Evénements du 23 avril 2021

  • A cheval sur le dos des oiseaux

    20.04.2021  >  08.05.2021

    • Théâtre
    Ultime création de la collaboration entre Michael, directeur et Céline, artiste associée. Pour clôturer en beauté, Michael glisse dans les mains de Céline une carte blanche… Elle lui répond :

    Lire la suite

    J’écris À cheval sur le dos des oiseaux, un monologue pour Véronique Dumont qui raconte l’arrivée soudaine d’un nourrisson dans la vie d’une femme dite arriérée. En arrière-plan de ce texte, je cherche à m’approcher de ce que Peter Handke appelle le malheur indifférent. De Carine Bielen aussi, une femme précarisée reléguée dès l’enfance vers une filière handicapée, on pourrait dire « elle était, elle fut, elle ne fût rien ». Carine Bielen n’est pas quelqu’un qui paraît, c’est quelqu’un qui est. Elle ne pense pas le monde, elle le vit. Elle ne se révolte pas, elle s’excuse. Comme la société lui a appris à le faire. A bientôt, Céline Écriture et mise en scène : Céline Delbecq Assistanat : Delphine Peraya Scénographie et costumes : Thibaut De Coster et Charly Kleinermann Lumière : Julie Petit-Etienne Régie générale : Aurélie Perret Accompagnement dramaturgique : Jessica Gazon Habillage : Nina Juncker Lansman Éditeur, 2021. Production collective et solidaire Rideau de Bruxelles, Compagnie de la Bête Noire, Théâtre des Ilets/CDN de Montluçon, Centre culturel de Dinant, Centre culturel de Mouscron, Centre culturel de Gembloux, … (en cours) Avec l’aide et le soutien de La Chartreuse – Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle.
    Lieu
    Rideau de Bruxelles
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 01
    Réservation : +32 2 737 16 00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Birthday

    20.04.2021  >  08.05.2021

    • Théâtre
    Ed, enceint de 9 mois, vient d’arriver à la maternité. La délivrance est proche. Avec Lisa, sa femme, cadre dans une entreprise et surchargée de travail, ils ont décidé d’inverser les rôles : c’est Ed qui porte l’enfant et va donc connaitre les affres de l’accouchement en attendant sa césarienne. Il est inquiet, grognon, injuste...

    Lire la suite

    « Si j’avais su que je ne pourrais pas avoir de péridurale…» Ed, enceint de 9 mois, vient d’arriver à la maternité. La délivrance est proche. Avec Lisa, sa femme, cadre dans une entreprise et surchargée de travail, ils ont décidé d’inverser les rôles : c’est Ed qui porte l’enfant. Ed, donc, va connaitre les affres de l’accouchement en attendant sa césarienne. Il est inquiet, grognon, injuste... Et la sage-femme imperturbable et l’obstétricienne, largement débordées par les urgences médicales, ne le rassurent pas beaucoup. Autant qu’une comédie politique sur l’inversion des genres, Birthday est une vraie charge contre les préjugés, le racisme et l’hôpital public anglais, déserté, faute de moyens, par le personnel hospitalier. Birthday, de Joe Penhall a fait un succès remarquable il y a trois saisons au Royal Court à Londres, qui est, décidément, une des grandes sources d’inspiration du Poche. Nonante minutes de divertissement intelligent. Salutaire et plein de rebondissement. Financial Times - Hilarant et provocant. Merveilleusement fertile, pour ainsi dire ... Un anniversaire plein de joie. The Independant - Du théâtre élégant et très efficace. The Daily Telegraph
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Villa

    20.04.2021  >  01.05.2021

    • Théâtre

    Lire la suite

    Chili, trois femmes qui ne se connaissent pas doivent décider de l’avenir de la Villa Grimaldi, haut lieu de torture et d’extermination de la dictature de Pinochet. Nous ne savons pas qui elles sont ni pourquoi elles ont été choisies. Nous savons juste qu’elles ont deux options. Au final, rien ne s’est passé comme prévu. Elles doivent improviser des nouvelles solutions. Que faire du passé, de notre mémoire ? À quoi cela sert-il de se souvenir ? Devons-nous garder nos lieux d’histoire ? Quelle est la place de l’art dans le présent ? Sarah Siré s’empare de Villa de l’auteur chilien Guillermo Calderon. Grâce à la force d’une parole réelle, ironique et grinçante, le monde du passé et celui du présent s’affrontent, se questionnent, se réconcilient. L’œuvre théâtrale devient ainsi lieu de mémoire, invitation à la réflexion sur notre “devoir de mémoire” et réponse au monde des incroyants de la violence du capitalisme sauvage. De la même façon, nous devenons les héritiers, la génération d’après, incarnée par les trois femmes de Villa. Avec elles, nous comprendrons que les faits du passé sont indéniables, mais qu’il y a toujours une différence dans l’existence de ce passé dans le présent. Texte : Guillermo Calderon Traduction : Vanessa Verstappen, Sarah Siré et Maria José Parga Mise en scène : Sarah Siré Avec : Sophie Jaskulski, Mathilde Lefèvre, Sarah Siré Regard extérieur : Maria-José Parga Scénographie et costumes : Aline Breucker Création lumières : Nelly Framinet Une création Pola asbl, en coproduction avec le Théâtre de la Vie.
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 219 11 86
    Réservation : +32 2 219 60 06
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • TCHAÏKA

    20.04.2021  >  01.05.2021

    • Théâtre
    Sur un plateau en clair-obscur, une comédienne et une marionnette grandeur nature s’unissent pour se promener librement dans l’univers de La Mouette de Tchekhov. Tchaïka, actrice vieillissante à la mémoire fuyante, se découvre soudain sur scène. Derrière elle, une jeune fille lui rappelle pourquoi elle est là : Interpréter Arkadina lors de ses adieux à la scène dans sa pièce favorite du grand auteur russe. Mais le décor, comme le texte et les autres personnages lui échappent. Vaille que vaille, elle tente de dépasser la confusion qui lui fait confondre la pièce avec sa propre réalité. Par cette vertigineuse mise en abyme, la comédienne et son double manipulé – Tchaïka signifie « mouette » en russe – confrontent les générations et alternent les va-et-vient dans le passé avant de revenir à la trame de la pièce. Choisir de poursuivre ou abandonner, renoncer à incarner la jeune Nina c’est le choix auquel Tchaïka doit se résoudre. À travers la douce mélancolie de l’atmosphère et la précision de l’évocation, Tita Iacobelli et Natacha Belova élèvent l’art de la marionnette au rang de bouleversante performance.

    Lire la suite

    Sur un plateau en clair-obscur, une comédienne et une marionnette grandeur nature s’unissent pour se promener librement dans l’univers de La Mouette de Tchekhov. Tchaïka, actrice vieillissante à la mémoire fuyante, se découvre soudain sur scène. Derrière elle, une jeune fille lui rappelle pourquoi elle est là : Interpréter Arkadina lors de ses adieux à la scène dans sa pièce favorite du grand auteur russe. Mais le décor, comme le texte et les autres personnages lui échappent. Vaille que vaille, elle tente de dépasser la confusion qui lui fait confondre la pièce avec sa propre réalité. Par cette vertigineuse mise en abyme, la comédienne et son double manipulé – Tchaïka signifie « mouette » en russe – confrontent les générations et alternent les va-et-vient dans le passé avant de revenir à la trame de la pièce. Choisir de poursuivre ou abandonner, renoncer à incarner la jeune Nina c’est le choix auquel Tchaïka doit se résoudre. À travers la douce mélancolie de l’atmosphère et la précision de l’évocation, Tita Iacobelli et Natacha Belova élèvent l’art de la marionnette au rang de bouleversante performance.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Formless Mirror (she who reveals)

    23.04.2021  >  24.04.2021

    • Spectacle
    Saison 2020/21 D Festival Agostina d'Alessandro

    Lire la suite

    La chorégraphe argentine questionne la place du masculin face au changement du paradigme patriarcal. L'acceptation de leur fragilité, de leur vulnérabilité et de la douceur nécessaire pour faire face à ce nouveau positionnement sociétal. Retour ligne automatiqueRetour ligne automatique Accompagné par un instrument de la Renaissance joué live, le mouvement devient poésie virtuose produisant une danse profonde, sensible et humaine. Création et direction chorégraphique Agostina D'Alessandro Danseurs Hernan Mancebo Martinez, Samuel Baidoo, Mathias Skole et Iannes Bruylant Dramaturgie musicale et interprétation live Michaël Grëbil Liberg Coproduction Le Senghor, Expansive Being Asbl, le Marni La compagnie est soutenue par la Fédération Wallonie Bruxelles et accompagnée par le Grand Studio. Créé au Senghor en février 2020 agostinadalessandro.com
    Lieu
    Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 639 09 80
    Réservation : +32 2 639 09 82
    info@theatremarni.com
    http://www.theatremarni.com