Evénements du 14 mai 2022

  • Cours de Bachata débutants open air 5€

    01.05.2022  >  30.06.2022

    • Cours, Stages et Ateliers

    Lire la suite

    ours de Bachata debutants open air Inscription avec ou sans partenaire Aucun pre-requis nécessaire Aucune expérience en danse exigée Tout le monde est la bienvenue Lundi à dimanche ; 19h bachata 20h salsa Dimanche 10:30 - 11:30 Bachata Samedi 10 :30 Ballrom 11 :30 Ballroom 12 :30 Ballroom Lundi à jeudi 21h Ballroom / Kizomba inscription(reservation) via: www.open.salsapalace.org Contact: hello@salsapalace.org Salsa palace Open Air-Parc du Cinquantenaire(à coté du satade de football), entrée face avenue des nerviens67, ou avenue de la joyeuse entrée, 1040Etterbeek. Site couvert en case de pluie.
    Lieu
    Salsa palace Open Air-Parc du Cinquantenaire
    Salsa palace Open Air-Parc du Cinquantenaire
    1040 Etterbeek
  • Clair de femme

    03.05.2022  >  25.06.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    « Je suis obligée de te quitter. Je te serai une autre femme. Va vers elle, trouve-là, donne-lui ce que je te laisse, il faut que cela demeure. La plus cruelle façon d’oublier ce serait de ne plus m’aimer. » En sortant d’un taxi, un homme, éperdu de la mort prochaine de sa compagne, tombe sur une femme, emprisonnée elle aussi dans une indicible douleur. Ces deux êtres, déchirés par les événements, se rencontrent et décident de se donner la main, de s’aider mutuellement à traverser la nuit, comme un enfant aide un aveugle à traverser la route. Ils vont chaotiquement tenter de se rapprocher, chacun dans leur perception de la vie, ils vont se comprendre, s’affronter, se confondre, dans un mouvement de balancier. Clair de Femme est le roman d’une nuit folle, de la rencontre et du couple, le roman des corps après l’épuisement, de l’aurore après les ténèbres. si La Promesse de l’Aube était le roman de la naissance de l’amour, Clair de Femme est celui de l’éternité de Gary par-delà la mort, le roman de l’amour malgré la vie qui a donné trop de coups, de l’amour malgré tout. Une production du Théâtre Le Public. Avec le soutien du Tax Shelter de L’État Fédéral Belge via Belga Films Fund et de la Communauté Française. D'après « Clair de femme » de Romain Gary © Éditions Gallimard.
    Lieu
    Théâtre Le Public
    Rue Braemt, 64 70
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 724 24 44
    Réservation : +32 2 724 24 44
    contact@theatrelepublic.be
    http://www.theatrelepublic.be
  • Une fuite sans fin, (jusqu’) en Europe

    03.05.2022  >  29.05.2022

    • Exposition
    Une fuite sans fin, (jusqu’) en Europe : Une exposition de photos au MigratieMuseumMigration sur les routes des réfugiés.

    Lire la suite

    Cette exposition de photos se concentre sur deux voies d’évasion : la route des Balkans et la route passant par le sud de l’Italie et Vintimille. Avec leurs ramifications : Calais, Dunkerque et Zeebrugge. Les photos sont toutes prises par des journalistes qui étaient sur place et sont des œuvres originales : Franky Verdickt, Elio Germani, Virgilio Martini, Francesco Campisi, Lieven Soete et Fernand Marechal.
    Lieu
    MigratieMuseumMigration
    rue des ateliers, 17
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 2 609 55 61
    museum@foyer.be
    http://www.migratiemuseummigration.be
  • Nous, les Grosses

    04.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Le cheminement intérieur et la mise en scène des névroses de Blanche, femme de quarante-six ans souffrant de boulimie. Ce puissant tourbillon d’émotions s’enveloppe autour de cette héroïne catégorisée « grosse » et de ses fantasmes suspendus entre rêve et réalité. En mêlant le comique et le tragique, avec la boulimie en toile de fond et les fantômes qui hantent Blanche, Guillaume Druez nous invite à toucher de manière plus large et universelle la peur de l’inconnu, les incompréhensions et les dérives de notre société, comme les comportements compulsifs. Écriture et mise en scène : Guillaume Druez / Avec : Stéphane Bissot / Création Lumières : Renaud Ceulemans / Assistanat à la mise en scène : Enrico D'Ambrosio / Scénographie : Zoé Ceulemans Une création de la compagnie de Fernande, en coproduction avec le Théâtre de la Vie et La charge du Rhinocéros. Production déleguée et diffusion : La charge du Rhinocéros. Texte publié aux Editions Les Oiseaux de nuit. Avec le soutien du Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles (CED-WB), La Bellone et le BAMP. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service Général de la Création Artistique - Direction du Théâtre.
    Lieu
    Théâtre de la Vie
    Rue Traversière, 45
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : +32 2 219 11 86
    Réservation : +32 2 219 60 06
    reservations@theatredelavie.be
    http://www.theatredelavie.be
  • La Tentation d’Édouard d’après Élisa Brune

    05.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre
    Lors d'une exposition, Édouard, tombe amoureux fou d'une photo. Son auteure est une femme, Geneviève. Il ne l'a jamais vue, mais cette photo d'un homme nu éveille en lui, l'envie de la connaître. Voyage érotique... Très belle et très touchante interprétation de Delphine Charlier.

    Lire la suite

    Lors d'une exposition, Édouard, tombe amoureux fou d'une photo. Son auteure est une femme, Geneviève. Il ne l'a jamais vue, mais cette photo d'un homme nu éveille en lui, l'envie de la connaître. Il décide de lui écrire, et à travers ses lettres, d'entrer dans l' intimité de la photographe. Par cette correspondance érotique, parfois crue, il va tenter de la séduire... Geneviève hésite à lui répondre, mais la plume d’Édouard, piquante, sensuelle,enflammée, éveille ses sens. Elle accepte cette invitation au voyage érotique, virtuel, mais refuse obstinément de rencontrer Édouard malgré son insistance... Très belle et très touchante interprétation de Delphine Charlier.
    Lieu
    Le Jardin de ma Soeur
    A l'angle du quai au Bois à Brûler et de la rue du Grand Hospice
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 217 65 82
    Réservation : +32 2 217 65 82
    info@lejardindemasoeur.be
    http://www.lejardindemasoeur.be
  • SKRIK

    05.05.2022  >  14.05.2022

    • Théâtre
    De toutes les violences, celles à l’égard des enfants sont souvent les plus silencieuses. A fortiori quand elles surviennent au cœur de la famille. La douleur qu’elles engendrent se terre sous la honte, les non-dits ou la monstrueuse complicité d’adultes qui comptent sur le temps pour effacer les crimes commis.  Parmi les violences les plus graves, le viol et particulièrement le viol incestueux, s’inscrit comme une blessure profonde et envahissante. Parfois, le traumatisme est tel que le cerveau refoule ces souvenirs insoutenables et n’autorise leur prise de conscience que bien plus tard dans la vie.  L’amnésie traumatique et la souffrance qu’elle recèle ont interpellé Elisabeth Woronoff, au point que la jeune femme leur consacre sa première création scénique. Comédienne, plasticienne, musicienne, photographe, Elisabeth Woronoff est une artiste polyvalente. Ce foisonnement de modes d’expression nourrit son travail et le nuance. SKRIK (Le Cri en référence à l’œuvre du peintre Edvard Munch) reflète la richesse de cet univers. Sous une forme multidisciplinaire déployée par six interprètes, il propose au spectateur une expérience troublante : celle d’entrer dans le cerveau d’une femme, survivante de viol, qui recouvre la mémoire et reconstruit son identité.  Entre fiction et documentaire, SKRIK transpose sur scène la fulgurance des souvenirs qui surgissent, fragmentés. Le spectacle rappelle la complexité d’une matière trop peu connue du grand public. Il la met en lumière pour inviter à la réflexion.   14.05.2022 - 14:00 > 16:00 Conversation / L'inceste, enjeu majeur de santé publique

    Lire la suite

    De toutes les violences, celles à l’égard des enfants sont souvent les plus silencieuses. A fortiori quand elles surviennent au cœur de la famille. La douleur qu’elles engendrent se terre sous la honte, les non-dits ou la monstrueuse complicité d’adultes qui comptent sur le temps pour effacer les crimes commis.  Parmi les violences les plus graves, le viol et particulièrement le viol incestueux, s’inscrit comme une blessure profonde et envahissante. Parfois, le traumatisme est tel que le cerveau refoule ces souvenirs insoutenables et n’autorise leur prise de conscience que bien plus tard dans la vie.  L’amnésie traumatique et la souffrance qu’elle recèle ont interpellé Elisabeth Woronoff, au point que la jeune femme leur consacre sa première création scénique. Comédienne, plasticienne, musicienne, photographe, Elisabeth Woronoff est une artiste polyvalente. Ce foisonnement de modes d’expression nourrit son travail et le nuance. SKRIK (Le Cri en référence à l’œuvre du peintre Edvard Munch) reflète la richesse de cet univers. Sous une forme multidisciplinaire déployée par six interprètes, il propose au spectateur une expérience troublante : celle d’entrer dans le cerveau d’une femme, survivante de viol, qui recouvre la mémoire et reconstruit son identité.  Entre fiction et documentaire, SKRIK transpose sur scène la fulgurance des souvenirs qui surgissent, fragmentés. Le spectacle rappelle la complexité d’une matière trop peu connue du grand public. Il la met en lumière pour inviter à la réflexion.   14.05.2022 - 14:00 > 16:00 Conversation / L'inceste, enjeu majeur de santé publique
    Lieu
    Théâtre National Wallonie-Bruxelles
    Boulevard Emile Jacqmain, 111
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 203 53 03
    Réservation : +32 2 203 41 55
    info@theatrenational.be
    http://www.theatrenational.be
  • Kunstenfestivaldesarts

    07.05.2022  >  28.05.2022

    • Festival
    Durant trois semaines, Kunstenfestivaldesarts invite des artistes du monde entier et de Belgique à redéfinir les limites du théâtre, de la danse et de la performance dans plus de 30 lieux à Bruxelles et dans ses environs.

    Lire la suite

  • Music Rooms - Nevin Aladağ

    07.05.2022  >  15.05.2022

    • Concert

    Lire la suite

    Nevin Aladağ se sert souvent de la musique pour réfléchir à la manière dont les identités sont fabriquées et dont la culture est une pratique d’assemblage et de transformation. Née en Turquie et vivant en Allemagne, elle explore les relations entre identités, traditions et géographies. Dans sa série Music Rooms, divers objets domestiques – chaises, tables ou même porte-manteaux – sont transformés en instruments de musique. Inspirés par les salons de musique, nés en Europe aux XVIe et XVIIe siècles pour accueillir des événements musicaux récréatifs dans des hôtels particuliers et des palais, ces nouveaux instruments acquièrent une gamme de sonorités d’un héritage hétérogène allant au-delà des traditions occidentales et orientales. Pour cette exposition conçue pour le festival, Aladağ dispose une série de sculptures réalisées à partir de meubles et autres objets chinés à Istanbul aux côtés d’œuvres audiovisuelles. À l’intérieur de la Maison des Arts, les chaises et tables basses d’Aladağ se camouflent : leur statut est ambigu, oscillant entre leur vie antérieure de meubles et leur potentialité à devenir des instruments de musique. Quatre concerts sont également organisés dans l’exposition avec l’ensemble Ictus et différent·es musicien·nes pour ouvrir des potentiels dialogues sonores de ce salon modifié.
    Lieu
    Maison des Arts
    Avenue Jeanne, 58 60
    1050 Ixelles
    http://www.theatrenational.be
  • The Weeping Woods and the Okapi Resistance - Daniela Ortiz

    07.05.2022  >  26.05.2022

    • Théâtre

    Lire la suite

    Des chevaux transportant un roi, un chien mordant une jambe, des serpents : les monuments de Bruxelles, et plus particulièrement ceux de l’époque coloniale, sont souvent accompagnés d’animaux. Certains, comme le crocodile apprivoisé du Monument aux Pionniers Belges au Congo, y sont emprisonnés à titre d’allégorie. Mais que se passerait-il si, en silence, ils se mettaient à ourdir une alliance entre eux, rejoints par les peuples opprimés par ceux qui sont célébrés par ces statues ? Née à Cusco au Pérou en 1985, Daniela Ortiz explore les concepts de nationalité, de racialisation, de classe sociale et de genre par le biais de différentes pratiques artistiques. Il y a deux ans, elle a développé le projet Papa, with P for Patriarchy qui, en utilisant l’esthétique d’un livre pour enfants, interroge la représentation des genres au cours de la petite enfance. Avec ce nouveau projet, Ortiz poursuit sa recherche sur l’enfance. Dans l’espace public, elle crée un théâtre de marionnettes, dont les protagonistes sont sept animaux provenant de différents monuments de Bruxelles. En leur donnant la parole, Ortiz transporte les spectateur·ices – adultes et enfants – au cœur d’un conte de fées contemporain dans lequel les figures de bronze et de pierre, que nous pouvons croiser sur nos chemins, nous parlent enfin de leur révolution prochaine.
    Lieu
    Monument aux pionniers belges au Congo
    Parc du Cinquantenaire
    1000 Bruxelles
    http://www.theatrenational.be
  • Hymno - Lav Diaz

    08.05.2022  >  29.05.2022

    • Spectacle

    Lire la suite

    Les portraits épiques de la condition humaine du cinéaste philippin Lav Diaz lui ont valu sa notoriété et sa place singulière au sein du cinéma international. Son œuvre est profondément ancrée dans l’histoire complexe de son pays, mais transcende également ce contexte local par son esprit révolutionnaire et le désir de changement qu’elle exprime. Ses longs métrages repoussent les limites du cinéma, durant en moyenne six, parfois même neuf heures, ou plus. Le cinéaste y mène une quête, aussi irrépressible qu’ambitieuse, de la poésie et de la beauté cachées dans les situations les plus âpres. Pour sa première venue en Belgique, Kunstenfestivaldesarts et Cinéma Galeries s’associent pour une rétrospective. Trois semaines durant, une sélection de films et une exposition dévoilent les instincts narratifs, la sensibilité et le style de ce cinéaste qui ne sont pas sans rappeler ceux de certains autres poètes du cinéma, tels qu’Andrei Tarkovsky, Robert Bresson ou encore Béla Tarr. Les films de Lav Diaz témoignent de son obsession pour les traumatismes, la souffrance et la part d’ombre de l’humanité, pouvant laisser une impression de poids écrasante sur le·la spectateur·ice. Mais même dans les situations les plus sombres, sa recherche ambitieuse et irrépressible de la poésie fait émerger des lueurs d’espoir.
    Lieu
    Cinéma Galeries
    Galerie de la Reine, 26
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 514 74 98
    http://www.galeries.be/