Evénements du 22 juin 2020

  • Concours photo - Reflets d’Auderghem

    11.06.2020  >  19.07.2020

    • Exposition
    Reflets, miroirs et réflexions ! L’exposition sur le thème « Reflets d’Auderghem » rassemble une sélection de ces clichés personnels et surprenants pris par autant de personnes familières de notre commune et qui ont toutes répondu au concours photo lancé en septembre 2019 par le service Culture de la commune d’Auderghem.

    Lire la suite

    Malgré la pandémie de Covid-19 qui nous a touchés, la créativité fut au rendez-vous et nous remercions vivement les 63 participants de notre 4e édition du concours. Cette édition est donc particulière puisque nous ne pouvons organiser ni remise de prix, ni vernissage. Par contre, l’exposition des meilleurs clichés pourra être organisée et aura lieu du 11 juin au 19 juillet 2020 dans le cadre idyllique du Centre d’Art de Rouge-Cloître. Après délibération du jury, nous sommes heureux de vous annoncer que le Prix Objectif Commune 2020 a été attribué à Chloé Thôme pour sa photographie « 14/05/2020, 20h01». Le 2e Prix récompense Noël Mattelet pour sa photographie « La nuit tous les hérons sont gris ». Coups de cœur à Brigitte Denis, Dirk Hoornaert, Olivier Richard, Eric Ostermann et Werner Van Mieghem qui ont également été récompensés pour les photographies les plus appréciées par le jury. Composition du jury : Patrick Bya, lauréat du concours 2013, vidéaste et photographe; Sophie de Vos, échevine de la Culture; Nele Doensen, artiste et photographe ; Florence Mainguet, responsable du service Culture ; Sander Rosseels, cultuurbeleidscoördinator ; Olivia Bassem et Vincent Vanhamme historiens de l’art et gestionnaires du Centre d’Art de Rouge-Cloître.
    Lieu
    Centre d'Art de Rouge-Cloître
    Rue du Rouge-Cloître, 4
    1160 Auderghem
    Tél : +32 2 660 55 97
    info@rouge-cloitre.be
    http://www.rouge-cloitre.be
  • Festival Carolus : Charles Quint, rêves et cauchemars d’un empire

    18.06.2020  >  25.06.2020

    • Conférences et congrès

    Lire la suite

    Élu roi des romains en 1520 et couronné empereur en 1530, Charles Quint est devenu le prince européen le plus puissant de son époque. Une propagande savante entretient le rêve impérial, mais la dure réalité de l’exercice du pouvoir s’apparente souvent davantage à un cauchemar. C’est entre ces deux extrêmes que balancent sa vie et celle de ses sujets. 25/06 (FR)
    Lieu
    Musée de la Ville de Bruxelles - Maison du Roi
    Grand-Place
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 279 43 50
    Réservation : +32 2 279 43 67
    musea@brucity.be
    http://www.museedelavilledebruxelles.brussels
  • Sébastien Bonin - DOCUMENTI

    19.06.2020  >  19.07.2020

    • Exposition
    "DOCUMENTI" propose une sélection d’œuvres des deux dernières années de production de Sébastien Bonin. Ses peintures constitueront la majorité des œuvres exposées en dialogue avec ses photogrammes abstraits. Les connaisseurs de l’Histoire de la Peinture s’en donneront à cœur joie car son œuvre est empreinte de petites histoires du monde de l’art et de l’aura de grands Maîtres.

    Lire la suite

    SEBASTIEN BONIN DOCUMENTI Exposition Museum Vernissage le 19 février de 18h00 à 21h00 Diplômé de La Cambre, Sébastien Bonin est né en 1977 à Bruxelles, où il vit et travaille. Nous avons précédemment pu découvrir son travail à la galerie CLEARING (2013), chez Island (2012-2014-2019), à BOZAR dans l’exposition The Belgian Six (2014), au Wiels dans UN-SCENE III (2015), au Musée d’Ixelles (2017), chez Michel Rein à Bruxelles en 2019. Il exerce en tant que plasticien photographe et peintre. Une des caractéristiques générales de son travail concerne le processus de création. Artisan de la photographie, il a toujours construit manuellement ses images, sans prises de vue. Par la récupération d’images iconiques, la déstructuration, ou la recomposition de celles-ci, Sébastien Bonin triture l’Histoire de l’Art, s’en inspire, la questionne et, sans prétention, la fait avancer. En 2012, pour produire des images non figuratives, il expérimente la technique du photogramme, considérée comme l’ancêtre de la photographie. Jouant avec des filtres généralement employés au cinéma ou au théâtre, l’artiste crée des compositions de couleurs vives. Les variations sont infinies, uniques et rapprochent alors le travail du photographe de celui du peintre. L’artiste peint littéralement avec la lumière. La référence picturale est importante pour Sébastien Bonin qui n’hésite pas à puiser son inspiration dans le Color Field Painting. Il libère la couleur de sa fonction figurative pour devenir le sujet même de la photographie. Certains photogrammes rappellent d’ailleurs les champs colorés et vibrants de Mark Rothko. L’année 2015 marque un tournant dans la production de Sébastien Bonin : une direction prise et assumée vers la peinture, pour être superbement révélée par l’exposition « Nychtéméral » chez Michel Rein en janvier 2019. L’influence de la photographie persiste cependant dans la toile peinte de Sébastien Bonin : s’il s’inspire des chefs-d’œuvre peints de l’Histoire de l’Art, il édite également leur contenu en découpant, déplaçant, abstrayant certains éléments et en en modifiant les couleurs originales en écho aux filtres colorés de son travail photographique. Sa peinture emprunte, extrait, redéfinit. Face aux toiles de Sébastien Bonin, un sentiment nous frappe, une familiarité avec l’image peinte. De petits paysages à l’huile ou des éléments de Natures Mortes partitionnent les toiles. Tels des veduta sorties tout droit de la Renaissance, ces ouvertures dans la composition générale, invitent à un autre monde, une idée, une énigme, permettent la fuite de la pensée. Les sources picturales de Bonin se concentrent sur les 19ème et 20ème siècles. Il décortique les ouvrages d’art pour en extraire des détails et supprime du contenu toute référence humaine. Avec son geste expressif, à l’empattement assumé, pour certaines compositions, l’artiste reproduit ces sujets, sur de petits ou grands formats. Il brouille également l’approche de ses toiles par l’apposition de titres « pêchés » et inter-changés dans ces mêmes ouvrages d’art. Aussi, les petits paysages ou Natures Mortes se détachent et rythment les grandes toiles préparées au Gesso. Certaines compositions reprennent la mise en page d’une affiche d’exposition ou même d’une couverture de livres d’art très connus. Ce jeu de « titres » nous rappelle l’humour surréaliste d’un Magritte, chez qui les mots se jouent de l’image, la taclent dans son contenu propre. « Cette peinture de Sébastien Bonin ne s’accomplit pas dans la recherche de la nouveauté pour elle-même qui n’a pas vraiment de sens. Elle se réalise plutôt comme un hommage à la peinture à laquelle elle entend apporter sa propre contribution, consciente d’un très riche héritage qui lui permet de rebondir vers de nouvelles propositions « (Claude Lorent, La Libre Belgique, Arts Libre, 16 Janvier 2019). Ayant parlé de ses références il est évident que l’œuvre est également emprunte des mythologies propres à l’artiste et de son histoire. Sa rencontre avec la peinture, ses critiques et visions à l’égard de celle-ci, en font un langage vernaculaire énigmatique. L’exposition DOCUMENTI propose une sélection d’œuvres des deux dernières années de production de Sébastien Bonin. Ses peintures constitueront la majorité des œuvres exposées en dialogue avec ses photogrammes abstraits. Les connaisseurs de l’Histoire de la Peinture s’en donneront à cœur joie car son œuvre est empreinte de petites histoires du monde de l’art, de l’aura de grands Maîtres, comme nous pourrons le voir dans l’œuvre DOCUMENTA IX, Philippe Vandenberg ou encore Erased de Kooning, Erased Vandenberg, Erased Bonin…
    Lieu
    Botanique
    Rue Royale, 236
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 218 37 32
    info@botanique.be
    http://www.botanique.be