarque dans son périple, accompagnée par L’autre, musicien à l’oreille attentive. De la blessure à la résilience, souvenirs, voix, corps s’entremêlent pour faire sauter les verrous de son corps et de ses désirs. A travers un road-trip fantastique et percussif, nous sommes aspiré.es dans un récit de l’intime. Là où les mots n’arrivent ni à être dits ni à être écoutés, l’histoire de Elisa, anti-héroïne du féminin, dynamite les clichés dans lesquels la sexualité est toujours emprisonnée. Entre musique, texte et mouvement, mêlant poésie et rock’n’roll, L’empreinte du vertige est un vrai électrochoc et une ode à la vie. Conception et écriture : Angèle Baux Godard / Avec : Angèle Baux Godard, Jérémy David / Mise en scène et scénographie : Clément Goethals / Création lumières : Amélie Géhin/ Création son : Jérémy David/ Création costumes : Marine Vanhaesendonck / Assistanat à la scénographie : Hélène Beutin, Nathalie Moisan (stagiaire)/ Chargé de production : François Gillerot Une création de la Cie FACT, en coproduction avec le Théâtre de la Vie, le Théâtre de Martyrs, Le Rideau de Bruxelles, La Coop, Shelter Prod. Avec le soutien de Tax Shelter.be, ING, du Tax-Shelter du Gouvernement fédéral de Belgique, La Comédie de l’Est, Colmar (France), Le Théâtre de Doms, Avignon (France), Le Théâtre du Peuple, Bussang (France)
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 219 11 86
    Réservation : +32 2 219 60 06
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • Brussels Jewish International Film Festival 2022

    08.03.2022  >  13.03.2022

    • Festival
    Après une annulation en 2020 et une absence en 2021 (toutes deux pour d'inédites raisons sanitaires), l'asbl IMAJ est heureuse de confirmer l'édition 2022 de son Brussels Jewish International Film Festival !

    Lire la suite

    Après une annulation en 2020 et une absence en 2021 (toutes deux pour d'inédites raisons sanitaires), l'asbl IMAJ est heureuse de confirmer l'édition 2022 de son Brussels Jewish International Film Festival ! Le festival posera ses bobines du 08 au 13 mars au Palace et au Cinéma Vendôme pour 8 avant-premières, 8 films venus d'horizons variés - Israël, France, Canada, Russie, Norvège et États-Unis - mettant en scène la judaïté, sa culture et son histoire sous de nombreux aspects, des plus attendus aux plus surprenants.
    Lieu
    Vendôme - Galeries Cinema - Flagey
    -
    1000 Bruxelles
    http://www.theatredelavie.be
  • A german life

    08.03.2022  >  29.04.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    En 1942, au ministère de la propagande nazie. Elle qui ne s’était jamais intéressée à la politique devint la sténographe de Joseph Goebbels. Aujourd’hui, dans l’intimité de son appartement « belle époque », elle se confie et nous raconte son histoire. Tellement de choses brusquement ressurgissent... Est-il possible qu’elle ne fût au courant de rien ? Que savait-elle ? Et qu’a-t-elle choisi de ne pas savoir ? « Aujourd’hui les gens aiment croire qu’ils auraient fait davantage contre les persécutions ; mais moi je dis qu’ils ne l’auraient pas fait ». Cette femme qui nous parle incarne la majorité silencieuse de ces temps terribles. Quand, comment devenons-nous sourds ? nous voilà face à l’éternelle question du pourquoi et du comment on en est arrivé là, alors que les temps s’assombrissent à nouveau… Jacqueline Bir, actrice magistrale, nous tend le miroir et nous offre ce voyage dans le passé et en nous-mêmes. Une production du Théâtre Le Public. Avec le soutien Du Tax Shelter de L’État Fédéral Belge via Belga Films Fund et de la Communauté Française. L'œuvre est représenté dans les pays de langues francophones par Marie Cécile Renauld, MCR agence littéraire.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 80 09 44 44
    Réservation : +32 80 09 44 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Gilgamesh

    08.03.2022  >  12.03.2022

    • Théâtre
    Pour sa nouvelle création, le metteur en scène Mesut Arslan s’attaque à la magistrale épopée de Gilgamesh. Non pas en tant que récit d’immortalité qu’on raconte depuis des millénaires, mais comme un enseignement qui nous apprend à mourir.

    Lire la suite

    Dans le recueil de récits héroïques, Gilgamesh, le 5e roi d’Uruk, souvent accompagné de son ami Enkidu, vit des aventures mythologiques. Ainsi, il part en quête de la vie éternelle ou se bat en duel avec des créatures surnaturelles que les dieux ont lancées sur Uruk. Parallèlement, il se pose des questions existentielles, entre autres, autour de la prise de conscience de notre finitude.Uruk, une cité de l’ancienne Mésopotamie, située dans le sud de l’Irak actuel et appelée Warkā, abritait une des plus anciennes cultures urbaines de la planète. Les terres fertiles au bord de l’Euphrate permettaient d’y cultiver du blé, favorisant la transition de la vie nomade vers la vie sédentaire, de « l’être » vers « l’avoir ». Car la culture du blé a signifié possession et frontières. Dans la culture de la chasse et la cueillette, la nature sauvage appartenait à tout le monde. Dans celle des semences et des moissons, il fallait dorénavant domestiquer la nature ainsi que délimiter son « territoire » et le défendre. Ce qui était à moi n’était plus à toi. Les champs de blé devinrent « propriétés » et allaient dès lors générer des antagonismes : « nous » par opposition aux « autres ». Aussi les guerres ne portent-elles pas toujours sur le territoire en tant que tel, mais souvent sur les ressources et l’énergie qu’il renferme.Mais qui domestique qui dans le plus grand ensemble ? L’humain domine-t-il la nature ou est-ce en fin de compte la nature qui domine l’humain ? Gilgamesh ne s’épargne aucune peine dans sa quête d’immortalité, de victoire sur la mort et de maîtrise de la nature.Prétendument civilisés et forts de toute notre culture, nous aussi souhaitons dominer l’espace et le temps. Mais sommes-nous heureux pour autant ? Une pandémie ne nous a-t-elle pas fait entrevoir qu’il est préférable de remettre notre ego en perspective ? Que la nature en dehors de nous et l’animal en nous restent plus forts que jamais ? Nous pourrions apprendre à accepter l’harmonie qui prolifère dans la nature sauvage, nous laisser porter par la houle nomade et plutôt « être » que vouloir à tout prix tout « saisir » et tout conquérir.L’épopée de Gilgamesh fait partie des plus anciens exemples littéraires de l’histoire de l’humanité. Pendant des siècles, les récits se sont transmis de manière orale et par la suite, ils ont été consignés en écriture cunéiforme. La version définitive telle que nous la connaissons aujourd’hui date du XIIe siècle avant notre ère, mais des fragments plus anciens remontent au troisième millénaire avant notre ère.Avec Mesut Alp, archéologue et spécialiste de la Mésopotamie, Mesut Arslan a réécrit l’épopée et exhume quelques thèmes essentiels, toujours contemporains. Arslan et Alp abordent la rencontre entre Enkidu et Gilgamesh comme celle de la nature face à la civilisation, de l’homo sapiens face à l’homme de Neandertal ou du temps face à l’espace.Pour ce nouveau spectacle, tout comme pour ses créations précédentes, Arslan travaille dans un espace vide que partagent les performeurs et le public. Dans ce vide (le KVS Box), il ranimera chaque soir Gilgamesh.
    Lieu
    KVS
    Quai aux Pierres de Taille, 7
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 210 11 12
    Réservation : +32 2 210 11 12
    info@kvs.be
    http://www.kvs.be
  • Stand by

    08.03.2022  >  12.03.2022

    • Spectacle
    Un homme, une femme. Un couple. Tous deux revisitent leur vie, au travers de leur propre corps. Séparément et ensemble. De l’embryon qu’ils ont été, jusqu’à la poussière qu’ils sont redevenus

    Lire la suite

    Un homme, une femme. Un couple. Tous deux revisitent leur vie, au travers de leur propre corps. Séparément et ensemble. De l’embryon qu’ils ont été, jusqu’à la poussière qu’ils sont redevenus. Avec leur peau, leur souffle, leur regard, ils affrontent la gravité, les déformations sonores et visuelles. Ils questionnent leur héritage, leur capacité d'action et réaction. Avec Stand by, la chorégraphe Thi-Mai Nguyen explore notre humanité à partir de son origine. Il est donc ici question de transmission, de responsabilité, de ce qui nous pousse à influer sur ce monde. To stand by, people. Une pièce de : Thi-Mai Nguyen En collaboration avec : Mehdi Baki Interprètes : Mehdi Baki, Thi-Mai Nguyen Regards extérieurs : Laida Aldaz, Marie Hossenlopp, Soa Ratsifandrihana Création sonore : Antoine Delagoutte Création lumières : Caspar Langhoff Construction : Ralf Noon Coproduction et production déléguée : Théâtre la Balsamine Soutiens : Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la danse, Ultima Vez Aide : La Faktoria
    Lieu
    Théâtre la Balsamine
    Avenue Félix Marchal, 1
    1030 Schaerbeek
    Tél : +32 2 732 96 18
    Réservation : +32 2 735 64 68
    info@balsamine.be
    http://www.balsamine.be
  • Larrons En Baskets Bleues

    08.03.2022  >  12.03.2022

    • Théâtre
    Edgar est coach d’Elvis. Avec lui, on apprend, dans sa chair et ses genoux, à incarner le King. Mais Edgar est triste, plus grand monde ne s’intéresse à lui, ou à Elvis. Dans son école d’Elvis, il ne lui reste que trois élèves. Solidaires et solitaires, iels travaillent sans relâche pour qu’une nuit, le King apparaisse entre deux mouvements de genoux.

    Lire la suite

    Larrons en baskets bleues n’est pourtant pas un spectacle sur Elvis, ni sur les sosies. C’est un spectacle sur la difficulté humaine à être soi. Une difficulté si grande que l’on a besoin d’être un·e autre pour s’en apercevoir. Pour ce spectacle, Héloïse Ravet utilise le théâtre muet et entreprend une recherche sur le mouvement d’imitation et de répétition. Elle s’intéresse aux corporéités sous-représentées, celles qui échappent à la norme du corps iconique. Elle met en scène les raté·es de la vie, les oublié·es. Celles et ceux qui essaient avec sincérité, mais n’y parviendront jamais. Celles et ceux qui ne font que tomber, dont le rythme corporel est devenu celui de la chute. La metteuse en scène révèle toute la poésie qui se cache derrière l’échec. Il y a du sublime à être faillible, à dérailler, à vouloir disparaitre, à s’incarner dans le vide. Larrons en baskets bleues est un hymne à la faiblesse.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be