Evénements du 30 novembre 2022

  • Parcours MASO

    26.09.2022  >  01.12.2022

    • Offre Pédagogique

    Lire la suite

    Au coeur d'un monde en transition(s), les porteur•ses de projet(s) font preuve d'adaptabilité, de pragmatisme et de confiance en l'avenir. En conscience de ce contexte, le "parcours MASO" vise à accompagner le développement des compétences du secteur culturel et artistique. Concrètement, en partant des projets portés par les participant•es, le parcours se déroule en deux phases : la première est consacrée à la transmission d'outils qui provoquent l'échange de pratiques entre participant•es et la deuxième permet l'accompagnement sur mesure de chaque projet. Ainsi, le parcours aborde différents sujets qui touchent au travail quotidien et questionne structurellement les terrains dans lesquels se déploient les projets portés par les participant•es. Fondamentalement, chacun•e est donc amené•e à interroger sa posture professionnelle, ainsi que l'identité institutionnelle de la structure dans laquelle son rôle s'insère. Vous êtes travailleur•se des arts et des cultures, dans des métiers artistiques, techniques et/ou administratifs. Vous êtes responsable d'un projet concret que vous portez, au sein d'une institution, d'une association ou en votre nom propre. Alors vous êtes bienvenue ! 10 ateliers de 4h répartis sur 4 mois Collectif MASO Le Collectif « MASO » est né en plein milieu de la crise sanitaire, à l'heure où les embouteillages de programmation commençaient à se profiler et où il apparaissait clairement que le secteur culturel et artistique était en train de se remettre profondément en question. Dans ce contexte, il fallait bien trouver une boutade pour désigner cette envie un peu folle d'encore y croire. Comment continuer à accompagner le développement de projet artistique et/ou culturel, au niveau individuel, groupal ou institutionnel ? La réponse ne pouvait qu'être collective, au confluent de nos points de vue contrastés sur le secteur. Concrètement, entre juin et juillet 2021, le collectif a pu accompagner le développement des projets des membres de l'ASBL Mouvance. A partir de l'évaluation de ce « crash-test », il propose ce dispositif "Parcours MASO » à des réseaux culturels et/ou artistiques. Annabelle Giudice, Olivier Roisin et Sandra Coumans
    Lieu
    Théâtre Marni
    Rue de Vergnies, 25
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 639 09 80
    Réservation : +32 2 639 09 82
    info@theatremarni.com
    http://www.theatremarni.com
  • Bla Bla Bla

    10.11.2022  >  03.12.2022

    • Théâtre
    Qu’est-ce qu’y dit ?

    Lire la suite

    Bienvenue dans ce spectacle vraiment très très intéressant proposé par l’éminent – et marrant – historien Gilles Dal, chasseur d’incongruités, pisteur de faux-semblants et débusqueur de lieux communs. Sa marotte : les ratés de la communication entre humains. Car il n’a échappé à personne que lorsqu’on dit A, l’autre entend B, et que c’est par hasard ou par erreur que malgré tout, le monde tourne plus ou moins rond. En interaction avec le public, ce spectacle passe en revue, à partir de photos désopilantes et/ou absurdes, une ribambelle de cas flagrants d’incompréhension mutuelle, que ce soit dans le domaine de la publicité, de la restauration, de l’administration ou… de l’amour.
    Lieu
    TTO - Théâtre de la Toison d'Or
    Galerie de la Toison d'Or, 396
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 510 05 10
    Réservation : +32 2 510 05 10
    info@ttotheatre.be
    http://www.ttotheatre.be
  • Koulounisation

    29.11.2022  >  09.12.2022

    • Théâtre
    J’ai souvent été le témoin de discussions sur ce qu’on appelle la « Guerre d’Algérie ». Et c’est seulement très récemment que j’ai entendu le mot : « révolution ». Cela m’a amené à réarticuler ma pensée. Et si « La guerre d’Algérie » n’était pas seulement un fait historique mais aussi des mots. Quels seraient-ils ? Salim Djaferi

    Lire la suite

    Comment dit-on colonisation en arabe ? Que nous fait le langage ? Que fabrique- t-il comme histoire, politique ou monde commun ? Salim Djaferi mène l’enquête, charge et décharge les mots du colonialisme au fur et à mesure qu’il compose avec d’autres récits, d’autres mots, les siens. C’est une pièce sur le mot « colonisation » qui déroule des vécus, des histoires et des violences, aussi. Une pièce passionnante, savante, limpide. Koulounisation ose empoigner un sujet vertigineux et douloureux, que l’outil linguistique offre d’aborder non sans révolte mais avec calme, curiosité, empathie, intelligence - celle qui relie le cœur et l’esprit. LA LIBRE BELGIQUE RENCONTRE - Je 01.12 après la représentation. Conception et interprétation Salim Djaferi - Collaborateur artistique Clément Papachristou - Regard dramaturgique Adeline Rosenstein - Aide à l’écriture Marie Alié et Nourredine Ezzaraf - Écriture plateau Delphine De Baere - Scénographie Justine Bougerol et Silvio Palomo - Création lumière et régie générale Laurie Fouvet - Développement, production, diffusion Habemus papam. Merci à Aristide Bianchi, Camille Louis, Kristof van Hoorde et Yan-Gael Amghar. Production Une création de Salim Djaferi en Coproduction avec Les Halles de Schaerbeek, Le Rideau et L’Ancre - Théâtre Royal de Charleroi. Avec le soutien des bourses d’écriture Claude Étienne et de la SACD, de la Chaufferie-Acte1, de La Bellone-Maison du Spectacle (BXL/BE), du Théâtre des Doms, du Théâtre Episcène et de Zoo Théâtre. Avec l’aide de la Fédération Wallonie Bruxelles.
    Lieu
    Le Rideau
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 01
    Réservation : +32 2 737 16 00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Fuck Me

    29.11.2022  >  02.12.2022

    • Spectacle
    Créé en 2020 au Festival international de Buenos Aires, Fuck Me est le dernier volet d’une trilogie politique et autofictionnelle écrite par l’Argentine Marina Otero. Une pièce volcanique sur les effets du vieillissement.

    Lire la suite

    « Je m’imaginais que j’allais toujours occuper le devant de la scène, à l’instar d’une héroïne qui se vengerait de tous et de tout. Mais mon corps n’a pas suivi face à de telles batailles. Aujourd’hui, je cède ma place aux interprètes. Je vais les observer prêter leur corps à ma cause narcissique. » Les interprètes dont parle Marina Otero sont des hommes. Cinq danseurs qui l’entourent et donnent tout, jusqu’à se dénuder entièrement dans un mouvement de générosité explosive et audacieuse. Chorégraphe, danseuse et performeuse, icône de la scène alternative argentine, Marina Otero poursuit, avec Fuck Me, la construction d’une œuvre sans fin sur sa propre existence. Une œuvre qui appuie ses recherches sur un « je » conçu comme l’un des matériaux de base du plateau, sur le travestissement du réel et la transformation de l’ego en acte d’abandon à l’autre. Repoussant les frontières qui séparent documentaire et fiction, danse et performance, accident et représentation, Fuck Me ausculte la notion de temps qui passe et les stigmates qu’en conserve le corps. Jamais le présent n’aura semblé si proche de vaincre les résurgences du passé. Un spectacle d’une sincérité détonante et d’une radieuse irrévérence.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Herakles

    29.11.2022  >  02.12.2022

    • Théâtre
    Road-trip autofictif au cœur de la Grèce antique, Herakles est une virée le long du mythe herculéen. Violence. Culpabilité. Héritage. Réparation. Autant de questions secouent ce « héros » mythologique tout autant que le monde d’aujourd’hui.

    Lire la suite

    Héraclès – aussi connu sous le nom d’Hercule, ou Hercules, ou Heraclès, ou d’autres encore, c’est selon – est l’homme aux douze glorieux travaux, au corps musclé et endurci d’exploits divers, à la mèche lisse et parfaitement rebelle… Oui, oui. Mais quelque part, dans son histoire, ce demi-dieu devenu héros puis figure inévitable du panthéon culturel, tue sa femme et ses enfants. Cette partie est souvent omise, oubliée, ignorée peut-être. Or cet épisode confère au mythe une tout autre ampleur... Herakles est le récit de la rencontre de Joseph Olivennes avec ce « héros ». Une rencontre kaléidoscopique, musicale, narrative, avec quelques questions comme point de départ. Que raconte le mythe aujourd’hui ? Que faire de ce héros déchu ? Quelle place réserver à la culpabilité ? Et comment faire pour réparer ? Un voyage donc, entre questions escarpées et plages existentielles.
    Lieu
    Théâtre Les Tanneurs
    Rue des Tanneurs, 75
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 17 84
    Réservation : +32 2 512 17 84
    info@lestanneurs.be
    http://www.lestanneurs.be
  • Si j’étais moi

    29.11.2022  >  10.12.2022

    • Théâtre
    Tout à la fois acteur·ices et narrateur·ices, les trois personnages habitent cette comédie grinçante qu’il·els peuplent de visions et d’archétypes.

    Lire la suite

    Sven Punti Larsen, héritier d’une fortune mondiale et homme d’affaires puissant, sa sœur, Emma, artiste, ainsi que leur chauffeur et garde du corps, Mat, entament une dérive urbaine effrénée et passablement alcoolisée, du lounge d’un hôtel de luxe à la friterie Jourdan en passant par le sommet de l’Atomium. Tout à la fois acteur·ices et narrateur·ices, les trois personnages habitent cette comédie grinçante qu’il·els peuplent de visions et d’archétypes : le puissant, le sans-grade et la sorcière. S’appuyant sur la formule de Rimbaud « Je est un autre», l’épopée de ces figures en pleine métamorphose tresse et déploie différentes pistes pour mieux illustrer une mise en abyme entre réalité et fiction. Comme un After Hours onirique et sarcastique, elle joue sur l’improbabilité des situations qu’elle rassemble pour créer un simulacre de réalité dans laquelle naviguent les trois protagonistes. Un parcours épique, en forme de fable hallucinée, qui invite à résister à l’idéologie dominante et à se moquer des travers de notre époque. Première Production Théâtre des Martyrs Coproduction Théâtre National Wallonie-Bruxelles Coprésentation Théâtre National Wallonie-Bruxelles et Théâtre des Martyrs
    Lieu
    Théâtre des Martyrs
    Place des Martyrs, 22
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 223 32 08
    Réservation : +32 2 223 32 08
    billetterie@theatre-martyrs.be
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Fire Will Become Ashes, But Not Now

    29.11.2022  >  30.11.2022

    • Théâtre
    À l’instar de l’œuvre de Baldwin, Pitcho Womba Konga pense que la voie de la résilience partagée entre Noirs et Blancs est la seule à suivre.

    Lire la suite

    En 1963, James Baldwin publie aux États-Unis son pamphlet The Fire Next Time [La prochaine fois le feu], un texte qui constitue une mise en garde indéniable des conséquences du racisme et de la ségrégation qui sévissent encore et toujours pleinement dans le pays. Cette même année, le révérend Martin Luther King prononce son discours mythique I have a dream, tandis que Malcolm X prône la séparation raciale entre Noirs et Blancs. Sur le continent africain, le vent des indépendances continue à souffler, mais non sans peine et en Afrique du Sud, Nelson Mandela se retrouve sur le banc des accusés du fameux procès de Rivonia. Partout, des combattants de la liberté portent la flamme de l’espoir, celle d’un monde meilleur pour la communauté noire. Mais que signifie être noir·e ? S’agit-il d’affronter le racisme et l’incertitude ? Appartenir à la culture des opprimé·e·s ? Aujourd’hui, certains prétendent qu’on appartient davantage à son époque qu’à son origine, que les différences sont plutôt liées à une question d’identité sociale. Est-ce réellement le cas ? De 1963 à aujourd’hui, la prémonition de James Baldwin s’est malheureusement révélée vraie à plusieurs reprises et pas uniquement aux États-Unis. D’une part invisible, d’autre part sous surveillance constante : c’est ainsi que vit tout un pan de la population. Il est donc indispensable et de la plus haute importance de faire face à la question de « la race », car « le monstre » vit à l’intérieur de nos institutions et de nous-mêmes. Permettre le changement et mener le combat ne relève pas seulement de la responsabilité de ceux qui subissent le racisme, mais de la société tout entière. À l’instar de l’œuvre de Baldwin, Pitcho Womba Konga pense que la voie de la résilience partagée entre Noirs et Blancs est la seule à suivre. Cette résilience ne peut résulter que de notre force et de notre courage à regarder conjointement le monstre dans les yeux, à accepter et assumer ce que cela dit de nous, à reconnaître nos blessures, nos souffrances, l’indifférence et le sentiment de culpabilité et surtout, à oser les mettre en question. Le feu se transformera certainement en cendre dès lors que nous arroserons notre monde d’amour. Mais avant d’y parvenir, il nous reste un très long de chemin à parcourir… Quand on reçoit une torche, il faut la garder allumée.Pour soi, lorsqu’on fait la course, mais aussi pour la prochaine génération.Il faut la garder allumée pour passer le message.Que devient cette torche, de génération en génération ?Elle reste allumée, certes, mais elle est chaque fois différente.
    Lieu
    KVS on tour
    KVS on tour
    1000 Bruxelles
    http://www.theatre-martyrs.be
  • Giselle…

    29.11.2022  >  03.12.2022

    • Spectacle
    Dans une esthétique dépouillée, Samantha van Wissen commente, paraphrase, documente et danse Giselle.

    Lire la suite

    Après un premier volet consacré à Phèdre, François Gremaud poursuit sa trilogie sur les grandes figures féminines tragiques des arts vivants en adaptant Giselle*, chef-d’œuvre du ballet classique et pièce incontournable du répertoire romantique. Comédie-ballet qui s’invente en une sorte de conférence dansée, Giselle… se pare ici de trois points de suspension. Cette ponctuation apparue dans la langue française avec le romantisme pour figurer le caractère inexprimable d’une chose, annonce que Giselle est à la fois là et pas là. Manière programmatique d’affirmer, qu’en deçà du ballet, il y a tous les sortilèges de la forme et de la fiction. Tout est question de circulation, entre la mémoire et l’imaginaire, entre la voix et le pas de danse, entre le dedans et le dehors. Dans une esthétique dépouillée, Samantha van Wissen commente, paraphrase, documente et danse Giselle. L’interprète iconique de la pièce Rosas Danst Rosas de Anne Teresa De Keersmaeker joue magnifiquement de tous les registres, à travers une forme composite et constamment inventive, soutenue par la musique du compositeur Luca Antignani, inspirée de la musique d’Adolphe Adam, et interprétée par quatre musicien·nes – flûte, harpe, saxophone, violon. À la fois pédagogique et évocatrice, Giselle… donne à voir toute l’émotion contenue dans le ballet ainsi que la magie de l’une des plus belles héroïnes de l’histoire de la danse. Première belge
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be