Evénements du 13 janvier 2021

  • Hans Op de Beeck

    16.10.2020  >  17.01.2021

    • Exposition
    Hans Op de Beeck développe un univers mystérieux. Avec ses dessins et aquarelles, ses magnifiques films jouant sur l’illusion des images, avec surtout ses sculptures et ses décors de plâtre totalement pigmenté de gris. Hans Op de Beeck, qui travaille à Bruxelles et Gooik, est depuis des années un de nos meilleurs artistes jouant des vidéos, sculptures, dessins et installations immersives pour nous entraîner dans des voyages aussi beaux que troublants.

    Lire la suite

    Hans Op de Beeck développe un univers mystérieux. Avec ses dessins et aquarelles, ses magnifiques films jouant sur l’illusion des images, avec surtout ses sculptures et ses décors de plâtre totalement pigmenté de gris. Hans Op de Beeck, qui travaille à Bruxelles et Gooik, est depuis des années un de nos meilleurs artistes jouant des vidéos, sculptures, dessins et installations immersives pour nous entraîner dans des voyages aussi beaux que troublants.
    Lieu
    Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique
    Rue de la Régence, 3
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 508 32 11
    info@fine-arts-museum.be
    http://www.fine-arts-museum.be
  • Zaï Zaï

    05.01.2021  >  23.01.2021

    • Théâtre
    Nicolas règle ses courses à la caisse d’un supermarché. Comme il ne trouve pas la carte de fidélité qu'on lui réclame, il est interpellé par le vigile. Saisi de panique, il prend la fuite armé d'un poireau. Traqué par la police, pris sous le feu des médias, il devient en quelques heures l’ennemi public numéro 1.

    Lire la suite

    Nicolas : Ecoutez, je ne suis pas un bandit, je l’ai ma carte… Le Vigile : Mais oui, du calme pose ce poireau… Ne m’oblige pas à faire une roulade arrière Nicolas règle ses courses à la caisse d’un supermarché. Comme il ne trouve pas la carte de fidélité qu'on lui réclame, il est interpellé par le vigile. Saisi de panique, il prend la fuite armé d'un poireau. Traqué par la police, pris sous le feu des médias, il devient en quelques heures l’ennemi public numéro 1. A la télé, sur internet, dans les bars ou à la boulangerie, chacun a son mot à dire sur cette affaire... Commence alors un road-movie absurde, qui dresse le portrait d’une société à bout de souffle, d'une époque où la médiatisation permanente mise sur le sensationnel et empêche l'émergence de toute pensée. En adaptant au théâtre la fameuse bande dessinée de Fabcaro (Grand prix de la critique et prix des libraires de bandes dessinées), le Collectif Mensuel à qui l'on doit entre autres Blockbuster et L'homme qui valait 35 milliards accueilli au Poche, crée ici un spectacle jonglant avec théâtre, roman-photo, musique live, bande dessinée, bruitage… Dynamiteur talentueux, Fabcaro sait doser au gramme près critique sociale et éclats de rire, décryptages affûtés et trouvailles poétiques. Un vrai bonheur. Télérama S’il nous était impossible de créer Zaï Zaï pour cause d’épidémie de Covid-19, il serait remplacé par le spectacle Blockbuster, « La pièce belge qui secoue Hollywood », création précédente du collectif Mensuel.
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Fiction

    12.01.2021  >  23.01.2021

    • Théâtre

    Lire la suite

    Un événement de vie peut-il effondrer toute la structure familiale, sociale, amoureuse et les croyances d’un être humain ? Comment le non-dit, le mensonge, les secrets de famille et la trahison marquent-ils notre existence ? Fiction prend sa source dans la question de la reconnaissance et de la paternité, questions que raniment la souffrance d’un secret de famille enlisé dans le silence et le mensonge. L’absurdité de cette situation individuelle et le surréalisme administratif qui l’entoure deviennent la représentation d’une nouvelle réalité qui peut creuser de nouveaux sillons et révéler grâce à la parole ce qui a toujours été tu. Entre illusion et réel, fiction et réalité, absurde et réalisme, Stéphane Pirard prend sa revanche de la vie par les mots. Des mots qui sont essentiels, et qui redéfinissent l’espace entre l’acteur et le public. Grace au pouvoir du théâtre de tordre le réel, ce récit de soi touche de près celui qui l’écoute. Il devient une fiction invitant le spectateur à réfléchir. Il ouvre au monde cette histoire qui est singulière d’une part mais qui, d’autre part, touche un point d’universalité de l’être humain. Conception et écriture : Stéphane Pirard / Mise en scène : Muriel Legrand / Avec : Annick Johnson, Cédric Cerbara, Julien Lemonnier et Stéphane Pirard / Dramaturgie: Peggy Thomas / Scénographie : Julie Michaud / Costumes : Elise Abraham / Création Lumières : Bertrand Monette / Création musicale : Julien Lemonnier / Création vidéo : Jerôme Guiot / Régie générale : En cours Une création de L’ANCRE - Théâtre Royal en coproduction avec la Compagnie A440, le Théâtre de la Vie, La Coop asbl. Avec le soutien du Théâtre Poème, Shelterprod, Taxshelter.be, ING et Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge.
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 219 11 86
    Réservation : +32 2 219 60 06
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • Éther/After

    12.01.2021  >  23.01.2021

    • Théâtre
    C’est l’histoire d’une troupe de théâtre qui monte un spectacle sur la jeunesse bruxelloise. L’infini processus du « théâtre dans le théâtre » est utilisé pour en dégager toutes ses réjouissantes possibilités et s’aventurer dans la riche aventure de la coexistence, trouble et troublante, de la fiction et de la réalité.

    Lire la suite

    SOIRÉE COMPOSÉE AVEC : Les Filles du Hainaut - Isabelle Bats / Agathe Cornez / Yannick Duret / Eline Schumacher C’est l’histoire d’une troupe de théâtre qui monte un spectacle sur la jeunesse bruxelloise. L’infini processus du « théâtre dans le théâtre » est utilisé pour en dégager toutes ses réjouissantes possibilités et s’aventurer dans la riche aventure de la coexistence, trouble et troublante, de la fiction et de la réalité. Avec son précédent spectacle, Long live the life that burns the chest, le metteur en scène Armel Roussel a goûté au mélange de la fiction et de la réalité qui donne une incroyable liberté. Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est inventé ? Après tout, la vérité est-elle importante ? À l’image des poupées russes, il se lance dans un spectacle-gigogne : la pièce raconte l’histoire et la construction d’un spectacle, qui lui-même traite de la jeunesse bruxelloise. Différents niveaux de réalité – la fabrication du spectacle, l’histoire personnelle des acteur·rice·s, la réalité de la jeunesse – se confondent avec différents niveaux de fiction – les rôles et métiers qu’un théâtre implique, les histoires que l’on peut inventer entre les acteur·rice·s, la fiction des jeunes bruxellois. Histoires fantasmées, histoires réelles, autoportraits, autofictions sont inextricablement liés. Sur le plateau, des acteur·rice·s répètent une pièce. Un metteur en scène les accompagne. Le public assiste à un spectacle qui se monte à vue. Où commence la représentation ? Au lever du rideau ? Où finit-elle ? Aux applaudissements ? Toute notion temporelle est remise en jeu. Tout est potentiellement matière à jouer. Dans ces histoires réelles ou fictives, écrites par Armel Roussel, de nombreux thèmes – présents dans les précédents spectacles d’[e]utopia – sont abordés : amour, jalousie, amitié, art, politique, mort, sexe, solitude, désir, liberté, nostalgie, révolution, résignation, romantisme… Ils permettent d’explorer d’autres champs d’action : le rapport homme/femme, le harcèlement sexuel, #metoo, le genre, la relation à la critique, la peur de vieillir, la peur de ne pas être à la hauteur, les rêves avortés… Un spectacle qui, à travers le faux et le vrai, capte avant tout la vie.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Wakatt

    12.01.2021  >  16.01.2021

    • Spectacle
    Pour Serge Aimé Coulibaly, chorégraphe burkinabé installé à Bruxelles, la danse est un engagement social. À travers un langage puissant et universel, il questionne le monde et partage sa réflexion avec un public international. Si son inspiration prend ses racines en Afrique, ses influences sont multiples. Aussi, chaque période de création se déploie aussi bien sur le continent africain qu’en Europe. Contemporaine, ancrée dans l’émotion, la danse de Serge Aimé Coulibaly est porteuse d’espoir. C’est sous ce prisme qu’il aborde des thèmes complexes en y insufflant une énergie positive. Après avoir enquêté sur un soulèvement populaire (Nuit Blanche à Ouagadougou), après avoir exploré ce que l'engagement pour un monde meilleur exige de l'individu (Kalakuta Republik), après avoir scruté nos regards dédaigneux sur l'histoire des peuples migrateurs à travers quelques mythes d'origine ouest-africaine (Kirina), WAKATT questionne le temps présent et la « peur de l’autre » qui y règne. Dans ce projet, Serge Aimé Coulibaly se penche sur la nature de l'homme, son « instinct naturel ». Sommes-nous violents par défaut ? Rejetons-nous spontanément ceux que nous ne connaissons pas ? Ou s’agit-il de manipulations de masse qu’il est possible de contrecarrer ? À l’heure où les murs se dressent entre les peuples, où les nationalismes se gorgent du rejet de l’autre, Wakatt incite à la résistance et à l’ouverture vers un avenir commun et généreux.

    Lire la suite

    Pour Serge Aimé Coulibaly, chorégraphe burkinabé installé à Bruxelles, la danse est un engagement social. À travers un langage puissant et universel, il questionne le monde et partage sa réflexion avec un public international. Si son inspiration prend ses racines en Afrique, ses influences sont multiples. Aussi, chaque période de création se déploie aussi bien sur le continent africain qu’en Europe. Contemporaine, ancrée dans l’émotion, la danse de Serge Aimé Coulibaly est porteuse d’espoir. C’est sous ce prisme qu’il aborde des thèmes complexes en y insufflant une énergie positive. Après avoir enquêté sur un soulèvement populaire (Nuit Blanche à Ouagadougou), après avoir exploré ce que l'engagement pour un monde meilleur exige de l'individu (Kalakuta Republik), après avoir scruté nos regards dédaigneux sur l'histoire des peuples migrateurs à travers quelques mythes d'origine ouest-africaine (Kirina), WAKATT questionne le temps présent et la « peur de l’autre » qui y règne. Dans ce projet, Serge Aimé Coulibaly se penche sur la nature de l'homme, son « instinct naturel ». Sommes-nous violents par défaut ? Rejetons-nous spontanément ceux que nous ne connaissons pas ? Ou s’agit-il de manipulations de masse qu’il est possible de contrecarrer ? À l’heure où les murs se dressent entre les peuples, où les nationalismes se gorgent du rejet de l’autre, Wakatt incite à la résistance et à l’ouverture vers un avenir commun et généreux.
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be