Evénements du 18 septembre 2022

  • Els Dietvorst - This is what you came for

    28.04.2022  >  18.09.2022

    • Exposition
    L’exposition This is what you came for est conçue comme une rencontre et une invitation. La proposition est née des actions et des créations presque rituelles qu’Els Dietvorst a entamées pendant le lockdown du Covid 19. This is what you came for à la CENTRALE et Bozar crée une onde fluide entre les deux lieux où l’un reflète l’autre.

    Lire la suite

    L’exposition This is what you came for (28.04 > 18.09.2022) est un projet d’Els Dietvorst et du BARЯA MOVEMENT à la CENTRALE for contemporary art et à Bozar, dans le cadre du BelgianArtPrize. La lauréate du BelgianArtPrize 2021 Els Dietvorst (°1964, Kapellen) est une artiste plasticienne et une cinéaste qui vit et travaille dans le sud-est de l’Irlande depuis 12 ans. Le dialogue, l’expérimentation et l’intuition sont des stratégies récurrentes dans son travail. Depuis les années 1990, les questions sociétales telles que la migration, le racisme et le changement climatique la fascinent. Elle étudie la condition humaine, ce qui se traduit dans son œuvre par des thèmes tels que la vie et la mort, la peur, l’aliénation et le désir. L’exposition This is what you came for est conçue comme une rencontre et une invitation. La proposition est née des actions et des créations presque rituelles qu’Els Dietvorst a entamées pendant le lockdown dû au Covid 19. This is what you came for à la CENTRALE et Bozar crée une onde fluide entre les deux lieux où l’un reflète l’autre. Un mélange de sculpture, d’installation, de vidéo et de performance vous fera découvrir l’univers d’Els Dietvorst, qui est toujours à la recherche de liens avec les gens et crée des lieux de rencontre. The BARЯA MOVEMENT, (BE) ACM, Sadrie Alves, Angela Alsouliman, Alex Akuete aka Xray, Simon Arazi, Stefania Assandri, Els Dietvorst, Aurelie Di Marino, Daria Likhovitckaia, Flor Maesen, Asia Nyembo Mireille, Laurence Petrone, Philippe Vandenberg, Y, Yi Zhang, Honey Zinzs. (IRL) Laoise Garvey, Maria Cahill, Annette Doran, Sandra Whelan, Aine O’Grady, Mary Verling, Fiona Power, Ingrid Schumacher.
    Lieu
    CENTRALE for contemporary art
    Place Sainte-Catherine, 45
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 279 64 44
    Réservation : +32 2 279 64 57
    cultuur@brucity.be
    http://www.centrale.brussels
  • Voyages | Paysages – Christian Dotremont

    11.06.2022  >  02.10.2022

    • Exposition
    Cette année, Christian Dotremont aurait eu 100 ans. La Fondation Roi Baudouin lui rend un hommage artistique à la Wittockiana, où seront présentées des photos de Georges A. Bertrand. Il nous invite à une découverte poétique à travers des lieux chers au cœur du poète.

    Lire la suite

    Christian Dotremont aurait eu 100 ans cette année. En hommage, la Fondation Roi Baudouin organise une exposition de photographies de Georges A. Bertrand. Celui-ci nous invite à un voyage poétique au fil de lieux emblématiques de la vie de Christian Dotremont et les fait dialoguer avec l’œuvre de l’artiste. À la Wittockiana, à Bruxelles, du 11 juin au 2 octobre. Sur les traces de Dotremont Photographe-voyageur et âme-sœur de Christian Dotremont (1922-1979), Georges A. Bertrand était la personne idoine pour remonter les traces de l’inventeur des logogrammes. Ses photos dévoilent des lieux chers au cœur du poète, et la poésie des clichés tisse un dialogue avec des citations et des vers de Dotremont, ainsi qu’avec une sélection d’objets et de livres illustrés provenant de ses archives. Fonds d’archives Christian Dotremont C’est en 2011 que Guy Dotremont rapporta de France le Fonds d’archives de Christian Dotremont, son frère, pour le confier à la Fondation Roi Baudouin. Depuis, la Fondation assure la conservation, la gestion et la mise en valeur de ce Fonds crucial pour le développement des connaissances au sujet de l’artiste et de son œuvre, mais aussi de la littérature et de l’art d’après-guerre, et du mouvement CoBrA en particulier. Dotremont, un grand voyageur Le poète belge Christian Dotremont fut un grand voyageur qui eut un parcours étonnant au sein de l’avant-garde du XXe siècle. Quittant le collège à l’âge de 17 ans, il rencontre les surréalistes belges qu’il fréquente durant la guerre, voyageant entre Bruxelles et Paris, avant de fonder le mouvement CoBrA autour duquel il fédère les artistes expérimentaux du Nord. Si CoBrA fut une aventure ferroviaire, amenant le poète à voyager entre Copenhague, Bruxelles et Amsterdam, il poursuit sur sa lancée et accomplit de nombreux voyages vers le Grand Nord, jusqu’à sa découverte de la Laponie durant l’hiver 1956 – 1957. Il s’y rendra régulièrement pour y tracer des logogrammes et des logoneiges. En 1963, il découvre l’Irlande qu’il nomme sa « Laponie verte ». Un cheminement poétique, dans le sillage du créateur du logogramme Le photographe Georges A. Bertrand et le commissaire d’exposition Stéphane Massonet nous invitent donc à une découverte poétique, à travers l’image photographique et le livre, en compagnie de l’inventeur du logogramme.
    Lieu
    Bibliotheca Wittockiana : Musée des Arts du livre et de la Reliure
    Rue du Bemel, 23
    1150 Woluwe-Saint-Pierre
    Tél : +32 2 770 53 33
    info@wittockiana.org
    http://www.wittockiana.org
  • Les Yézidis et le Yézidisme

    03.08.2022  >  30.09.2022

    • Exposition
    Lors de cette exposition au MMM, vous pourrez en apprendre davantage sur les Yézidis et le Yézidisme à travers des photos, des vêtements traditionnels, l’Ange Paon, des maquettes du temple Lalisha Nurani, des témoignages, des interviews de Yezidis à Bruxelles et des faits historiques.

    Lire la suite

    Il y a 1 million de Yézidis, répartis dans le monde entier, parfois dans des pays où ils ne peuvent maintenir leur langue, leur religion et leur culture. Les Yézidis basés à Bruxelles sont principalement originaires de l’ancienne Union soviétique, notamment de Géorgie, où ils ont fui la Turquie. Les plumes de la queue du paon sont considérées aujourd’hui par de nombreux Yezidis comme représentant les nombreux peuples. Lors de cette exposition au MMM, vous pourrez en apprendre davantage sur les Yézidis et le Yézidisme à travers des photos, des vêtements traditionnels, l’Ange Paon, des maquettes du temple Lalisha Nurani, des témoignages, des interviews de Yezidis à Bruxelles et des faits historiques. Le premier jour de l’exposition a lieu lors de la commémoration annuelle de la campagne génocidaire contre la minorité yézidie en 2014. Cette expo est une collaboration avec La Maison Des Yezidis. Le vernissage de l’exposition aura lieu au musée le mardi 02/08. Réservation via museum@foyer.be / +32 2 609 55 61.
    Lieu
    MigratieMuseumMigration
    rue des ateliers, 17
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 2 609 55 61
    museum@foyer.be
    http://www.migratiemuseummigration.be
  • La Fracture - Yasmine Yahiatene

    13.09.2022  >  23.09.2022

    • Théâtre
    Dans son solo et son premier projet de théâtre La Fracture, Yasmine Yahiatene partage la scène avec la vidéo. Elle se lance dans une quête d’elle-même, de son passé et surtout dans le décryptage d’une relation intime et complexe, celle avec son père. En cherchant à renouer le contact avec celui-ci, elle entame un travail de réparation, de résilience. 

    Lire la suite

    “Papa, tu sais quels sont les points communs entre l’Algérie et l’alcool? J’en ai trouvé trois, la honte, le tabou et le silence...”  Dans son solo et son premier projet de théâtre La Fracture, Yasmine Yahiatene partage la scène avec la vidéo. Elle se lance dans une quête d’elle-même, de son passé et surtout dans le décryptage d’une relation intime et complexe, celle avec son père. En cherchant à renouer le contact avec celui-ci, et ce, à travers de multiples dispositifs, elle revient sur ses origines algériennes, kabyles, sur l’alcoolisme de son père et sur les points communs entre ces deux sujets pour entamer un travail de réparation, de résilience.  • Yasmine Yahiatene a étudié aux Beaux-Arts de Tournai de 2010 à 2013. Le décloisonnement de sa pensée artistique et sociale est une priorité pour elle. En 2015, elle réalise son premier court métrage, Les maux qui volent. Elle glisse ensuite vers l’installation de vidéo mapping avec Ma mère, aussi (2016) et J’avais 10 ans (2016), qui remporte le 2e prix du concours international de vidéo mapping de Lille, lui permettant d’être programmée dans plusieurs festivals et d’intégrer en tant que professionnelle le milieu des arts vivants.   En parallèle, elle tourne dans le long métrage Plein la vue de Philippe Lion en 2017, et dans différents projets de courts métrages. En 2018, elle crée le Collectif OXO et donne des ateliers dans des prisons et dans des maisons de quartier. La Fracture est soutenu et coproduit par l’atelier 210, le Kaaitheater et le centre d’arts BUDA. Un work-in-progres de La Fracture avait été présenté au Kaaitheater en juillet 2021 dans le cadre du festival Inside-out organisé par Citylab. 
    Lieu
    Atelier 210
    Chaussée Saint-Pierre, 210
    1040 Etterbeek
    Tél : +32 2 732 25 98
    info@atelier210.be
    http://www.atelier210.be
  • Shahada

    13.09.2022  >  01.10.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Peut-être que durant toute notre vie nous cheminons avec plusieurs êtres en nous, qui tantôt s’affrontent tantôt se mettent d’accord. Nous portons en nous un peuple. (François Cervantes) Fida Mohissen est Syrien. Il débarque à Paris à 23 ans et s’y installe. Fida -46 ans aujourd’hui-, est un mec qui a le cul entre deux chaises ; celle de l’Islam dont il respecte jusque-là scrupuleusement les préceptes et celle de sa nécessaire émancipation. Celle d’une vie strictement conçue comme un chemin vers l’au-delà ou celle d’une vie dédiée à l’amour où le chemin possible vers le sacré serait dans la relation à l’autre. C’était un documentaire sur les victimes du Zero Nine Eleven, ça défile, des visages, des gens, parents des victimes, femmes des victimes, enfants des victimes, des SMS, des « je t’aime maman »… Mes larmes se sont mises à tomber. J’espérais me réveiller et me dire : Ouf Alhamdulillah c’était un cauchemar… Un Dieu ne peut pas commander ça, Le Dieu qui a commandé ça n’est pas mon Dieu. Shahada se traduit ainsi : « être présent, être témoin, attester ». Dans le spectacle éponyme, le Fida d’hier et celui d’aujourd’hui mènent une âpre partie d’échecs. Un combat cruel entre l’enfant et l’adulte, duquel la réconciliation paraît impossible. A moins que…
    Lieu
    Théâtre de Poche
    Chemin du Gymnase, 1 A
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 649 17 27
    Réservation : +32 2 649 17 27
    reservation@poche.be
    http://www.poche.be
  • Les Miettes – de Louis Calaferte

    15.09.2022  >  01.10.2022

    • Théâtre
    Trente ans de mariage! Des amis? De la famille... Et soudain:  " LE CONFINEMENT !!! Choupet et Choupette se retrouvent à deux, 24 heures sur 24 ! Le couple se fragmente. Il reste quelques miettes de tendresse, de rancœur, d'imagination. Spectacle drôle et corrosif joué par deux très grandes pointures.

    Lire la suite

    Trente ans de mariage! Des amis? De la famille... Et soudain:  " LE CONFINEMENT !!! Choupet et Choupette se retrouvent à deux, 24 heures sur 24 ! Le couple se fragmente. Il reste quelques miettes de tendresse, de rancœur, d'imagination. Trente ans de non-dits expulsés en 1 h 15 ! Louis Calaferte, auteur français de renommée mondiale, aurait dit de ce spectacle : " En ces temps troublés , allez voir " Les miettes"! Il est essentiel de rire pour garder une bonne santé mentale". Spectacle drôle et corrosif joué par deux très grandes pointures que nous avons déjà eu le plaisir d'accueillir : Delphine Charlier et  Marc Deroy. Il sont mis en scène par une autre très grande pointure qui lui aussi nous a déjà visité : Pascal Racan. Attention ! Il y a un jeudi qui tombe (le 22) remplacé par le mercredi 28 septembre...
    Lieu
    Le Jardin de ma Soeur
    A l'angle du quai au Bois à Brûler et de la rue du Grand Hospice
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 217 65 82
    Réservation : +32 2 217 65 82
    info@lejardindemasoeur.be
    http://www.lejardindemasoeur.be
  • En Atendant - Anne Teresa De Keersmaeker / Rosas & Cour et Cœur

    15.09.2022  >  01.10.2022

    • Spectacle
    Pour En Atendant, Anne Teresa De Keersmaeker s'est inspirée de l'Ars Subtilior, une forme musicale polyphonique du XIVe siècle. Contre la complexité et l'insaisissabilité de la vie, elle impose le corps. En 2011 le spectacle a été sélectionné pour Het Theaterfestival. Cette pépite revient aujourd’hui à Bruxelles au foyer de Rosas à Forest.

    Lire la suite

    Pour En Atendant, Anne Teresa De Keersmaeker s'est inspirée de l'Ars Subtilior. Elle a pris cette forme musicale polyphonique du XIVe siècle comme point de départ pour développer un nouveau langage de danse. Ars Subtilior est basé sur la dissonance et le contraste. Il fut créé à une époque de fragmentation sociale : la peste faisait rage et l'Église était déchirée par des conflits internes. Ce bouleversement semble aujourd’hui plus que jamais d'actualité. Contre la complexité et l'insaisissabilité de la vie, , De Keersmaeker impose le corps. Dans toute sa puissance et sa vitalité, mais également dans sa vulnérabilité et sa mortalité. En Atendant a été créé au Festival d'Avignon en 2010, à la lumière du soleil couchant. Sélectionné comme l'un des spectacles les plus importants de la saison, il a été présenté au Kaaitheater lors du Theaterfestival 2011. Ce joyau revient à présent à Bruxelles, au foyer de Rosas à Forest. "D’une beauté enchanteresse" - De Morgen "Une danse abstraite qui parle au coeur, à l'âme et à l'esprit." - Le Soir "Un poème de la poussière, du souffle et du ciel chorégraphié avec une puissance d'invention sidérante." - Le Figaro
    Lieu
    Rosas
    Avenue Van Volxem, 164
    1190 Forest
    Tél : +32 2 344 55 98
    mail@rosas.be
    http://www.rosas.be
  • Le Mystère du gantVaudeville à table

    16.09.2022  >  24.09.2022

    • Théâtre
    Léonard Berthet-Rivière et Muriel Legrand revisitent le vaudeville, slaloment entre les didascalies et surfent sur l’absurdité dans une lecture joyeuse et endiablée.

    Lire la suite

    Un vaudeville à table ou presque. Quatre actes. Treize personnages. Un acteur et une actrice. Le Mystère du gant raconte la vendetta de Gérard Berni-Mollin contre son concurrent Raymond Duchaussoy, le jour où ce dernier est venu enlever sa maîtresse, Inès Berni-Mollin, la femme de Gérard, alors que Frédéric, le fils de Raymond, est venu demander la main de Sophie, la fille de Gérard, qui est enceinte jusqu’aux yeux. Au milieu de cette histoire de famille : une bonne amnésique, Alexandrine, une armoire à deux pans, Chantal et Bernard Couchard, un docteur habillé en oiseau, le commissaire de la Folie Titon et Claude, employé immigré qui va tour à tour se faire tirer dessus, perdre un bras, se refaire tirer dessus et mourir. De nombreux spectateurs et spectatrices périront également durant la représentation. Léonard Berthet-Rivière et Muriel Legrand revisitent le vaudeville, slaloment entre les didascalies et surfent sur l’absurdité dans une lecture joyeuse et endiablée. Nous plongeons avec elleux dans les arcanes de l’histoire comme dans une partition frénétique, animée par les bruitages à la bouche, les moustaches et les revirements les plus rocambolesques. Le Mystère du gant déboule et l’ampleur du vaudeville étonne. Le geste finit par dépasser la simple lecture et la hisse au rang de spectacle à part entière, parvenant, dans une belle complicité de jeu, à donner au vaudeville ses lettres de noblesse. On est heureux·ses que quelqu’un·e vienne nous le rappeler. Première Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles Coproductie Théâtre de Liège
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Singin’ in the rain : live in concert

    17.09.2022  >  18.09.2022

    • Concert
    Voilà un pur classique feel-good dont tout le monde peut chanter, siffler ou rythmer les délicieuses mélodies. Selon l’American Film Institute, Singin’ in the rain est la meilleure comédie musicale de tous les temps, et c’est le film idéal à voir en famille sur grand écran et accompagné de musique live !

    Lire la suite

    une nuit symphonique au cinéma Voilà un pur classique feel-good dont tout le monde peut chanter, siffler ou rythmer les délicieuses mélodies. Selon l’American Film Institute, Singin’ in the rain est la meilleure comédie musicale de tous les temps, et c’est le film idéal à voir en famille sur grand écran et accompagné de musique live ! L’histoire commence dans les paillettes et le glamour : Don Lockwood (joué par Gene Kelly) et Lina Lamont (Jean Hagen) sont des stars absolues du cinéma muet. Mais le film parlé fait son apparition, et la voix de Linda n’est pas agréable… Kathy Selden (Debbie Reynolds) est engagée pour reprendre le rôle de Lina, ce qui marque le début des intrigues, amoureuses notamment. Un film plein de situations comiques, de merveilleux numéros de claquettes et de chansons joyeuses. Flagey, Brussels Philharmonic € 41 > € 5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 641 10 10
    Réservation : +32 2 641 10 10
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Urban Dance Caravan

    18.09.2022

    • Spectacle
    Le temps d’un dimanche après-midi, des danseur·ses venu·es de toute la Belgique, rassemblé·es autour de danseur·ses-finalistes des Battles Detours de Wallonie, de Casablanca et de Goma performeront sur des scènes éphémères.

    Lire la suite

    Ouvrir une saison, ce peut être à la fois l’histoire d’un ancrage dans une ville, dans une région, l’histoire d’amitiés, d’envies collectives. L’Urban Dance Caravan est née d’un désir puissant d’inventer de nouvelles formes du commun et des circulations dansées dans Bruxelles – ville et région aux cultures et langues multiples –, en Wallonie et bien au-delà. Réfléchie, (co)construite avec Detours (le Festival bruxellois de danses urbaines & street art), les étudiant·es en Scénographie de l’École Nationale Supérieure d’Arts Visuels – La Cambre, Brussels2030 et le Théâtre National Wallonie-Bruxelles, l’Urban Dance Caravan – nouvelle forme d’association qui réactive les dynamiques culturelles et sociales –, est un immense geste de danses urbaines qui traverse le Centre-ville, de place en place, pour nous mener au cœur du Théâtre National. Le temps d’un dimanche après-midi, des danseur·ses venu·es de toute la Belgique, rassemblé·es autour de danseur·ses-finalistes (les Detours Cyphers) des Battles Detours de Wallonie, de Casablanca au Maroc et de Goma au Congo, performeront sur des scènes éphémères, comme autant de stations sur le piétonnier, de la Place Fontainas à la Place De Brouckère, pour emmener la foule sur le grand plateau du Théâtre National pour le battle final des Detours Cyphers. Quelle plus belle manière d’ouvrir le Théâtre National en y arrivant par la rue, en dansant, en égaillant, en invitant. Se tracent des liens humains, naturels, créatifs, poétiques, entre Bruxelles et la Wallonie, l’Europe et l’Afrique, pour une meilleure compréhension mutuelle entre les cultures, une circulation multi-fléchée des publics et des artistes, capable de déplacer les bords de la ville et ceux du Théâtre. On pourrait trouver demain d’autres circulations, d’autres chaussées, d’autres places, d’autres trottoirs à Bruxelles et même d’autres corps dansants. C’est le théâtre qui lézarde le bitume de la ville. C’est la ville qui lézarde le sol du théâtre.
    Lieu
    Hors les murs
    Hors les murs
    1000 Bruxelles
    http://www.flagey.be