Evénements du 4 décembre 2022

  • Marché Bildy Markt - Einat Tuchman

    03.09.2022  >  17.12.2022

    • Spectacle
    Depuis mars 2022, Einat Tuchman vous invite chaque dernier samedi du mois au Marché Bildy Markt de la Gare Maritime à Molenbeek. À ce nouveau marché local est un lieu de rencontre. Des ateliers, des performances interactives et des concerts rassemblent des histoires et des expériences sur l'économie locale dans différentes cultures.

    Lire la suite

    Depuis mars 2022, Einat Tuchman vous convie chaque dernier samedi du mois au Marché Bildy Markt de la Gare Maritime à Molenbeek, sur le terrain de Tour&Taxis. Ce nouveau marché local est un lieu de rencontre, où vous créez ensemble un avenir plus durable. Des ateliers, des performances interactives et des concerts rassemblent des histoires et des expériences sur l'économie locale dans différentes cultures. Au Marché Bildy Market, vous pouvez consommer local et différent : vous avez l’opportunité d’acheter des produits fabriqués par des habitant·es de Molenbeek et Laeken à des prix démocratiques et  avec un accent particulier mis sur le recyclage et le zéro déchet. Des snacks et des boissons seront disponibles dans le talk-shop ! • L'artiste Einat Tuchman vit et travaille dans le quartier Maritime de Molenbeek depuis plusieurs années. Après y avoir développé un certain nombre de projets de quartier, elle a ressenti le besoin de mettre en place un cadre plus large pour rassembler différents projets, initiatives locales et organisations. Pendant WoWmen!20, elle a présenté Other Enter dans le centre communautaire Espacetous de Molenbeek, et a également participé au monologue Spin, Spin, Scheherazade d'Orla Barry. 
    Lieu
    Gare Maritime - Tour & Taxis
    Rue Picard
    1000 Bruxelles
  • Regards de Femmes

    24.09.2022  >  18.12.2022

    • Exposition
    Avec les oeuvres de: Adriana Lestido, Andrea Gayer, Diane Arbus, Francesca Gardini, Gabriele und Helmut Nothhelfer, Graciela Iturbide, Helen Levitt, Jo Ractliffe, Judith Joy Ross, Kattia García Fayat, Lisette Model,Luz María Bedoya, Martha Rosler, Moyra Davey, Paz Errázuriz, Tarrah Krajnak, Ursula Schulz-Dornburg, Yolanda Andrade, Zoe Leonard. Commissaire de l’exposition: Béatrice Andrieux.

    Lire la suite

    « Regards de Femmes » propose une relecture de la présence des femmes artistes dans la collection d’Astrid Ullens de Schooten Whettnall. Passionnément impliquée pour sa Fondation, créée dans un quartier populaire de Bruxelles, la collectionneuse belge consacre toute son énergie à valoriser et aider les artistes tous genres confondus. Pour les dix ans de la Fondation A, l’idée de mettre en avant les artistes femmes de la collection devient une évidence pour Astrid Ullens de Schooten Whettnall. Les artistes collectionnées par une femme y sont présentées par une commissaire. C’est une histoire commune qui se veut ouverte, élargie aux artistes avec des pratiques transversales utilisant le médium pour un projet spécifique. Les dix-neuf femmes choisies ont toutes en commun un engagement au sein de leur communauté avec une volonté de dénoncer, de rompre les codes et de faire bouger les lignes sur la question de la justice sociale, de la féminité, de l’environnement. La perspective se veut également globale incluant des artistes d’Amérique Latine comme Yolanda Andrade, Luz María Bedoya, Kattia García Fayat et Graciela Iturbide et des figures historiques comme Diane Arbus, Helen Levitt et Lisette Model. L’école allemande, présente dans la collection, révèle les séries d’Andrea Geyer et d’Ursula Schulz Dornburg ainsi que les travaux du couple Gabriele et Helmut Nothhelfer exposés pour la première fois, tout comme les tirages en couleur réalisés par l’italienne Francesca Gardini. Le projet qui réunit les œuvres de la canadienne Moyra Davey, des américaines Zoe Leonard et Martha Rosler, de la sud-africaine Jo Ractliffe, et de l’américano-péruvienne Tarrah Krajnak vise à élargir le propos sur la mise en évidence des contextes historiques qui ont entouré, favorisé ou limité la reconnaissance des artistes femmes. Enfin le travail de l’immense portraitiste américaine Judith Joy Ross, exposé lors de l’ouverture de la Fondation il y a dix ans, illustre l’engagement de la photographe auprès des activistes ou des jeunes en échec scolaire. Chacune à leur façon, ces artistes déterminées, pionnières et uniques expriment une forme de résistance aux normes qu’elles soient sociales, genrées ou politiques. Elles nous rappellent que nous vivons dans un espace présent qui porte les traces indélébiles et éphémères de son histoire que nous devons continuer d’observer avec attention. Béatrice Andrieux, commissaire de l’exposition Avec les oeuvres de: Adriana Lestido, Andrea Gayer, Diane Arbus, Francesca Gardini, Gabriele und Helmut Nothhelfer, Graciela Iturbide, Helen Levitt, Jo Ractliffe, Judith Joy Ross, Kattia García Fayat, Lisette Model,Luz María Bedoya, Martha Rosler, Moyra Davey, Paz Errázuriz, Tarrah Krajnak, Ursula Schulz-Dornburg, Yolanda Andrade, Zoe Leonard. La Fondation A publie le catalogue de l’exposition Regards de Femmes.
    Lieu
    Fondation A Stichting
    Avenue Van Volxem, 304
    1190 Forest
    Tél : +32 2 502 38 78
    info@fondationastichting.be
    http://www.fondationastichting.be
  • Koulounisation

    29.11.2022  >  09.12.2022

    • Théâtre
    J’ai souvent été le témoin de discussions sur ce qu’on appelle la « Guerre d’Algérie ». Et c’est seulement très récemment que j’ai entendu le mot : « révolution ». Cela m’a amené à réarticuler ma pensée. Et si « La guerre d’Algérie » n’était pas seulement un fait historique mais aussi des mots. Quels seraient-ils ? Salim Djaferi

    Lire la suite

    Comment dit-on colonisation en arabe ? Que nous fait le langage ? Que fabrique- t-il comme histoire, politique ou monde commun ? Salim Djaferi mène l’enquête, charge et décharge les mots du colonialisme au fur et à mesure qu’il compose avec d’autres récits, d’autres mots, les siens. C’est une pièce sur le mot « colonisation » qui déroule des vécus, des histoires et des violences, aussi. Une pièce passionnante, savante, limpide. Koulounisation ose empoigner un sujet vertigineux et douloureux, que l’outil linguistique offre d’aborder non sans révolte mais avec calme, curiosité, empathie, intelligence - celle qui relie le cœur et l’esprit. LA LIBRE BELGIQUE RENCONTRE - Je 01.12 après la représentation. Conception et interprétation Salim Djaferi - Collaborateur artistique Clément Papachristou - Regard dramaturgique Adeline Rosenstein - Aide à l’écriture Marie Alié et Nourredine Ezzaraf - Écriture plateau Delphine De Baere - Scénographie Justine Bougerol et Silvio Palomo - Création lumière et régie générale Laurie Fouvet - Développement, production, diffusion Habemus papam. Merci à Aristide Bianchi, Camille Louis, Kristof van Hoorde et Yan-Gael Amghar. Production Une création de Salim Djaferi en Coproduction avec Les Halles de Schaerbeek, Le Rideau et L’Ancre - Théâtre Royal de Charleroi. Avec le soutien des bourses d’écriture Claude Étienne et de la SACD, de la Chaufferie-Acte1, de La Bellone-Maison du Spectacle (BXL/BE), du Théâtre des Doms, du Théâtre Episcène et de Zoo Théâtre. Avec l’aide de la Fédération Wallonie Bruxelles.
    Lieu
    Le Rideau
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 01
    Réservation : +32 2 737 16 00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Si j’étais moi

    29.11.2022  >  10.12.2022

    • Théâtre
    Tout à la fois acteur·ices et narrateur·ices, les trois personnages habitent cette comédie grinçante qu’il·els peuplent de visions et d’archétypes.

    Lire la suite

    Sven Punti Larsen, héritier d’une fortune mondiale et homme d’affaires puissant, sa sœur, Emma, artiste, ainsi que leur chauffeur et garde du corps, Mat, entament une dérive urbaine effrénée et passablement alcoolisée, du lounge d’un hôtel de luxe à la friterie Jourdan en passant par le sommet de l’Atomium. Tout à la fois acteur·ices et narrateur·ices, les trois personnages habitent cette comédie grinçante qu’il·els peuplent de visions et d’archétypes : le puissant, le sans-grade et la sorcière. S’appuyant sur la formule de Rimbaud « Je est un autre», l’épopée de ces figures en pleine métamorphose tresse et déploie différentes pistes pour mieux illustrer une mise en abyme entre réalité et fiction. Comme un After Hours onirique et sarcastique, elle joue sur l’improbabilité des situations qu’elle rassemble pour créer un simulacre de réalité dans laquelle naviguent les trois protagonistes. Un parcours épique, en forme de fable hallucinée, qui invite à résister à l’idéologie dominante et à se moquer des travers de notre époque. Première Production Théâtre des Martyrs Coproduction Théâtre National Wallonie-Bruxelles Coprésentation Théâtre National Wallonie-Bruxelles et Théâtre des Martyrs
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • LOCO

    29.11.2022  >  17.12.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Ce n'est pas parce qu'il est gentilhomme de la chambre qu'il lui viendra un troisième œil au milieu du front. Son nez n'est pas en or, que je sache, mais tout pareil au mien, au nez de n'importe qui. Popritchine est un petit fonctionnaire dont la vie s’étire mollement. Il est copiste au ministère et passe son temps à tailler les crayons du Bourgmestre. Jusqu’au jour où il croise la fille de son supérieur. Coup de foudre. Naît alors le besoin irrépressible de paraître un autre homme - un roi d’Espagne peut-être- susceptible de conquérir sa citadelle imprenable. Loco, librement adapté du Journal d’un fou de Gogol, rappelle que cette quête du paraître n’a pas pris une ride. Ce besoin effréné d’exister, de jouer un rôle dans la société quitte à fantasmer sa vie. Pour traduire cette œuvre majeure sur scène, deux comédiennes et une marionnette, sorte d’avatar de corps multiple qui ouvre sur tous les possibles. Natacha Belova retrouve la complicité de Tita Iacobelli avec laquelle elle avait conçu Tchaïka (meilleur seul en scène aux Prix Maeterlinck 2019). Ovation debout. Pluie de vivats. Tsunami d'applaudissements. La première de Loco a reçu un accueil à l'image de son titre : du délire. Le Soir
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Mawda, ça veut dire tendresse

    01.12.2022  >  10.12.2022

    • Théâtre
    Marie-Aurore D’Awans & Pauline Beugnies inscrivent le théâtre documenté dans une totalité plus vaste que la simple reconstitution des faits.

    Lire la suite

    Le 17 mai 2018, Mawda Shamdin Ali, deux ans, est dans une camionnette qui la ramène en Angleterre avec ses parents, son frère et une vingtaine d’autres personnes. La police poursuit la camionnette. Sur la E42, près de Mons, une nouvelle voiture de police s’engage. Un policier tire. La balle atteint Mawda en pleine tête. Elle meurt. Ses parents et son frère sont arrêtés et placés en détention. Mawda, ça veut dire tendresse tient de l’obstination de la metteuse en scène et actrice Marie-Aurore D’Awans, de la cinéaste et journaliste Pauline Beugnies, et de la dramaturge Kristin Rogghe. Avec méthode, elles rassemblent les faits, interviewent, suivent le fil ténu des procès à Liège et à Mons. Elles regardent autour d’elles pour mettre en lumière ce qui défaille : l’inégalité de traitement entre les protagonistes, la « déshumanisation des migrants qui se poursuit jusqu’au tribunal ». Elles distillent du contrechamp, en rentrant en conversation avec les parents de Mawda ou en décortiquant les théories médiatiques – erronées et dénoncées – de « l’enfant bouclier ». Ce que veulent dire Marie-Aurore D’Awans, Pauline Beugnies et Kristin Rogghe, c’est, selon elles, ce que les autres n’ont pas (ou peu) dit. Raconter l’histoire de Mawda, celle de ses parents Prhast et Shamdin, Roméo et Juliette kurdes, qui ont dû fuir le Kurdistan irakien parce qu’i·els ne pouvaient pas s’y marier. Raconter l’histoire du grand frère que ce drame a marqué à jamais. Depuis la camionnette blanche, en élevant la parole au-dessus du fait divers, elles inscrivent le théâtre documenté dans une totalité plus vaste que la simple reconstitution des faits. Production KVS Coréalisation KVS, Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Mawda, ça veut dire tendresse

    01.12.2022  >  10.12.2022

    • Théâtre
    « Nous voulons raconter l'histoire de Mawda et de sa famille. »

    Lire la suite

    Mawda Shamdin Ali avait deux ans. Elle se trouvait dans une camionnette qui devait la ramener en Angleterre avec ses parents, son frère et une vingtaine d’autres personnes. La camionnette a été prise en chasse par la police sur une autoroute belge. Un policier a tiré. La balle a atteint Mawda à la tête. Elle est morte. Ses parents et son frère ont été emmenés au cachot. Prhast et Shamdin viennent du Kurdistan irakien. Ils ont dû fuir parce qu’on ne voulait pas qu’ils se marient. Ils ont fui parce qu’ils s’aimaient. Depuis deux ans, la comédienne et metteuse en scène Marie-Aurore d’Awans et la cinéaste et journaliste Pauline Beugnies, rejointes par Kristin Rogghe, dramaturge au KVS, amassent de la matière réelle (interviews, procès...) et sont en dialogue avec les parents de Mawda pour écrire ce spectacle. « Nous voulons raconter cette histoire. Raconter l’histoire d’amour des parents, des Roméo et Juliette kurdes. Raconter son grand frère que ce drame a changé à jamais. Raconter l’exil. Mais nous voulons aussi comprendre comment un tel drame peut arriver. Dans quel contexte politique ? Comment nos médias s’emparent-ils de tels événements ? Comment un drame qui devrait alimenter le débat public sur la politique migratoire se résume finalement à un simple fait divers ? »
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Vijand van het volk

    02.12.2022  >  04.12.2022

    • Théâtre
    Cette âpre comédie fait écho à de récents scandales environnementaux très proches de nous.

    Lire la suite

    Son frère, qui est le maire de la ville, émet des réserves. Rendre la nouvelle publique aurait des conséquences économiques insondables pour la ville. Pire encore, ce seront les citoyens qui en paieront les pots cassés. Cette âpre comédie fait écho à de récents scandales environnementaux très proches de nous. Elle montre sans merci les rouages de la manipulation du processus de décision dans les coulisses et les intrigues de couloirs. Comme à son habitude, Olympique Dramatique réunit une distribution bien étudiée et d’une puissance fulgurante, avec du flair pour le talent émergent.
    Lieu
    KVS
    Quai aux Pierres de Taille, 7
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 210 11 12
    Réservation : +32 2 210 11 12
    info@kvs.be
    http://www.kvs.be
  • Le quartier Notre-Dame-aux-Neiges

    04.12.2022

    • Visites Guidées
    Le quartier Notre-Dame-aux-Neiges, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est une création des années 1870.

    Lire la suite

    Le quartier Notre-Dame-aux-Neiges, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est une création des années 1870. Enclavé entre la colonne du Congrès et la petite ceinture, la qualité de conception de ses espaces publics et ses maisons aux façades ornementées forment un environnement urbain unique. Doté dès son origine de somptueux équipements dédiés aux plaisirs de la vie bourgeoise, comme le Cirque Royal, la Galerie du Parlement, les Bains Royaux ou encore le Théâtre de l’Eden, dont il reste quelques traces, ce quartier, qui retrouve sa fonction résidentielle historique, constitue un cadre de vie exceptionnel au cœur de la ville. À découvrir.
    Lieu
    Angle de la rue Royale et de la rue de Louvain
    rue Royale - rue de Louvain
    1000 Bruxelles
    http://www.kvs.be