Evénements du 25 mai 2024

  • Récits de ville : Molenbeek

    17.05.2024  >  26.05.2024

    • Théâtre
    Théâtre-Forum/conférence – échanges – réflexion – sociologie de la ville – inégalités sociales – gentrification

    Lire la suite

    Cet atelier analyse la vie sociale en ville. Ici on se concentre sur la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Les sociologues de la ville vont étudier la manière dont les habitants vivent ensemble, travaillent, et interagissent dans les milieux urbains, et comment cela affecte la société en général. Ils regardent comment les villes sont organisées, comment les gens se regroupent dans des quartiers, et comment ça influe sur leur vie quotidienne.
    Lieu
    Ras El Hanout
    Rue du ruisseau 17-19, 17-19
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 488 01 14 11
    info@ras-el-hanout.be
    https://ras-el-hanout.be/
  • Marche salope

    21.05.2024  >  25.05.2024

    • Théâtre
    Avec Marche salope (1), Céline Chariot aborde le sujet du viol, interrogeant le mutisme qui entoure les agressions sexuelles. « La vraie question n’est pas de savoir pourquoi je parle, mais pourquoi je n’ai pas parlé » écrit-elle.

    Lire la suite

    Aujourd’hui, elle part de constats et de statistiques, pas d’une colère irrationnelle ; elle ne veut ni écrire de fiction édulcorée, ni chercher à raconter l’histoire des femmes et encore moins la sienne, ni à brûler les hommes, ni à faire justice. En reconstituant une scène de crime, par le biais d’un geste accessible, fort, documenté et poétique, travaillant à un acte artistique qui puisse révéler une certaine beauté tout en pouvant transcender la douleur de gestes passés, Céline Chariot, qui n’est ni danseuse, ni actrice, mais photographe, aborde le viol via le regard, via des sensations qui ont pour but la réflexion, et rappelle que dans cette transgression odieuse qu’est le viol, le crime n’est pas uniquement celui du violeur mais surtout celui d’un corps social qui pointe la victime comme responsable de son sort. Dans une forme originale où se mêlent texte, performance, silence, regard, reconstitution du réel et onirisme, le spectacle invite puissamment à la transformation des traumatismes du passé en une puissante frénésie d’en finir avec les inégalités de genre. (1) La Slutwalk, ou « Marche des salopes », est une marche de protestation née en avril 2011 au Canada après qu’un officier de police ait déclaré : « Si vous voulez éviter de vous faire violer, il faut éviter de s’habiller comme une salope »
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • La convivialité

    23.05.2024  >  31.05.2024

    • Théâtre
    Conférence-spectacle pop et iconoclaste sur l’invariabilité́ du participe passé des verbes qui utilisent l’auxiliaire avoir en fonction de la position du complément dans la phrase.

    Lire la suite

    DUREE - 55min _______________________________________________________ « Le spectacle des Belges qui veulent simplifier la langue française » : tout est faux dans cette phrase. Pas « simplifier » mais faire preuve d’esprit critique. Pas « des Belges », mais des passionnés qui veulent partager les découvertes des linguistes. Pas même la langue, seulement son orthographe. Car l’orthographe, c’est pas la langue, juste le code graphique qui permet de la retranscrire. Une approche pop et iconoclaste, pour dédramatiser un débat et aussi parce qu’il faut bien avouer que l’Académie Française a un vrai potentiel comique... Notez que tout n’est pas faux : il s’agit bien d’un spectacle... Et drôle en plus. C'est quand la dernière fois que vous avez changé d’avis ? _______________________________________________________ Conférence ludique, instructive, interactive. La Libre Belgique, Guy Duplat, 28.09.16 Le tout agrémenté de fautes légendaires – le fameux « Omar m’a tuer » – et flagrants délits humoristiques. Le Soir, Catherine Makereel, 16.09.16 Une vraie gourmandise intellectuelle. L’Humanité, Caroline Constant, 22.11.19 Erudit, drôle, bien menée, La Convivialité est un objet scénique atypique qui titille les méninges. Le Monde, Sandrine Blanchard, 18.11.19 _______________________________________________________ VOIR LE TEASER : https://vimeo.com/236903278 AFTER SCENE - Je 25.05 après la représentation. Avec l’équipe du spectacle. _______________________________________________________ Conception et écriture Arnaud Hoedt et Jérôme Piron - Jeu Philippe Couture, Arnaud Hoedt, Jérôme Piron, Antoni Severino (en alternance) - Direction technique Charlotte Plissart - Régie Charlotte Plissart, Clément Papin, Aurélie Perret (en alternance) - Co-mise en scène Dominique Bréda, Arnaud Pirault et Clément Thirion - Création vidéo Kévin Matagne - Conseiller technique Nicolas Callandt. Conseiller artistique Antoine Defoort - Assistanat à la mise en scène Anaïs Moray – Photo visuel Kévin Matagne - Développement et diffusion Habemus Papam. Une création de la compagnie Chantal & Bernadette. En coproduction avec le Théâtre National/Bruxelles et L’Ancre/Charleroi et Hypothalamus renforcé. Avec le soutien du Théâtre La Cité/Marseille, de La Bellone/Bruxelles, de la compagnie La Zouze/Marseille et du Service de la Langue française de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Centre culturel de Braine L’Alleud. Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Service du théâtre).
    Lieu
    Le Rideau
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 00
    Réservation : +32 2 737 16 01
    contact@lerideau.brussels
    https://lerideau.brussels
  • Brussels Philharmonic : Scelsi

    25.05.2024

    • Concert
    Plus d'informations bientôt... Flagey, Brussels Philharmonic

    Lire la suite

    Plus d'informations bientôt... Flagey, Brussels Philharmonic € 36 > € 5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 20
    Réservation : +32 2 641 10 20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Fampitaha, fampita, fampitàna

    25.05.2024  >  29.05.2024

    • Théâtre
    Mêlant danse, musique et création radiophonique, un étonnant voyage au cœur de l’histoire malgache.

    Lire la suite

    Un dialogue intime entre nos imaginaires contemporains et une tradition orale ancestrale, pour réveiller une mémoire enfouie au cœur de notre présent. Un siècle et demi après sa mort, l’ombre de Ranavalona Ière plane encore sur l’histoire de Madagascar. Montée sur le trône au décès de son époux en 1828, celle que l’on surnomma « la Caligula malgache » ou encore « l’ogresse couronnée », a dirigé son pays d’une main de fer, laissant derrière elle, à l’issue de ses 33 ans de règne, un souvenir pour le moins contrasté. Les historien·nes, surtout en Europe, se sont attelé·es à lui fabriquer une sombre légende. Mais qu’en est-il réellement de l’héritage de cette femme de pouvoir, qui n’a cessé de défendre l’autonomie de son île face aux assauts des puissances coloniales ? Et, à travers son destin, qu’en est-il du XIXème siècle, cette période aussi troublée que mouvante, cette ère de profondes transformations qui mérite aujourd’hui d’être requestionnée ? Ne serait-il pas temps de démystifier ce que nous avons appris, et d'adopter de nouveaux points de vue pour raconter une autre histoire ? Voyageant dans le passé fracturé de l’île de Madagascar, d’où elle plonge une partie de ses racines, la danseuse et chorégraphe Soa Ratsifandrihana tisse une histoire qu’elle aurait aimé entendre quand elle était petite. Sur place, elle est partie recueillir la parole de savant·es, de conteur·euses, d’aîné·es, œuvrant à la défense d’une longue tradition orale aujourd’hui menacée, qui peine à traverser les océans pour toucher les nouvelles générations de la diaspora malgache, dont elle fait partie. À partir des témoignages qu’elle a pu récolter, elle nous invite à découvrir une création hybride et sensorielle, dans laquelle les mots, les corps et les paysages sonores s’enchevêtrent. Un nouveau langage à vif, pour percer les mystères de son propre héritage, et faire vibrer une mémoire ancestrale au cœur de notre présent. Entre récit radiophonique, composition musicale et création chorégraphique, la nouvelle création de Soa Ratsifandrihana mise sur la fusion de l’oralité et du mouvement pour nous rappeler que nos corps, au même titre que nos paroles, sont porteurs d’histoires. Dans son processus de travail, l’artiste s’est entourée du musicien Joël Rabesolo, et des danseur·euses et performeur·euses Audrey Merilus et Stanley Ollivier, avec qui elle n'a cessé de confronter son imaginaire personnel à leurs propres vécus, à l’écoute des résonnances et des métissages que ces rencontres pouvaient produire. Sur scène, iels en retirent un magnifique travail de composition, comme une partition de gestes abstraits ou figuratifs, au sein de laquelle se dépose un collage de danses inspirées de styles traditionnels malgaches, que les interprètes confrontent à nos imaginaires contemporains. Un spectacle puissant et authentique, qui dresse une passerelle entre des continents, des cultures, des héritages que parfois tout oppose, mais que la création vivante parvient ici à rassembler autour d’une même émotion.   Le spectacle compose le second volet d’un diptyque. Il fait écho à une création radiophonique intitulée Tsy izaho no mandainga fa ny olobe tany aloha / Ce n’est pas moi qui mens, ce sont les anciens réalisée par Soa Ratsifandrihana et Chloé Despax avec l’aide de Prisca Ratovonasy.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be
  • Sortie du nouvel album de Jules&Jo !

    25.05.2024

    • Concert
    Sortie du nouvel album "Le Futur est Génial" de Jules&Jo

    Lire la suite

    Après “Le Trophée” (2011), “Pouvoir aux Roux” (2015) et “Chaise de Jardin” (2020), le duo de chanson belgo-cosmique Jules & Jo est de retour avec "Le Futur est Génial", un album absolument cinglé, qu'ils présenteront dans le chapiteau de la Roseraie le 25 mai ! ​Mêlant machines électroniques, claviers, guitares, accordéons, percussions et objets en tous genres, leur univers mordant & déjanté ne laisse pas indifférent. Lauréats de nombreux prix en France, Belgique et Suisse, Jules & Jo continuent à creuser leur sillon : celui du "non-sens qui fait sens" et de la folie douce.
    Lieu
    La Roseraie
    Chaussée d'Alsemberg, 1299
    1180 Uccle
    Tél : +32 2 376 46 45
    Réservation : +32 2 376 46 45
    secretariat@roseraie.org
    http://www.roseraie.org
  • Bangla Surf Girls

    25.05.2024

    • Cinéma
    Bangla Surf Girls est un documentaire immersif qui nous emmène au cœur d’un bidonville près de Cox’s Bazar au Bangladesh, où l’on assiste à la transformation de jeunes filles qui rejoignent un club de surf local et osent rêver de liberté et échapper à une vie de corvée et abus.

    Lire la suite

    Au Bangladesh, les femmes n’ont pas leur liberté. Alors il faut l’arracher. Un groupe de jeunes surfeuses développe force, audace et discipline avec le soutien de leur coach bienveillant. Vont-elles réussir à continuer leur chemin d’émancipation radicale lorsque celui-ci repart aux Etats-Unis et les laisse seules face à leur famille et à la société ? La jeune cinéaste bangladaise Elizabeth D Costa s’est immergée dans la communauté pendant trois ans. Le résultat est une histoire authentique capturée et racontée sans filtres ni jugement. « Je ne suis peut-être qu’une enfant, mais je rêve grand. Quand je joue avec les vagues, j’oublie tout. Le surf, c’est… Je ne peux pas expliquer cette sensation. C’est complètement enivrant. Tous mes rêves sont liés au surf, mais aucun de ces rêves ne peuvent se réaliser s’il m’est interdit de surfer. —Shobe, participant au film, Bangla Surf Girls
    Lieu
    Le Senghor - Centre Culturel d’Etterbeek
    Chaussée de Wavre, 366
    1040 Etterbeek
    Tél : +32 2 230 31 40
    Réservation : +32 2 230 31 40
    info@senghor.be
    http://www.senghor.be
  • Baul Meets Saz

    25.05.2024

    • Concert
    Emre a appris de la musique de son père, Lütfü Gültekin. Son répertoire est centré sur les chants des aşık, les bardes d’Anatolie. Emre se présente comme un troubadour des temps modernes, muni de son saz. Sa musique de Turquie rencontre la chanteuse Malabika Brahma et le percussionniste Sanjay Khyapa, un duo qui perpétue la tradition de la musique des Bauls.

    Lire la suite

    Emre a appris de la musique de son père, Lütfü Gültekin. Son répertoire est centré sur les chants des aşık, les bardes d’Anatolie. Emre se présente comme un troubadour des temps modernes, muni de son saz, le luth à manche long emblématique de la Turquie. Sa musique de Turquie rencontre la chanteuse Malabika Brahma et le percussionniste Sanjay Khyapa, un duo qui perpétue la tradition de la musique des Bauls. Inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis plus de 15 ans, ces chants sont sans contexte une des nombreuses richesses du Bengale, cette région entre l’Inde et le Bangladesh. Ce chant populaire est à la croisée d’influences : du mouvement hindou bhakti ainsi que du shuphi, chargé de spiritualité. Ils sont pratiqués par une communauté d’artistes itinérants qui répond à sa propre philosophie et à sa propre spiritualité. Chez les Bauls, l’amour et la liberté sont des principes fondamentaux. “Je deviens Baul, qui n’a ni maître, ni ordre et je n’obéis à rien” Exceptionnellement, le groupe sera accompagné par le son mélancolique du duduk arménien de Vardan Hovanissian.
    Lieu
    Le Senghor - Centre Culturel d’Etterbeek
    Chaussée de Wavre, 366
    1040 Etterbeek
    Tél : +32 2 230 31 40
    Réservation : +32 2 230 31 40
    info@senghor.be
    http://www.senghor.be